Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

HEINE, Bernd & NURSE, Derek, Les langues africaines

Paris, Karthala, 2004, 468 pages
Cécile Leguy
Référence(s) :

Heine, Bernd & Nurse, Derek, Les langues africaines, Paris, Karthala, 2004, 468 p. Édition originale : African Languages: An Introduction, Cambridge, Cambridge University Press, 2000. Traduction et édition françaises sous la direction d’Henry Tourneux et Jeanne Zerner).

Texte intégral

  • 1 Les linguistes qui ont pris en charge la traduction en français sont membres du LLACAN (Langage, La (...)

1Si ce livre, se présentant comme une « introduction fondamentale à jour et raisonnablement complète » (p. 11) aux langues africaines, s’adresse plus précisément à un lectorat d’étudiants, il intéressera plus largement toute personne concernée par le contexte africain ou recherchant une introduction générale aux langues d’Afrique. L’ouvrage est en effet présenté comme un manuel accessible aux non spécialistes. Il a été conçu par des linguistes, qui comptent parmi les meilleurs africanistes, pour une première parution en anglais, puis traduit par un groupe de linguistes français1 pour la présente édition.

2Le nombre des langues parlées sur le continent africain est estimé à un peu plus de 2000, ce qui représente presque le tiers des langues du monde. Cependant, ce sont dans l’ensemble des langues pour lesquelles on dispose d’une faible documentation, peu de scientifiques consacrant leurs recherches linguistiques au continent africain. Ainsi, aucune langue africaine ne bénéficie d’une documentation identique à celle qui est accessible pour les langues européennes et asiatiques les mieux étudiées, et moins d’une centaine de langues possèdent « une grammaire de référence raisonnablement complète et précise », les autres ne disposant que d’une analyse incomplète, d’une grammaire « inadéquate » ou encore d’une simple liste lexicale (p. 14).

3Une première partie de l’ouvrage est consacrée aux quatre grands phylums (ou super-familles) africains tels qu’ils ont été établis par Greenberg. Chaque groupe de langues est présenté dans ses grandes lignes, selon un même plan. Après une présentation des principales composantes de l’ensemble, est proposé un bilan des preuves sur lesquelles la super-famille est établie, suivi d’un historique des études la concernant spécifiquement. Sont évoqués ensuite les traits caractéristiques d’une présumée langue ancêtre commune aux familles comprises dans le phylum. Si le statut de phylum reste problématique pour ces quatre groupes de langues africaines – le manque chronique de documentation et le fait que de nombreuses langues aient été en contact depuis longtemps ne facilitent pas le travail du comparatiste – la présentation des quatre chapitres ainsi constitués permet d’aborder les ensembles régionaux selon une certaine cohérence.

4Le phylum Niger-Congo, qui serait la plus grande famille du monde avec pas moins de 1436 langues (et environ 400 millions de locuteurs), est traité le premier. Il s’étend sur un vaste territoire, comprenant entre autres le wolof parlé au Sénégal, le peul et le manding parlés dans plusieurs pays d’Afrique de l’ouest, les langues gur ou « voltaïques », les langues côtières comme l’igbo ou le yoruba, le sango, langue véhiculaire de la République Centrafricaine, ainsi que de nombreuses langues bantu parlées au centre et au sud du continent. Ce qui distingue le phylum Niger-Congo, c’est son système complexe de classification nominale.

5Les langues nilo-sahariennes, dont le regroupement en phylum est sans doute le plus controversé, sont présentées ensuite. On les trouve de manière non continue sur une partie du territoire du nord et du centre du continent. Sont classées dans ce groupe les langues de trois familles indépendantes, à savoir Songay (Mali-Niger), Saharien (Tchad-Soudan) et Kuliak (comprenant trois langues de l’Ouganda), et une quatrième famille comprenant six branches : Maban (Tchad-Soudan), Fur (Soudan), Soudanique central (Cameroun, Soudan, Ouganda, République démocratique du Congo), Berta (Soudan-Ethiopie), Kunama (Erythrée) et une sixième branche, le Noyau, comprenant lui-même quatre branches dont le Nilotique (Soudan, Kenya, Ouganda, Tanzanie). Lionel Bender, auteur du chapitre, retient pas moins de 46 points d’identification du Nilo-saharien.

6Le troisième phylum, l’Afroasiatique, est sans doute le moins controversé. C’est le seul des quatre à comprendre des langues parlées uniquement en dehors du continent africain, d’où son nom (le lieu du foyer d’origine, africain ou asiatique, est encore discuté, même si l’hypothèse asiatique semble plus probable). Pour certaines langues, on dispose d’une riche documentation s’étendant sur plusieurs millénaires, ce qui leur donne une profondeur historique incomparable sur le continent africain. Sont ainsi comprises dans l’ensemble des langues disparues depuis longtemps, mais qui ont laissé des traces écrites et sur lesquelles on peut avoir de bonnes connaissances, comme dans le cas de l’Egyptien disparu au quatorzième siècle. Ce phylum est ordinairement divisé en six branches distinctes : Tchadique, Berbère, Egyptien, Sémitique, Couchitique et Omotique. Toutes ces langues sont situées au nord du continent, n’atteignant l’équateur qu’en Tanzanie. De nombreux critères morphologiques sont susceptibles de retenir l’attention du comparatiste, comme la conjugaison préfixale qui apparaît dans des langues de branches différentes, les formes pronominales ou encore les marques casuelles comparables dans différentes langues du phylum.

7Le quatrième phylum, enfin, qui rassemble les langues khoisan (autrefois nommées langues bushman ou hottentotes), est sans doute le plus petit d’Afrique. De nos jours, on ne compte plus qu’une trentaine de langues appartenant à cette famille, la plupart des langues khoisan ayant disparu ou étant en voie de disparition quand on a commencé à s’y intéresser (p. 121). On situe ces langues au sud du continent : au Botswana et en Namibie surtout, plus quelques enclaves dans les pays voisins : nord de l’Afrique du Sud, sud de l’Angola et de la Zambie, ouest du Zimbabwe et deux langues isolées parlées en Tanzanie. Les langues khoisan sont caractérisées par des systèmes phonétiques parmi les plus complexes du monde, dont les clicks sont la marque la plus audible.

8Dans une deuxième partie (chapitres 6 à 9) sont examinées la phonologie, la morphologie, la syntaxe et la typologie. Ces quatre chapitres ont pour objectif une présentation à l’échelle continentale des principales caractéristiques des langues africaines, afin d’en donner « une vue d’ensemble » (p. 149). Concernant la phonologie, on notera ainsi la présence de phonèmes plus courants en Afrique qu’ailleurs, comme les implosives, les occlusives labio-vélaires et les clicks. La présence de tons est une autre caractéristique importante, la majorité des langues africaines étant pourvue de tons dont la principale et remarquable spécificité est leur indépendance par rapport à leur support segmental. Dans le chapitre portant sur la morphologie est proposée une présentation générale des différentes stratégies dont usent les langues pour exprimer les relations conceptuelles. Au sujet des langues africaines dans leur ensemble, un long travail de description, ouvert à la nouveauté, reste à faire. Pour ce qui est de la syntaxe, différents points ont pu être relevés comme étant propres aux langues africaines, tel que le rôle central des verbes et des noms ou encore la fréquence des idéophones. Mais là aussi, il reste beaucoup de travail pour les futurs chercheurs ! Quant au chapitre sur la typologie, l’auteur, Denis Creissels, s’applique « à faire ressortir la contribution des données africaines à la typologie des langues, et par conséquent à la linguistique générale » (p. 302), mais déplore également le manque de documentation. De la lecture de cette deuxième partie, on retiendra surtout qu’il reste beaucoup à découvrir pour ceux que les langues africaines, dans leur diversité, passionnent.

9Trois chapitres plus réflexifs forment une troisième et dernière partie. Le premier (chapitre 10) aborde la linguistique comparative, dont l’objectif est de : « décrire les types de problèmes que doivent affronter les linguistes spécialistes de la comparaison et de l’histoire des langues et donner une idée générale des méthodes employées » (p. 303). Le chapitre 11 nous propose une réflexion sur « langue et histoire » en envisageant les apports de l’histoire des langues à la connaissance de l’histoire des hommes, dans des sociétés qui sont dépourvues de tradition écrite ou pour lesquelles on ne dispose que de peu de documents. Enfin, le dernier chapitre intitulé « Langue et société » envisage la langue dans son cadre social. Le continent africain est tout particulièrement riche en phénomènes propres à interpeller le sociolinguiste, tels le multilinguisme, la diglossie ou encore la création de pidgin et de créoles. À ce sujet encore, le défaut de documentation ne fait qu’inciter les chercheurs à investir davantage dans la connaissance de ce continent dont les langues gardent encore beaucoup de mystère.

10Ce livre se donne pour objectif de permettre à des lecteurs aux parcours divers d’accéder à ce qui est communément admis par les spécialistes actuels des langues africaines. Sans vouloir tout aborder, les auteurs ont cherché à introduire le lecteur aux nombreuses questions importantes qui ont marqué l’histoire de la linguistique africaniste, avec de fréquents renvois pour celui qui souhaiterait approfondir la réflexion (dans chaque chapitre sont proposées des lectures complémentaires et une bibliographie bien documentée clôt l’ensemble). Avec cet ouvrage, nous avons ainsi un outil de référence, en français, qui offre à son lecteur un panorama complet sur l’ensemble des langues du continent et sur l’état actuel de la réflexion en linguistique africaniste. L’autre aspect qu’il me semble intéressant de souligner, surtout à l’adresse des jeunes chercheurs, est le signalement systématique de tous les aspects encore peu connus, comme une invitation à la découverte.

Haut de page

Notes

1 Les linguistes qui ont pris en charge la traduction en français sont membres du LLACAN (Langage, Langues et Cultures d’Afrique noire, UMR 8135 du CNRS) et du DDL (Dynamique du Langage, UMR 5596 du CNRS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Leguy, « HEINE, Bernd & NURSE, Derek, Les langues africaines », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/155

Haut de page

Auteur

Cécile Leguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org