Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SÉRAPHIN, Gille (dir.), Yvan, DROZ, Hervé MAUPEU, Jean-François MÉDARD, Éric de ROSNY, 2004, L’effervescence religieuse en Afrique, - la diversité locale des implantations religieuses chrétiennes au Cameroun et au Kénya, Karthala

Paris, 274 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 160-161

Texte intégral

1Dédié au souvenir de René Bureau, très intéressant parallèle en cinq articles sur deux pays africains fortement christianisés. Il y manque cependant à mon sens une carte sommaire de chacun d'eux. Seul y figure un schéma de la ville de Douala (p.90). Brillante introduction en trois "Tranches de vie" très effervescentes, à Douala dans un temple baptiste pourtant "bcbg", à Nairobi dans une église catholique se politisant, puis au sein d'un NMR (nouveau mouvement religieux) assez apocalyptique. La présentation (également du sociologue directeur G. Séraphin) insiste à bon droit sur la difficulté de la comparaison entre les deux villes (il y reviendra en conclusion, mais le but de l'ouvrage est justement de tenter de comprendre cette différence). Dans l'article n°1, "Retour au Mont des Oliviers", l'ethnologue Y. Droz examine les formes kényianes du pentecôtisme, s'opposant au catholicisme jadis a-politique ainsi qu'aux anglicans et autres protestants "établis", suspects de collusion avec le colon. Dans les années 30, un mouvement de "Réveil" suscite l'espoir millénariste, autorise une "théologie de la prospérité" : celle-ci rejoignant à son insu le pragmatisme de la religion traditionnelle. L'article 2 du politologue H. Maupeu "L'église catholique et la démocratisation kényane, 1992-2003" par de l'intèrêt que manifestent les élites du Kénya "afro-saxonisées" pour l'éducation : tout homme politique sponsorise une école, pour expliquer comment les catholiques transforment la situation à leur profit par la qualité de leur enseignement et renversent le pouvoir autoritaire du KANU. L'article 3 est une "Étude panoramique des nouveaux mouvements religieux et philosophiques à Douala" par l'anthropologue jésuite E. de Rosny. Les premiers se diffusent surtout depuis 1990 (liberté de culte réaffirmée) se divisant en 3 groupes : pentecôtismes d'origine anglo-saxonne ancienne, incluant le "renouveau" catholique, puis 77 dénominations dont certaines accusent des dérives sectaires ; Eglises indépendantes africaines du type Aladura, Christianisme céleste, etc. ; millénarismes tels l'Eglise adventiste les Témoins de Jéhovah, l'Eglise néo-apostolique, etc. Au nombre des seconds, gnostiques plus que "philosophiques", sont cités : Rose-Croix et ses dissidents, Franc-Maçonneries, New Age, spiritualités orientales (cas d'une conversion au bouddhisme), syncrétismes divers (Science chrétienne, etc.). Ces "sectes" restent très marginales par rapport aux églises "historiques" dans cette ville à 60 % chrétienne ; elles s'expliquent par l'individualisme croissant et des attaches ou intérêts personnels. L'article 4 du regretté J.F. Médard, "Territoires, identités et politiques : le cas des églises protestantes au Cameroun" est excellent quant à ces églises qui acceptent d'être cantonnées dans un secteur territorial, mais erroné pour des détails fondés sur des à-peu-près d'étudiants (ainsi, le roi Njoya n'a jamais été protestant, les catholiques sont restés fermes à refuser toute "sectorisation" de 1890 à 1914, la conférence à Buéa (p.177) est donc impensable pour eux, le "gouverneur Foureau" n'existe pas, le décompte des diocèses p. 183 est inexact, etc.). Les conclusions finales sur l'arrachement des églises à l"'ethnisation" n'en restent pas moins valables. L'article 5 de G. Séraphin "Une Parole, de multiples sociétés" conclut avec brio sur la diversité locale des implantations chrétiennes dans ces deux villes, Douala et Nairobi, en donnant un précieux tableau comparatif : est identique la quête de la protection divine qui offre sérénité, santé, force, confère un statut social et des principes d'action ; divergent le climat religieux, ostensible en public à Nairobi, restant dans la sphère privée à Douala, l'entr'aide matérielle et la politisation plus fortes au Kénya, la présence de la tradition africaine acceptée et englobante au Cameroun, tandis qu'elle est suspecte au Kénya où l'on recherche la prospérité et le succès, attitude déjà pré-chrétienne au Cameroun. Ces divergences s'expliquent par les différences de l'histoire (pré-coloniale, coloniale, récente), de modes d'accès à l'indépendance, de changements politiques, et il faut conclure à l'originalité de chaque société et de chaque sujet dans leur réaction à un message identique. Travail original précieux par son honnête et son intelligence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « SÉRAPHIN, Gille (dir.), Yvan, DROZ, Hervé MAUPEU, Jean-François MÉDARD, Éric de ROSNY, 2004, L’effervescence religieuse en Afrique, - la diversité locale des implantations religieuses chrétiennes au Cameroun et au Kénya, Karthala », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 160-161.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « SÉRAPHIN, Gille (dir.), Yvan, DROZ, Hervé MAUPEU, Jean-François MÉDARD, Éric de ROSNY, 2004, L’effervescence religieuse en Afrique, - la diversité locale des implantations religieuses chrétiennes au Cameroun et au Kénya, Karthala », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/165

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org