Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

JOLLY, Eric, 2004, Boire avec esprit. Bière de mil et société dogon / JOLLY, Eric, Nouhoum GUINDO, éd., 2003, Le pouvoir en miettes. Récits d’intronisation d’un hogon (pays dogon, Mali)

Nanterre, Société d’ethnologie (« Sociétés africaines » 18), 504 p., couverture illustrée, 5 cartes dont une h-t., 2 figures, 3 tableaux, 21 photographies h.-t., biblio., glossaire, index thématique / Paris, (« Classiques africains » 29), 496 p., une carte dans le texte.
Michel Izard
p. 152-155

Texte intégral

1La photographie qui illustre la couverture de Boire avec esprit nous montre six « vieux » assis à l’ombre d’un haut mur d’une maison de lignage à l’architecture soudanaise bien reconnaissable, chacun d’eux tenant une calebasse : nous sommes à Konsogou-doniou, à l’occasion d’une fête sur laquelle s’ouvre la période des travaux agricoles. En un autre langage, nous sommes en pays dogon avec Eric Jolly - chez les siens en quelque sorte -, qui s’apprête à nous faire redécouvrir une société dont l’image hante à bien des titres notre vision de l’Afrique de l’Ouest. « Traditionnelle », cette Afrique ? Si tant est que le mot ait un sens, la réponse est non : Eric Jolly nous présente ici une Afrique actuelle, vivante, diverse, contrastée voire contradictoire, prise comme toute société dans le mouvement de l’histoire, et d’abord de son histoire.  Une histoire aussi qui se confond pour une part avec celle d’Eric Jolly, ethnographe, anthroplogue, archiviste (il gère le fonds Marcel Griaule de Nanterre) d’un pays parcouru par lui pour la première fois il y a de cela un quart de siècle et dont il va faire un « terrain » dispensateur de profondes satisfactions que nous fait désormais partager un très beau livre1 .

2Eric Jolly : «Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs, le pays dogon a toujours été associé pour moi à la bière de mil et mon coup de foudre pour cette région date certainement d’un après-midi passé au cabaret en 1979, dans un petit village perché au sommet des éboulis. Dans ce décor de carte postale les vieux m’ont offert ma première calebasse de boisson, et, l’espace de quelques minutes, j’ai cessé d’être un touriste pour devenir un buveur partageant la bière d’autres buveurs »  (p. 20). Comme l’on sait, un « cabaret », dans un village plutôt qu’en ville, est un espace, ouvert pour les hommes, en retrait pour les femmes, où l’on peut, contre paiement, consommer de la bière de mil préparée sur place par une « dolotière » (du dioula dolo, « bière de mil »), le même mot étant également utilisé pour désigner non plus un lieu de consommation mais la circonstance (la vente à la calebasse de la cuvée d’une dolotière) qui y conduit les buveurs.

3Eric Jolly est un auteur attentif à qui le lit, aussi devance-t-il son lecteur en posant d’entrée de jeu la question, faussement bonne mais inévitable, à savoir : « La bière de mil : un sujet sérieux ? » (p. 19). La réponse, c’est le livre, c’est le projet de recherche qui en sous-tend le propos d’ensemble. Une fois qu’il nous a opportunément débarrassés des vieilles rengaines coloniales sur les « beuveries » indigènes (mais, à cet égard, les pp 10-14 valent leur pesant d’arachides), Eric Jolly, dans son premier chapitre, nous dit ce qu’a été son itinéraire de recherche, puis nous présente la société dogon et nous initie à ce qu’il faut savoir - techniquement, économiquement, socialement - sur la bière : ainsi pressentons-nous que l’anthropologue, à mesure qu’il a pénétré le terrain, a donné forme et statut à l’extraordinaire révélateur du monde dogon d’aujourd’hui qu’il met à notre disposition, sans d’ailleurs que ce gros livre  et cet autre dont il est aussi question ici, à savoir Le Pouvoir en miettes, épuise la matière de ce qu’il a entrepris de nous transmettre, il s’en faut même de beaucoup.

4Le chapitre II, « Le buveur dans tous ses états », pp 63-170, est véritablement, et pas seulement par sa taille, un livre dans le livre, où sont passés systématiquement en revue les différents éléments déterminants de l’analyse du « boire ». Ainsi en va-t-il pour le cabaret, et là, le lecteur familier de l’espace soudano-sahélien se retrouvera non sans émotion en pays de connaissance, même si le détail des changements intervenus dans les modes de consommation du dolo a évidemment varié selon les régions depuis un demi-siècle, en matière de capacité productive, de normes régissant la mise en circulation de la boisson, d’économie générale du boire. Dans les années cinquante, on passe d’un étroit encadrement de la consommation villageoise à une ouverture dont va faire signe la multiplication des « maisons de la bière », puis, dans les années 1980, des « marchés de bière », avec l’apparition desquels s’achève, sans doute provisoirement, une évolution qui n’est d’ailleurs pas unilinéaire. Qu’on en juge en prenant l’exemple  de Konsogou-doniou : au marché de bière hebdomadaire s’ajouteront, en fin de parcours, pas moins d’une quarantaine d’offres cabaretières par mois.

5La bière et la parole ont toujours fait excellent ménage. Le cabaret est un lieu de conversation entre amis mais aussi un lieu de rencontre : l’étranger de passage ne peut manquer d’y être conduit ou d’aller y faire un tour. Au long des dernières décennies, la population des buveurs s’est diversifiée, du fait notamment de l’accroissement général du nombre de buveurs jeunes. Pour reprendre le langage d’Eric Jolly, si le boire des vieux est ou se doit d’être « digne et mesuré » (p. 104), ce n’est pas le cas de celui des jeunes gens, qui boivent volontiers la nuit et associent généralement le boire et l’approche amoureuse. Plus largement, Eric Jolly fait défiler sous nos yeux toutes les variétés de gens du boire : hommes et femmes, jeunes et vieux, donc, buveurs raisonnables et ivrognes invétérés, adeptes de la religion traditionnelle des Dogon et des religions importées, des catholiques qui ne se privent pas de boire aux réformés portés à l’abstinence.

6Dans les chapitres suivants, marqués page après page par le même souci d’exhaustivité, la même finesse d’analyse, le même bonheur d’écriture, nous retrouvons le système de croyance dogon, entre informations puisées dans la littérature qu’on peut maintenant dire « classique » et ethnographie considérablement enrichie par les minutieuses enquêtes de l’auteur. Eric Jolly s’étend longuement sur l’usage rituel et cérémoniel de la bière, de la préparation à la consommation, à la part des vivants s’ajoutant celle des morts, des ancêtres, des génies. On chercherait en vain une séquence du boire ou un symbolisme qui aurait échappé à l’auteur. Ainsi se gardera-t-on de juger anecdotique la partie finale de l’ouvrage, chap. IV-VI, où il est fait retour sur la circulation de la bière, sur les échanges commerciaux correspondants, encore et toujours sur les brasseuses et les buveurs. La bibliographie, qui occupe une quarantaine de pages, est à la hauteur de ce qui est en définitive une incontournable introduction d’ensemble à la culture dogon.

7Avec Le Pouvoir en miettes, tout se passe comme si nous étions entre Dogon et que deux d’entre eux, Eric Jolly et Nouhoum Guindo, nous transmettaient en différé l’enregistrement intégral de la célébration nocturne de l’entrée en fonction d’un hogon nouvellement nommé, Amadimè. Le « sacre » du hogon, le 6 juin 1989, « [a] été précédé, la veille, par trois grandes cérémonies : la réfection des peintures sur la façade de sa maison, les sacrifices sur les autels associés à ce dignitaire, et enfin [une] veillée de récitation publique » (p. 9) réunissant plusieurs centaines d’auditeurs venus entendre pas moins de trente prestations portant sur « la figure du chef et l’origine ou la nature du pouvoir détenu par les différents groupes dogon » (ibid.). L’introduction à la lecture du corpus de textes réunis ici est principalement consacrée à la présentation du personnage du hogon, « roi sacré tirant son pouvoir de Dieu » (p. 11), mais aussi chef politique garant de l’équilibre intérieur de la société dont il est en charge et, dans le sillage de cette deuxième détermination, représentant autorisé, à l’extérieur, de la dite société. Les trente textes – récits, contes, textes mythiques, fragments divers – transcrits en langue dogon (parlers de Dyimini et de Nombori) et traduits en français, sont accompagnés d’un important appareil linguistique et sémantique, en attendant peut-être un essai d’exégèse historico-critique, mais, dès maintenant, on retouve ici l’exigence de rigueur et l’inépuisable savoir d’Eric Jolly.

Haut de page

Notes

1 On ne peut manquer, sur cette lancée, d’évoquer un autre grand livre, qui concerne aussi le monde dogon au sens large, à savoir, de Gilles Holder, Poussière, Ô Poussière ! La Cité-Etat sama en pays dogon (Mali), Nanterre, Société d’ethnologie (« Mémoires de la Société d’ethnologie » VI, 2001, 512 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Izard, « JOLLY, Eric, 2004, Boire avec esprit. Bière de mil et société dogon / JOLLY, Eric, Nouhoum GUINDO, éd., 2003, Le pouvoir en miettes. Récits d’intronisation d’un hogon (pays dogon, Mali) », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 152-155.

Référence électronique

Michel Izard, « JOLLY, Eric, 2004, Boire avec esprit. Bière de mil et société dogon / JOLLY, Eric, Nouhoum GUINDO, éd., 2003, Le pouvoir en miettes. Récits d’intronisation d’un hogon (pays dogon, Mali) », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/156

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org