Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Viviane BAEKE : Le temps des rites. Ordre du monde et destin individuel en pays Wuli (Cameroun)

2004, Société d’ethnologie, Nanterre, 471 p., dessins de J.M. Chavy, photos, annexes, bibliographie, index.
Lluís Mallart Guimerà
p. 139-140

Texte intégral

1Heureusement l’étude de Viviane Baeke nous montre d’une façon éclatante que le temps du vieux rite ethnographique produisant des études monographiques n’est pas révolu. Son livre apparaît comme un modèle d’étude monographique qui dépasse largement le cadre d’une ethnographie locale pour devenir une œuvre de référence anthropologique. Le particulier y apparaît, implicitement ou explicitement, éclairé par de grandes problématiques anthropologiques, ce qui permet que celles-ci puissent recevoir à leur tour de nouveaux éclairages à partir d’une recherche ethnographique minutieuse et rigoureuse, centrée dans le temps et l’espace, la seule qui puisse contribuer à nourrir la pensée anthropologique.

2Mais il est également possible d’envisager le livre de Viviane Baeke comme une étude sur l’univers rituel des Wuli. Comme on le sait, les rites s’inscrivent dans un contexte géographique, historique, matériel, social et politique (première partie) que notre auteur analyse en profondeur afin de donner un sens au monde du rituel et par lui nous offrir un grand tableau sur la société wuli en entier.

3En ce qui concerne la partie consacrée au rituel, après avoir montré la spécificité de la sorcellerie wuli (), Viviane Baeke nous conduit progressivement dans la sphère propre du rituel, particulièrement celle où s’exprime le pouvoir des associations initiatiques de contre-sorcellerie, détentrices des objets animés à la fois par les génies de l’eau (núi ndü) et les fantômes (maŋk’’a), chacun remplissant des fonctions distinctes. Ces associations sont présentées l’une après l’autre à travers la nature de ces différents objets et celle du pouvoir qui les anime, leur mode d’utilisation par les initiés dans le combat contre la sorcellerie, les sanctuaires où ils sont gardés et leur aptitude à être ou non exhibés publiquement lors de certaines grandes crises au sein de la société. Tout ceci est exposé minutieusement de façon à nous donner les clefs pour comprendre la dimension d’une nosographie, d’une étiologie et d’une thérapie collective qui prend forme dans le cadre institutionnel de ces associations initiatiques. Cette analyse se termine par une tentative de mise en forme de l’histoire mythique des objets rituels, ce qui permet de dégager une structure conforme a la pensée symbolique des Wuli, situant certaines associations du côté de l’eau bénéfique et en reléguant d’autres du côté du feu, de la forge et de la sécheresse. C’est ainsi que Viviane Baeke nous amène à comprendre l’enjeu politique qui les anime car « l’autorité et le prestige se fondent sur la détention de pouvoirs rituels liés à l’appropriation d’objets . »

4Si les transgressions aux règles des associations sont régies par un code rigoureux, plus ou moins ouvert mais toujours limité à un certain nombre de maladies spécifiques, celles qui ne relèvent pas de la sphère du entraînent d’autres maladies dont la nature n’est pas spécifiée, laissant ainsi un champ nosologique ouvert. Viviane Baeke examine cette dernière catégorie de transgressions en nous montrant que cette ouverture nosologique s’exprime dans la pensée wuli par référence à la catégorie de chaleur ou échauffement suivant des degrés déférents (gwi, bö, böbö…) en relation avec la nature de la transgression (meurtre, interdits édictés par un défunt, interdits réglant la vie villageoise…) : c’est la « thermodynamique des transgressions » qui, couplée avec la stratégie des rituels de réparation et des sacrifices visant le « rafraîchissement » de la situation, met en lumière la vieille opposition (et non seulement hippocratique) entre le chaud et le froid (ou frais).

5En présentant l’univers rituel des Wuli, Viviane Baeke a eu raison de tenir compte, mais sans s’y conformer entièrement, des différentes classifications rituelles proposées par les auteurs car, au temps des rites (réversible et irréversible) sur lequel ils se fondent, il faut prendre en considération un autre temps : le tempo, lent ou rapide, des mélodies, rythmes et pas de danse, conditionné par les différentes périodes du calendrier agricole et rituel. C’est ainsi que, tant par la forme que par le contenu de ce long et passionnant chapitre, notre auteur nous fait comprendre l’importance des rythmes musicaux dans le système rituel wuli. Par la forme, d’abord, en traitant le sujet comme une pièce musicale avec son ouverture, ses différents mouvements, un interlude, de nouveaux mouvements et un final. Par le contenu, ensuite, en évitant de nous faire lire cette partition musicale d’une façon diachronique, mais – telle une composition musicale superposant les parties vocales et instrumentales – en nous la faisant entendre d’une façon synchronique : en tentant de dégager les ensembles symboliques qui sous-tendent la structure globale, musicale, mais aussi rituelle. Et aujourd’hui que les technologies nouvelles le rendent plus facile, il ne manque dans ce beau livre qu’un CD avec ces rythmes afin que le lecteur puisse joindre le plaisir de la lecture à celui de l’écoute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lluís Mallart Guimerà, « Viviane BAEKE : Le temps des rites. Ordre du monde et destin individuel en pays Wuli (Cameroun) », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 139-140.

Référence électronique

Lluís Mallart Guimerà, « Viviane BAEKE : Le temps des rites. Ordre du monde et destin individuel en pays Wuli (Cameroun) », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/136

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org