Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

JUNGRAITHMAYR, Herrmann, 2002, Sindi Tangale Folktales (Kaltungo, Northeastern Nigeria)

Köln, Rüdiger Köppe Verlag, 455p.
Françoise Ugochukwu
p. 155-156

Texte intégral

1L’ouvrage, qui représente quelques vingt ans de travail d’édition, rassemble vingt-sept contes recueillis en 1982/83 auprès de dix conteurs au nord-est du Nigeria. Il s’ouvre sur une préface, suivie d’une introduction et d’un chapitre sur l’histoire et la culture tangale. Les contes sont ensuite présentés de façon très visuelle dans une version bilingue tangale-anglais mettant en valeur le texte original.

2L’auteur étudie cette langue ouest tchadique, l’une des quatre principales sur les 21 parlées dans l’Etat de Gombe, depuis les années 1950. Son intention, en recueillant le répertoire de conteurs pour la plupart assez âgés (les trois premiers, auxquels on doit la majorité des récits, avaient à l’époque 73, 82 et 95 ans et sont tous décédés depuis), était de préserver ces contes pour la postérité. Mais il a surtout voulu contribuer à la mise par écrit d’une langue encore mal étudiée : il s’agit là, en effet, de la première publication de littérature orale tangale, fruit d’une collecte inachevée de contes et proverbes dans le cadre du projet de recherche entrepris en 1988/89 par les universités de Frankfurt/Main et de Maiduguri et financé par la Fondation allemande de recherche (DFG).

3La préface détaille le processus de transcription, de translittération et d’édition critique des contes. Elle fait aussi état des difficultés rencontrées, liées à la notation d’une langue aux traits perçus comme archaïques du fait de l’âge des locuteurs interrogés. Ce faisant, elle révèle un patient travail d’équipe rendu possible par l’étroite collaboration entre chercheurs nigérians et allemands. Dans l’introduction, l’auteur donne ensuite une information de base sur cette langue et justifie la présentation choisie par son désir d’intervenir le moins possible sur le texte. Il explique brièvement le fonctionnement des tons en tangale et rend bien l’état incomplet du travail d’étude de la langue, soulignant les interrogations qui demeurent – sur l’orthographe en particulier ; il offre également quelques remarques générales, trop courtes, sur les contes. La contribution de Harnischfeger, bref rappel de l’histoire et de la culture tangale (pp.xxv-xxxviii), est d’autant plus la bienvenue, malgré son caractère plutôt général, que les contes sont traduits de façon sommaire et ne sont suivis d’aucune annotation. La liste de références bibliographiques qui la suit, la seule de l’ouvrage, donne un aperçu de l’intérêt porté par Harnischfeger et Jungraithmayr aux contes tangale ; elle fournit également les titres des principales études de l’auteur, depuis sa thèse de 1956 sur la langue jusqu’au dictionnaire bilingue de 1991 en passant par un volume de contes du Tchad publié en 1981. Compte tenu du nombre d’ouvrages publiés par Jungraithmayr, et des travaux de chercheurs comme Mairo Kidda et Michael Kenstowicz sur cette langue, il est dommage que ce volume ne présente pas de bibliographie plus détaillée.

4Le gros de l’ouvrage est constitué par la présentation de contes aux motifs variés – récits de chasseurs, de filles difficiles, d’ogres ou d’enfants terribles, ou encore illustrations de trompeurs trompés où le lièvre a une place de choix. Trois des quatre parties représentent chacune le répertoire d’un des trois conteurs principaux, la quatrième regroupant les contes recueillis auprès des autres. La première partie est la plus importante, avec neuf contes et presque 200 pages. Chaque texte est découpé en phrases numérotées, et présenté sur trois lignes : la première offre une notation ‘phonétique’ du texte en caractères gras et dans l’orthographe utilisée pour le dictionnaire ; la seconde ligne présente la structure emique de la phrase et la troisième une traduction anglaise mot à mot, incluant les indicateurs morphosyntaxiques, avec une traduction plus libre en marge. Jungraithmayr justifie cette présentation en introduction, mettant en relief les difficultés liées à l’établissement d’une orthographe de la langue respectueuse de la prononciation.

5L’intérêt de cette édition de contes, qui vient s’ajouter au grand nombre d’ouvrages publiés par l’auteur, dont deux volumes de contes africains en allemand, est essentiellement linguistique : elle met par écrit le dialecte de l’est tangale, considéré comme moins représentatif que celui de l’ouest et donc moins étudié, elle permet également une étude détaillée de la langue sur texte et offre un précieux instrument de travail aux linguistes comme aux chercheurs en littérature orale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « JUNGRAITHMAYR, Herrmann, 2002, Sindi Tangale Folktales (Kaltungo, Northeastern Nigeria) », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 155-156.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « JUNGRAITHMAYR, Herrmann, 2002, Sindi Tangale Folktales (Kaltungo, Northeastern Nigeria) », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/158

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org