Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BROOKS, George E., 2003, Eurafricans in Western Africa. Commerce, Social Status, Gender, and religious Observance from the Sixteenth to the Eighteenth Century

Athens, Ohio University Press, 355 pages, 14 cartes.
Gérald Gaillard-Starzmann
p. 140-142

Texte intégral

1Ce livre fait suite à Landlords & Strangers, Ecology, Society and Trade in Western Africa 1000-1630 publié en 1993 (Westview Press). Il examine l’histoire des côtes de la Sénégambie entre les débuts du 16ème siècle et 1808, date où les Britanniques, désormais maîtres des mers, abolissent la traite esclavagiste et mandent leurs navires afin de la prévenir. Un ouvrage à venir traitera de la période suivante qui est celle de l’expansion de l’impérialisme européen et de l’accroissement du commerce des produits forestiers et agricoles.

2Landlords & Strangers, le premier volume du triptyque, s’attachait à la reconstruction des dynamiques historiques de l’implantation européenne sur les côtes, avec comme particularité essentielle de mettre en avant les modifications climatiques et environnementales sur la période considérée. Après avoir repris les travaux de Hair sur les groupes côtiers pour les dépasser par l’apport de nouvelles données, le livre collait à l’histoire des réseaux commerciaux depuis les caravanes mandé, jusqu’à la mise en place des réseaux Banyun puis Biafada. L’auteur mettait en avant l’apparition d’un groupe métis et la concurrence qui opposaient Européens et Cabo Verdiens au tournant du sixième siècle.  

3Après le résumé d’éléments déjà contenus dans le livre précédent, Eurafricans in Western Africa débute par la peinture d’un moment où les Européens et les Eurafricains sont implantés sur 1500 km de côte et participent à un commerce qui s’enfonce sur plus de 1000 km à l’intérieur des terres. Le terme d’Eurafricains regroupe les Luso-Africains, les Franco-Africains et les Anglo-Africains, c’est-à-dire la progéniture des commerçants européens et des femmes africaines souvent de haut statut.

4On suit dans un détail souvent très anecdotique (ce n’est pas une critique), les installations, les rencontres, les noms et le flot des produits, le succès ou les échecs des différents groupes sociaux : lançados (aventuriers portugais et cap-verdiens s’installant en Afrique), tangomaos (aventuriers fuyant les autorités européennes et péjorativement considérés comme renégats), grumete (gens de mer employés par les commerçants) et landlords (maîtres ou propriétaires de la terre). C’est tout au long du livre que l’on suit les rivalités toujours présentes entre Espagnols, Portugais, Hollandais, Français ou Anglais. On suit aussi avec le même détail le dessin des frontières de l’influence des traideurs de nationalité européenne et celles des Euro-Africains, en guerre, lorsque les métropoles le sont. L’affrontement des Européens et des Luso-Africains pour le commerce sur la Gambie dans la seconde moitié du 17ème siècle représente néanmoins un moment particulier.

5Le titre du livre l’indique, il s’agit prioritairement de suivre le destin du groupe constitué par les Euro-Africains. Ainsi on verra que c’est le commerce de la cola qui lui permet de s’implanter en Sierra Léone. Comme il l’avait fait dans son livre précédent, l’auteur tient le fil des transformations écologiques et montre comment périodes sèches et périodes humides jouent sur la détermination des routes ou des implantations commerciales.

6Il ne s’agit pourtant pas d’une “histoire totale”. Celle interne des sociétés africaines, même proches, est presque absente si ce n’est dans son articulation au groupe Euro-Africains. On ne sera donc pas étonné que l’on puisse presque en conclure que les histoires locales se jouent en Europe. Si c’est sur le mode de l’échange entre landlords et strangers que  dans un premier temps se règle le rapport commercial, c’est par les liens avec les “african women” qu’il prit un autre visage car “For many French and English traders, it was Luso-African and African women who provided access to the networks”. Sans doute les passages les plus riches et les plus agréables à lire sont ceux dédiés à ces femmes : Nhara et Signares sur lesquelles Brooks avait à plusieurs reprises déjà publié. Traitant de l’évolution des Nhara, il souligne que contrairement à leurs prédécesseurs, de nombreux commerçants (traideurs) français et anglais cohabitent au 18ème siècle, non avec des Africaines, mais avec des Luso-Africaines (p.125). Il examine comment les héritages, genres sexués, pratiques religieuses ou rôles sociaux sont localement déterminés par l’appartenance ethnique de mères africaines ou eurafricaines dont l’influence était bien supérieure à celle des géniteurs européens. Mais surtout, Brooks nous donne à lire le destin singulier de plusieurs de ces femmes, dont certaines, possédant vaisseaux et plantations, entretenant des havres de luxe, sont dites  avoir couramment parlé le portugais, le français et l’anglais.

7Les limites de l’œuvre de Brooks sont importantes. D’un côté, la richesse de l’information est telle que, donnant parfois le sentiment d’une suite de fiches, elle rend difficile une lecture continue. Le problème central de ce type d’enquête est qu’il faut combler l’absence de documentation par des hypothèses qui, au fil de la plume, deviennent vite des affirmations. J’entends par là que c’est souvent à partir d’un unique témoignage que les auteurs posent un fait. On a même des affirmations contradictoires. Ainsi les Biafada sont, à la même époque, tantôt présentés comme une population formant une société dite acéphale et tantôt comme vivant sous le gouvernement du souverain de Guinela (port situé sur le Rio Grande). De même Brooks affirme que Guinela demeure le principal port du commerce lançado jusqu’en 1636 (p.82) quand Donelha, qui s’y rend en 1581 (et qui écrit en 1625), note déjà une grande désaffection. D’autres propositions m’ont semblé hâtives. Je ne dirais pas que les Landuman sont matrilinéaires (p.xxi) ni que les Camara (ou Kamara) sont “partout considérés comme des lignées de forgerons ou que leur totem est fréquemment un serpent” (p.30). Parler de “Poro university” me semble relever du romantisme. Picorer dans des textes qui ne sont pas étudiés pour eux-mêmes, entraîne que certains traits pourtant centraux des témoignages, sont laissés de côté (ainsi la question du régicide). Brooks écrit que : “for many years, lançados were not permitted by the Banyun or Biafada to venture inland” (p.54). La proposition est rapide et il est surtout dommage que l’hypothèse de l’institution “port de traite” ne soit jamais explorée.

8On regrette aussi l’absence de tables récapitulatives et de chiffres. On trouve dans d’autres textes certaines de ces précisions, je pense ici à ceux de Curtin, de Mettra, de Rodney. Considérant l’énorme masse documentaire et le travail manifeste sur lesquels s’appuie le livre, l’auteur aurait sans doute pu en composer quelques-unes et son œuvre y aurait gagné. On aurait pu imaginer un simple rappel de la date de création des différentes compagnies, le nombre des factories, celui des navires et des entrepôts sur chacun des fleuves, la liste des Nharas connues.

9Ces critiques sont à la hauteur d’un livre exigeant qui est de référence et que devront nécessairement étudier tous les spécialistes de la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Gaillard-Starzmann, « BROOKS, George E., 2003, Eurafricans in Western Africa. Commerce, Social Status, Gender, and religious Observance from the Sixteenth to the Eighteenth Century », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 140-142.

Référence électronique

Gérald Gaillard-Starzmann, « BROOKS, George E., 2003, Eurafricans in Western Africa. Commerce, Social Status, Gender, and religious Observance from the Sixteenth to the Eighteenth Century », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/144

Haut de page

Auteur

Gérald Gaillard-Starzmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org