Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MALLART GUIMERA, Lluis : La Forêt de nos Ancêtres. I. Le Système Médical des Evuzok du Cameroun. II. Le Savoir botanique des Evuzok

2003, Musée Royal de l'Afrique Centrale, Tervuren, collection « Annales Sciences Humaines », vol. 167, 2 tomes, préface de Viviane BAEKE, dessins de Jacqueline Renard, 511 p., bibliographie, index.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 156-157

Texte intégral

1Il faut féliciter et remercier le Musée de Tervuren, et en particulier Mme le Professeur Baeke, d'avoir enfin réussi à publier, au bout de trois lustres, la très belle thèse de L. Mallart concernant les Evuzok, du groupe dit "Pahouin" et du sous-groupe Beti. L'ouvrage est le fruit très élaboré d'un séjour continu de six ans sur le terrain, d'une excellente connaissance de la société, des gens ainsi que de leur langue, d'une réflexion étalée sur trente ans, et d'une formation théorique profonde acquise dans le cercle des anthropologues de l'Université Paris X-Nanterre. À ces titres, cette œuvre serait déjà exemplaire. Mais elle parvient de plus à aborder ainsi le cœur mystérieux de la société, à savoir sa science botanique et médicale mise en rapport avec la vision du monde symbolique et le système global des sciences, croyances ou pratiques sociales. Il s'agit d'une anthropo-logie au sens plein du terme, c'est-à-dire d'un savoir qui prend en charge l'homme complet, à tout point de vue indissolublement physique, existentiel, sociétal, intellectuel et mystique.

2Le premier tome, jusqu'à la p. 254, est consacré au système médical evuzok, et le second à leur savoir botanique (pp. 258-500). Le talent de L. Mallart est de savoir introduire au sein de données foisonnantes une clarté due à son art de classer et de repérer nettement les distinctions et les oppositions les plus subtiles. Ses nombreux tableaux, graphiques et schémas, ses classifications, ses annexes pilotent le lecteur en guides efficaces dans les arcanes de cette vision du monde médical complexe, qui associe la maladie et le malheur à des causalités multiples, les unes simples, diurnes, naturelles, les autres "nocturnes", les unes comme les autres justiciables de rituels divers qui les lient à des transgressions, ou à des ruptures de l'unité lignagère, comme nous l'exposaient déjà les ouvrages d'Eric de Rosny sur les Duala voisins. Mais les exigences intellectuelles de Mallart lui permettent d'aller plus loin, plus profond, grâce à l'utilisation pertinente d'une conceptualisation d'inspiration structuraliste. Celle-ci n'engendre pas seulement de l'admiration pour le génie de son auteur, comme on l'a prétendu de Lévi-Strauss : elle constitue tout au long du premier tome de l'ouvrage un réel parcours initiatique, qui culmine dans la présentation de rituels de guérison concrets, et dans une réflexion sur les imputations causales, sur l'étiologie en général, avec la compréhension intime du comportement d'un grand guérisseur qui, mis en confiance, découvre de lui-même comment il vit ses transes. Le second tome, chef d'œuvre d'ethno-botanique, donne un excellent témoignage de ce qu'est cette science qualitative qu'évoque l'auteur de la Pensée Sauvage : la taxinomie des plantes s'organise à partir de leur classification linguistique, d'une description rigoureuse de leurs éléments et de leurs usages, d'une évocation de leurs propriétés curatives, symboliques et sensibles (couleur, odeur, saveur, toucher), précédant un lexique complet qui utilise pour chaque plante la grille proposée par Portères (identification scientifique, liste des utilisations, références littéraires et valeur symbolique, etc.). Outre la bibliographie, le livre s'achève par de très précieux index qui répertorient les noms vernaculaires, les noms propres, les matières principales.

3Un africaniste ne pourra qu'éprouver de grandes joies intellectuelles à découvrir et parcourir sous la conduite sûre de L. Mallart l'entrelacs des sentiers qui sillonnent la Forêt de nos ancêtres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « MALLART GUIMERA, Lluis : La Forêt de nos Ancêtres. I. Le Système Médical des Evuzok du Cameroun. II. Le Savoir botanique des Evuzok », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 156-157.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « MALLART GUIMERA, Lluis : La Forêt de nos Ancêtres. I. Le Système Médical des Evuzok du Cameroun. II. Le Savoir botanique des Evuzok », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 29 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/160

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org