Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

GILBERT, Erik, Dhows and the Colonial Economy of Zanzibar, 1860-1970

Oxford, James Currey, 2004, XIII + 176 p.
Danielle de Lame
p. 148-149

Texte intégral

1La Côte orientale de l’Afrique témoigne des talents africains de navigateurs et de commerçants au long cours qui ont, depuis des siècles, contribué à créer une unité culturelle propre aux civilisations côtières de l’ouest de l’Océan indien. Au XIXe siècle, ce commerce et le commerce (trans)atlantique se rencontrent à Zanzibar.

2L’auteur, arrivé en Tanzanie pour y étudier les effets du commerce de caravane du XIXe siècle sur l’agriculture et l’environnement, était préparé à percevoir les interactions commerciales à longue distance, à identifier les réseaux et leur mise en concurrence et à analyser les effets des transactions sur les économies locales. Le charme de Zanzibar, école obligée du swahili pour les néophytes de la côte orientale, devait réorienter son étude vers les réseaux commerciaux de l’Océan indien. D’emblée, surpris du contraste entre l’activité bourdonnante du port « traditionnel » et la léthargie du port moderne, Gilbert devait faire fi de ses attentes et se rendre à l’évidence : de riches marchands construisant, en 1992, des boutres de tonnage impressionnant n’étaient pas les survivants d’un commerce en déclin continu depuis l’époque coloniale. Les dows, voiliers de tailles diverses voguant depuis des temps immémoriaux sur l’océan indien, n’en appellent pas, simplement, à la nostalgie. De leur actualité surgissent quelques questions. D’abord, sur le plan des technologies, les apports coloniaux ont-ils relégué dans l’anachronisme  les technologies locales ? L’orientation du marché colonial vers le commerce de traite à l’avantage des métropoles a-t-il supplanté les réseaux locaux ? Quels furent les rapports entre les pouvoirs coloniaux et les entrepreneurs locaux ? La colonisation comme telle causa-t-elle un ras de marée économique, ou celui-ci sévit-il plus tard (p.3) ? Le caractère unique des réponses à ces questions en ce qui concerne Zanzibar  résulte, à la fois, des traits propres au contexte et à la souplesse d’utilisation d’embarcations peu coûteuses à construire.

3L’observation de l’activité du port ayant fourni à Gilbert une amorce de réponse non conforme aux préjugés, sa quête de réponses se poursuit de la même façon : il serre les faits de près et navigue contre le vent. Liés à l’économie des moussons, les dows n’ont été marginalisés, tout en conservant une pertinence plus locale, qu’après une transformation de l’ensemble de l’économie régionale désormais majoritairement indépendante du système des moussons. Cette réflexion fondée sur l’observation est le premier défi que lance l’auteur aux idées reçues à savoir celle de négliger les interactions et les réseaux au profit d’une lecture géographique d’un océan comme obstacle plutôt que comme lien. Navigué sur des bateaux construits en matériaux locaux à l’aide de technologies simples, selon un savoir-faire adapté aux conditions atmosphériques, l’Océan Indien fut le berceau d’une culture particulière, ni africaine ni asiatique, essentiellement côtière sans être coupée de l’intérieur des continents vers lequel les caravanes prenaient le relais. Second constat de l’auteur : en l’absence de travaux sur l’économie « informelle » à l’époque coloniale, ce secteur est passé inaperçu et, du même coup, la résistance des marchands à la colonisation n’a pas été perçue, alors que la réglementation du commerce du clou de girofle et des esclaves touchait bien davantage la classe marchande que la classe paysanne. Les dows, dont les voies maritimes n’ont jamais été bien contrôlées, ont battu le pavillon de la liberté à l’époque coloniale, contournant les écueils réglementaires chaque fois que le bon sens commercial faisait du transport par dow la voie la plus rationnelle. C’est ce que démontre l’étude minutieuse des fluctuations d’un commerce articulé sur le bois de mangrove et le clou de girofle mais où, selon les époques, les esclaves, les étoffes, le poisson et autres produits de la mer, le bétail voire des biens de consommation courante comme le savon et les biscuits, ont circulé et circulent entre Bombay, Socotra, Aden, Zanzibar, Pemba, Lamu, notamment, unissant des régions écologiquement et économiquement complémentaires.

4L’action coloniale visa surtout, à travers le contrôle du commerce des esclaves et de celui du clou de girofle (celui-ci soumis à taxation), à isoler le commerce par dow pour pouvoir le contrôler, le marginaliser et le remplacer par des moyens modernes qui devaient témoigner des progrès réalisés grâce à elle. Les réglementations, la définition des paramètres des vaisseaux indigènes qui entrava leur développement, la discrimination dans les équipements portuaires et l’obligation faite aux dows d’utiliser ces infrastructures contraignantes n’eurent que des effets limités. Ceci permit aux dows de jouer un rôle significatif au cours de la seconde guerre mondiale, quand l’insuffisance de la flotte marchande fit percevoir clairement leur importance pour l’alimentation de la côte est-africaine, mais aussi de la côte indienne. Leur potentiel subversif en temps de guerre ou de troubles apparut aussi et fit renaître l’ambivalence et le désir de contrôle. Les dows ont connu leur période de gloire durant les années 1950. La révolution pétrolière, puis la révolution zanzibarite de 1964, ont définitivement marginalisé les dows, d’une part en attirant la main-d’oeuvre indispensable, de l’autre, en isolant Zanzibar du monde arabe et en soumettant le commerce du clou de girofle à un contrôle tel que l’île se trouva isolée des nouveaux développements du commerce de l’Océan Indien, articulé désormais sur le pétrole du golfe persique et les biens manufacturés en Inde. Malgré sa position idéale, Zanzibar, marginalisée, « sombra dans la pauvreté ».

5Cette brillante étude constitue la biographie passionnante d’un objet étroitement lié à un art de vivre. L’histoire des dows fait émerger un monde océanique comparable au monde méditerranéen dans l’usage qui est fait d’une étendue d’eau devenue instrument millénaire d’échanges. On ne peut qu’imaginer la richesse d’une histoire plus complexe qui prendrait en compte les perspectives indiennes du récit et la géopolitique coloniale dans ses versions océanes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle de Lame, « GILBERT, Erik, Dhows and the Colonial Economy of Zanzibar, 1860-1970 », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 148-149.

Référence électronique

Danielle de Lame, « GILBERT, Erik, Dhows and the Colonial Economy of Zanzibar, 1860-1970 », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/153

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org