Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

NANTET, Bernard, 2004, Au cœur de l’Afrique

Paris, Ed. Milan Jeunesse, Collection « Les Encyclopes », 255 p., nombreuses illustrations, cartes, index.
Marie-Noël Verger-Fèvre
p. 157-158

Texte intégral

1La première impression ressentie en ouvrant cet ouvrage est une sensation de vie, de gaîté, de luminosité, introduisant le jeune lecteur (à partir de douze ans) - et le moins jeune - dans un univers chatoyant, propre à l’encourager à poursuivre cette étude, divisée en dix chapitres présentant chacun un aspect particulier de l’Afrique, subdivisé en une douzaine de rubriques traitant un sujet précis, imprimé sur deux pages vis-à-vis en caractères clairement lisibles. Les points de détails qui y sont abordés sont explicités en deux ou trois encarts diversement colorés. Chaque thème est égayé d’un décor approprié, œuvre de l’un ou l’autre des six illustrateurs, et de photographies judicieusement choisies.

2Après une présentation des données physiques du continent : climats, hydrographie, reliefs, faune, sont évoquées, sous l’intitulé « Des génies aux ancêtres », les valeurs africaines essentielles : croyances, respect des ancêtres, rites de passage, chants des griots, divination, danses, musique, force de la vie associative. Les modes d’existence quotidienne y sont traités sous leurs aspects traditionnels : agriculture, élevage, chasse et pêche, ainsi que sous leurs aspects modernes : aménagements des sols pour l’amélioration des cultures, extension des productions industrielles, exploitation du sous-sol, recherches des ressources potentielles de l’Afrique de demain.

3De même, l’étude de l’artisanat aborde le travail des « maîtres du feu », forgerons et potières, ainsi que celui des « magiciens de la couleurs » que sont les teinturiers. L’activité des tisserands et l’art des textiles y sont évoqués. Un hommage particulier est rendu aux artisans du bois, créateurs des objets sculptés.

4L’évocation de l’Afrique « mère de l’humanité » permet de survoler l’histoire du continent depuis les temps les plus reculés, la formation des grands empires qui s’y développèrent au cours des siècles, l’intérêt que lui portèrent bientôt les Européens, encourageant les grandes explorations, et l’installation sur les côtes de comptoirs commerciaux, préfigurant la colonisation.

5Un chapitre est consacré à l’esclavage, pratiqué d’abord entre Africains, incorporant parfois leurs « captifs » au sein de leurs propres clans, puis  exercé méthodiquement par les Arabes venant de la côte orientale, enfin par les Occidentaux, désireux de fournir en main-d’œuvre leurs colonies américaines et antillaises. De nos jours, une sorte de résurgence de cette pratique, touchant surtout les enfants, semble être la conséquence de l’instabilité politique actuelle de certains états africains.

6L’évolution récente des populations est également évoquée : vivant essentiellement des produits du sol, jusqu’à la colonisation, les villageois sont à présent de plus en plus attirés par la vie urbaine, pourtant synonyme pour la plupart de précarité et d’isolement, loin de la cohésion familiale structurant l’unité villageoise. Cette nouvelle perception d’une amélioration aléatoire de leurs conditions de vie découle d’un changement profond opéré au cœur des organisations traditionnelles. En cherchant à imposer leurs propres réglementations aux autochtones, les administrations coloniales dont s’inspirent encore, depuis les indépendances, bien des gouvernements des nouveaux états ont déstabilisé les masses africaines, écartelées entre tradition et modernité. De plus, le mirage d’un prétendu eldorado  occidental provoque de nos jours de nombreuses candidatures à l’émigration, source de grandes déceptions, auxquelles les pays d’accueil s’efforcent de faire face, l’école demeurant, pour les plus jeunes, une réelle possibilité d’intégration.

7Aujourd’hui, bien que décimés par les maladies, endémiques et pandémiques, ainsi que par les guerres chroniques, et menacés par la désertification, les Africains ne se départissent pas de leur optimisme fondamental et adoptent avec joie toute nouvelle technologie susceptible d’améliorer leur bien-être, autant que de flatter leur goût du prestige, comme en témoigne la photographie d’un jeune pêcheur de la lagune, ceint d’un pagne de cotonnade, intemporel, debout dans son étroite pirogue, tenant d’une main sa longue pagaie, et de l’autre, appliqué contre l’oreille, un téléphone portable…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noël Verger-Fèvre, « NANTET, Bernard, 2004, Au cœur de l’Afrique », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 157-158.

Référence électronique

Marie-Noël Verger-Fèvre, « NANTET, Bernard, 2004, Au cœur de l’Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/161

Haut de page

Auteur

Marie-Noël Verger-Fèvre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org