Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

COLOMBEL (de), Véronique, 2005, Contes ouldémés, Nord Cameroun

Peeters, SELAF 409, 785 p.
Paulette Roulon-Doko
p. 143-145

Texte intégral

1Il s’agit d’un très gros recueil de contes des Ouldémés du Nord-Cameroun, petits agriculteurs des monts Mandara. Une brève introduction nous présente leur situation géographique, leur histoire et leur société, puis le statut des contes dans cette culture. La récitation des contes, mythes et légende se pratique essentiellement, la nuit, en saison sèche. Il n’y a pas de conteurs spécialisés et chacun, hommes, femmes ou enfants, peut y participer. Ayant précisé les conditions de collecte du corpus (enregistrements spontanés en situation), Véronique de Colombel présente son corpus et nous expose le classement qu’elle a retenu. Elle distingue d’une part des mythes [34], des récits historiques [39] et une épopée [3] qui ont en commun d’être introduit par la périphrase « ce qui se passait à l’époque de… », des contes [>1 75] qui sont chacun désignés par le terme générique màlàlàmbàd qui n’est pas mentionné là mais se retrouve dans le titre donné à chaque conte présenté, et enfin des légendes qui portent sur les extra-humains [28], la relation homme-esprit [83], la magie et la sorcellerie [> 23] qu’aucun terme ouldémé ne désigne. A partir de ce corpus, l’auteur a choisi de retenir 41 contes et 1 version de l’épopée dits par 11 conteurs (2 femmes, 1 jeune homme apprécié pour son talent de conteur et 8 jeunes et enfants). Aucun exemple de mythe, de récit, ni de légende n’a été retenu parce que, selon l’auteur, ils « traitent plus spécifiquement des croyances et des histoires locales [… qui] si elles témoignent d’une grande richesse culturelle, elles ont moins vocation à l’universel. » (p. 21). Je reviendrai sur ce choix ultérieurement.

2Une série de 8 illustrations en couleurs réalisées par un jeune garçon Garoua Fidji alors âgé de 12 ans sépare la partie de présentation du livre des textes proprement.

3Dans le souci de permettre un accès à la langue ouldémé que Véronique de Colombel maîtrise et qu’elle a étudié en tant que linguiste, elle a fait le choix de nous proposer deux textes avec, en face de la traduction française aux lignes numérotées, le texte ouldémé également numéroté. Une liste des abréviations en début du livre nous donne la clé de l’analyse grammaticale mais aucune indication ne nous permet de comprendre la graphie. Le traitement des valeurs grammaticales est différente pour le conte de la tête ronde et le texte de l’épopée. Pour le premier seule l’indication mod. est utilisée pour les modalités verbales alors que pour l’épopée, un système plus détaillé intervient qui, bien que déjà présenté dans les abréviations est repris dans la note 1 de la page 39 qui renvoie aux analyses de VdC 1996 dont la référence complète n’apparaît pas jamais. Il eut mieux valu uniformiser le mot à mot et s’en tenir à un seul niveau d’analyse. Une dernière remarque quant au mot à mot concerne le traitement des idéophones. Pourquoi cette catégorie est elle toujours mentionnée comme id. suivi ou non d’un sens, alors qu’on ne dit pas n. ou v. pour nom ou verbe ? Dans de nombreux cas, une note en donne le sens. Ainsi dans l’énoncé 36 p. 31 le mot à mot donne id./id./id./id. que complète la note 4 « bruit de fouille, démarche tâtonnante » ce qui aurait pu être rendu dans le mot à mot par "d’une démarche tatônnante". L’usage abusif de id. rend la lecture du mot à mot difficile. Enfin le mot à mot, aurait plus facile à suivre s’il était interaligné avec le français, comme on le fait couramment dans les ouvrages de linguistique. Les phrases un peu longues obligent le lecteur à une gymnastique qui peut en rebuter plus d’un.

4Chaque texte est précédé d’une numérotation qui n’est jamais explicitée et conduit à des envois introuvables, comme la note d p.42, reprise en note a p.188, et qui renvoie à la note 6 de l’noncé 50 du cone 2 qu’on en sait commen trouver (en fait p. 571)s’agit-il de l’ordre d’enregistrement ? Suit un résumé très utile et la mention non systématique du nom des conteurs. Lorsqu’apparaît pour toutes les parties de l’épopée le nom de trois conteurs, on peut penser que ceux-ci se sont relayés, mais ce n’est qu’un supposition. Par contre dans le cas des contes, on aurait aimé savoir comment un même conte peut être dit par deux personnes ?

5L’épopée présentée en 2ème partie est passionnante qui montre bien le souci de mémoire généalogique des Ouldémés que le récit permet de faire revivre. Les contes retenus mettent en scène toutes sortes de personnages qui ne sont pas seulement des humains, l’auteur propose une subdivition en 7 parties. La première met en scène un enfant « tête ronde » qui n’a pas le comportement classique d’un être humain et possède toutes sortes de pouvoirs. Les autres parties sont centrées sur un personnage récurrent. La troisième partie porte sur le couple de l’idiot Abaga et de l’écureuil. La quatrième développe le cyle des mésaventures d’Abaga. La cinqiuème partie traite de l’orphelin qui se révèle, dans cette société, être toujours un cadet maltraité par son frère aîné. La sixième partie met en scène une vieille femme qu’on a déjà vu dans d’autres contes et qui représente une conseillière. La septième partie traite du thème de la dévoration qui semble être toujours précédée d’une cuisson et peut également devenir du cannibalisme lorsque des animaux ou des êtres humains sont donnés à manger à d’autres de leurs semblables. Enfin une dernière partie est plus centrée sur des personnages animaux qui ont un comportement social d’humains.

6D’un bout à l’autre de ces contes, les personnages sont étonnants et leurs comportements déroutants. Comme dans tout monde imaginaire, celui-ci est spécifique de la culture ouldémée et véhiculent des messages, qui pour certains restent obscurs au lecteur qui découvre cette culture. contrairement à ce qu’affirme VdC qui considère que les contes parlent des « scènes de la vie quodidienne qui nous renseignent sur la culture matérielle et l’organisation des relations sociales » (p.21). Le quotidien du conte est tout de même bien loin du quotidien, Dans ces conditions, on aurait aimé avoir un exemple de légende pour percevoir un surnaturel qui se fait déjà très présent dans les contes. Je regrette seulement qu’elle n’ai pas eu la place de faire une analyse plus littéraire de ce monde très prometteur des contes ouldémés.

7Pour conclure, je féliciterai Véronique de Colombel pour cet immense travail dont la lecture est agréable et qui apporte un témoignage très fourni sur l’expression littéraire ouldémée.

Haut de page

Notes

1 Je n’ai pas pu faire le décompte précis, car l’auteur signale pour plusieurs d’entres eux "nombreux" et non un chiffre précis comme pour les autres.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « COLOMBEL (de), Véronique, 2005, Contes ouldémés, Nord Cameroun », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 143-145.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « COLOMBEL (de), Véronique, 2005, Contes ouldémés, Nord Cameroun », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/148

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org