Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

FIEMEYER, Isabelle, 2004, Marcel Griaule citoyen dogon

Actes Sud, Arles, (collection « Archives privées »),  172 pages.
Cécile Leguy
p. 145-146

Texte intégral

1Si on ne compte plus les ouvrages sur les Dogon, ce petit livre est la première biographie de Griaule. L’auteur n’est pas ethnologue et c’est tant mieux : elle nous propose son approche hors de toute polémique à propos d’un homme qui a joué un rôle essentiel dans la construction d’un regard plus humain sur les peuples colonisés.

2À l’aide d’archives et de témoignages, I. Fiemeyer retrace le cheminement d’une histoire personnelle à laquelle se mêle l’histoire de l’ethnologie française. Les huit chapitres nous renvoient directement au rythme d’entrée dans la parole poétiquement présentée dans Dieu d’eau, que Griaule adressa au grand public comme une porte ouverte sur une autre manière de penser et de vivre, un appel à s’intéresser à autre que soi-même.

3On découvre un homme aux talents multiples, voué au voyage depuis son enfance, travailleur acharné laissant après sa mort des milliers de « fiches à l’écriture serrée » (p. 13). Ceux qui l’ont connu semblent s’accorder sur la force qui se dégageait de lui, un charisme qui le faisait osciller entre charme et autorité, ne laissant personne indifférent.

4Comme son frère, Griaule choisit la carrière militaire, mais à la mort de celui-ci, il cesse de suivre le modèle pour inventer sa propre histoire. Il reprend ses études, s’intéresse à l’Abyssinie, apprend l’amharique et le guèze, prépare une première expédition qui va le consacrer comme ethnographe. Homme de terrain, il est infatigable, ingénieux, doué pour les relations. Soutenu par sa femme, admiré par ses trois filles – l’aînée, Geneviève, l’accompagne en pays dogon dès 1946 – il mène des missions de grande ampleur, dont Dakar-Djibouti. Sur le terrain, il met en pratique les enseignements de Mauss et Cohen. Entouré d’une équipe pluridisciplinaire, il combine enquêtes intensives et extensives, travaillant dans l’urgence avec le sentiment que ce qu’il découvre est en train de disparaître. Puis, il s’attache aux Dogon, consacre sa thèse1 aux danses des masques, prend le temps de rester jusqu’à devenir un « citoyen dogon », honoré par des funérailles2 lors de sa mort prématurée en 1956. Le mannequin figurant sa dépouille repose dans la falaise, au-dessus du petit barrage dont il avait initié la construction.

5L’engagement de l’ethnologue sur le terrain est aussi un engagement politique et moral. Face au conflit italo-abyssin, il est auprès du Négus dont il rédige les Mémoires, suit les débats à la SDN, est sollicité comme expert par la délégation éthiopienne. Après l’exil d’Hailé Sélassié, il continue de soutenir les résistants et se montre prêt à risquer sa vie pour libérer l’Abyssinie (p. 52). Le livre militant qu’il écrit alors, La peau de l’ours3, figurera sur la « liste Otto ». Durant l’occupation, Griaule fait preuve du même engagement humaniste, ce qui ne l’empêche pas, suite à une calomnie, d’être suspendu deux mois de ses fonctions4 pour enquête. Mis hors de cause dès le 1er décembre 1944, il reprend avec passion enseignement et recherches, prêtant peu d’intérêt aux médisances qui continuent de courir à son sujet.

6Infatigable chercheur de terrain, humaniste engagé, Griaule est aussi homme de lettres. Comme l’écrit I. Fiemeyer, « devenu explorateur, aventurier, ethnologue, Griaule ne cessera jamais d’être écrivain » (p. 22). Dès sa jeunesse, il s’était adonné à cette passion et il publie le journal de terrain de sa première mission en Abyssinie sous forme de récit5, avec déjà la volonté de donner à voir à un large public ce que ses expéditions lui font découvrir. En 1929, impliqué dans la vie intellectuelle et artistique, il collabore à la revue Documents et se lie d’amitié avec Leiris, « une amitié à l’image de l’époque, Leiris le poète-l’écrivain et Griaule l’explorateur-l’homme d’action se renvoyant une image déformée l’un de l’autre » (p. 32). Si Griaule renonce à la littérature pour l’ethnologie, il reste un écrivain de talent, dans ses livres comme dans ses discours.

7Au plaisir de la lecture, le livre d’I. Fiemeyer ajoute celui du regard. Le texte est accompagné de nombreuses photos : des photos d’archives au fil des chapitres, puis une série de photos prises par Griaule lui-même. Ces clichés nous conduisent, à travers son regard posé sur la vie quotidienne, à retrouver des paysages, des personnes, des impressions : un petit garçon jouant avec frénésie du tambour, une mère allaitant ses jumeaux, un fou fixé à un tronc d’arbre qui nous rappellent l’amour que Griaule avait pour l’Afrique, mais surtout pour les hommes.

Haut de page

Notes

1 Masques Dogons, Institut d’ethnologie,1938 (5e édition en 2004).
2 Cf . Le film de François de Dieu, Funérailles dogon du professeur Marcel Griaule, 1964, 19mn.
3 Gallimard, 1936.
4 Il avait obtenu la première chaire d’ethnologie de l’Université de Paris en 1942.
5 Les Flambeurs d’hommes, Calmann-Lévy, 1934.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Leguy, « FIEMEYER, Isabelle, 2004, Marcel Griaule citoyen dogon », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 145-146.

Référence électronique

Cécile Leguy, « FIEMEYER, Isabelle, 2004, Marcel Griaule citoyen dogon », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/150

Haut de page

Auteur

Cécile Leguy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org