Navigation – Plan du site
Archéologie et sources

Historiae Oculus Geographia

Essai sur un corpus de cartes anciennes du sud-ouest du pays akan
René Baesjou
p. 101

Résumés

La comparaison des toponymes qui apparaissent sur une petite sélection de cartes, datées de 1600 à 1858, représentant la partie occidentale du Ghana contemporain sert de base à la présente recherche. Celle-ci montre dans quelle mesure ces cartes reflétaient, en leur temps, l’histoire de cette région, tout en donnant parfois des informations qui n’existent pas dans les relations de voyage contemporaines.
Dans l’ensemble, les changements politiques dans la zone côtière étaient assez promptement signalés et de manière précise. Les informations concernant les évolutions dans l’arrière-pays étaient quant à elles transmises aux Européens sur la Côte par une chaîne de messagers et de marchands, ce qui avait pour résultat de rendre souvent inexacte et confuse la localisation de ces territoires et lieux. De plus, en Europe, les dessinateurs de cartes se copiaient les uns les autres et n’avaient ordinairement pas une connaissance directe de la terre africaine.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

Gold Coast, history, maps
Haut de page

Texte intégral

1Cet essai traite d’un petit corpus de cartes anciennes de la partie occidentale de la Côte de l’Or. Elles ont été réalisées entre le début du dix-septième siècle et 1850, une période pendant laquelle les comptoirs et les forts des compagnies européennes concurrentes se succédaient à peu de distance les uns des autres le long de la côte, telle une galerie marchande s’offrant au choix des négociants africains (Van Dantzig, 1980a : VII-XII).

2La question est de savoir dans quelle mesure ces cartes offrent une image fidèle de la situation géographique du moment, et s’il est possible, en les comparant les unes aux autres, d’y déceler les indices de changements politiques, de migrations ou d’autres événements qui ont eu lieu sur le littoral ou dans l’arrière-pays. En d’autres termes la géographie est-elle bien l’œil de l’histoire, comme l’affirmait, il y a plus de cinq siècles, Abraham Ortelius [1527-1598], érudit Anversois dont l’œuvre marqua les débuts de la cartographie moderne ?

Le seizième siècle

3« Historiae oculus geographia » : la géographie est l’œil de l’histoire, telle est la devise inscrite sur le frontispice du Parergon1 d’Ortelius. Il y commente l’œuvre des géographes anciens et modernes comme source de son Theatrum Orbis Terrarum, dont la première édition parut en 1570 (Van den Broecke, 2003). Erudit à l’esprit critique, Ortelius était en outre un homme d’affaire accompli. Il gérait un commerce florissant de cartes et de livres, entretenant des relations commerciales dans toute l’Europe.

4Ortelius s’était lié d’amitié avec Gerardus Mercator [1512-1594], le cartographe le plus éminent de son temps. Né à Rupelmonde en Flandres, Mercator étudia à l’université de Louvain chez le cosmographe et mathématicien Gemma Frisius [1508-1555]. Il séjourna ensuite quelque temps à Anvers avant de s’établir en 1552 à Duisbourg, en Allemagne, où il décéda à 82 ans, au crépuscule d’une vie bien remplie. Il est l’auteur de cartes utilisant la projection qui porte toujours son nom, une projection cylindrique de son invention (1569) qui révolutionna en son temps le domaine de la cartographie maritime. Grand cartographe, Mercator était aussi excellent graveur et calligraphe, et éminent fabricant d’instruments scientifiques. Ses globes terrestres et célestes sont un condensé du savoir cosmographique de son temps (Osley, 1969). Christoph Plantin [1520-1589], son contemporain, possédait une maison d’édition et une imprimerie à Anvers. Il y produisait toutes sortes de cartes et d’ouvrages précieux qu’il négociait en gros2.

5Jodocus Hondius [1563-1612], un autre Flamand, joua un rôle de premier plan dans le domaine de la cartographie à la fin du XVIe siècle. Au sortir d’une éducation primaire reçue à Gand, il s’était formé, essentiellement en autodidacte, à la gravure et aux mathématiques. Les dissensions religieuses de son temps le forcèrent à s’exiler à Londres où il travailla notamment pour le géographe Richard Hakluyt [c.1533-1616] et pour Emery Molyneux, fabricant de globes terrestres. Il rencontra le Flamand Pieter van der Keere, graveur de grand talent, et sa sœur Colette qu’il épousa. Une fructueuse collaboration entre les deux hommes s’ensuivit et, en 1593, toute la famille s’établit à Amsterdam.

6Cornelis Claesz [c.1515-1609], Brabançon d’origine, était un relieur formé à Emden, dans la Frise orientale, puis à Cologne. Tout d’abord installé en Hollande, à Enkhuyzen, puis à Hoorn, il s’établit finalement à Amsterdam en 15783. Il devint éditeur et célèbre marchand de cartes, de traités de navigation et de récits de voyage. Il entretenait des relations avec un réseau international de libraires, de graveurs, d’éditeurs et de cartographes et publiait des ouvrages en néerlandais, en latin, en français et en allemand. En 1596, il fit notamment paraître deux ouvrages se rapportant à l’Afrique : une traduction en néerlandais de la description du royaume de Congo par Pigafetta, parue en italien en 1591 à Rome4, et le tome de l’Itinerario de Jan Huygen van Linschoten traitant de l’Afrique au sud du Sahara. Le frontispice de ce dernier présente une gravure du monde en deux hémisphères par Jodocus Hondius.

7L’édition de 1602 de la « Description et récit historique du riche Royaume d’Or de Guinée autrement nommé la Côte de l’Or de Mina »5 par Pieter de Marees est une source importante pour la connaissance de la Côte de l’Or à la fin du XVIe siècle. En complément de cet ouvrage, Cornelis Claesz publia une carte de la côte composée par le Portugais Luis Teixeira [1564-1613] et gravée par Baptista à Doetechum. Pour la première fois étaient disponibles simultanément une « relation historique » et la carte s’y rapportant : point de départ approprié pour entamer cet essai sur les changements observables entre 1600 et 1850 sur les cartes de la partie occidentale de la Côte de l’Or6. Cette partie de l’actuel Ghana est parfois indiquée sur les cartes anciennes comme étant la côte supérieure ou haute côte, en raison du sens de circulation des navires qui faisaient voile en profitant du courant qui longe la côte d’ouest (haut) en est (bas).

La carte de Luis Teixeira

8La carte que Cornelis Claesz fit paraître la même année que l’ouvrage de Pieter de Marees sur la Côte de l’Or (1602), est intitulée « Effigies ampli Regni auriferi Guineae in Africa siti…delineata per S. Rovelascum et politioribus lineamentis figurata per Lodouicum Texeram, protocosmographum Regis Hispaniarum »7. Une lettre écrite le 20 février 1592 à Lisbonne par Luis Teixeira à une relation d’affaire à Anvers, Abraham Ortelius, nous donne quelques indices quant à la réalisation de cette carte (Zandvliet, 1998 : 21) et (Schilder, 2003 : 330). Teixeira informe Ortelius qu’un nommé Revelasco ne pouvait lui apporter ce qu’il avait demandé, parce qu’il était sur le point de partir pour Elmina. A sa place, Jheronimo Colmáas se rendrait à Anvers, avec de nouvelles cartes de la Chine et du Japon.

9Il va de soi que S. Rovelascus nommé dans le titre de la carte de 1602 et le Snor Frco Revelasco mentionné dans la lettre de Teixeira en 1592 ne sont qu’une seule et unique personne (Cortesão et Teixeira da Mota, 1960 : 41-49, 67-69). Revelasco était un collaborateur de Teixeira qui entretenait à l’étranger ses relations commerciales et recueillait des informations cartographiques. Il est probable qu’il avait préparé la carte de Guinée à Lisbonne.

10Nous ne disposons cependant ni de la carte originale conçue par Teixeira, ni de l’esquisse exécutée par Revelasco. En effet, leur travail ne nous est pas parvenu en son premier état, tel qu’il fut publié en 1602 par Cornelius Claesz avec le récit de Pieter de Marees, mais seulement sous la forme exécutée par le graveur Baptista à Doetechum et éditée par Hugo Allard vers 16508.

11Il apparaît clairement que Luis Teixeira et Pieter de Marees ont travaillé indépendamment l’un de l’autre. En effet, la carte contient beaucoup de particularités qui ne sont pas mentionnées dans le livre tandis que le livre traite de lieux qui ne figurent pas sur la carte. Pourtant, la carte comme le livre révèlent des trésors d’informations jusque-là non divulguées, quoique Cornelis Claesz eut déjà édité deux cartes différentes de la côte atlantique de l’Afrique, l’une gravée par Ioannes à Doetechum vers 1592/4, l’autre par Arnoldus F. à Langren vers 1595/6. Sur ces cartes, les toponymes de la région située entre les rivières Tano et Prah se succèdent de la manière suivante :

12La topographie des cartes est donc à peu près identique, à l’exception de S. Apolonia qui n’est pas indiqué sur la carte de 1595/6. Le toponyme Atalaia renvoie au terme portugais qui signifie « poste de garde ». Il fait probablement référence à un ancien poste de douane établi sur l’île d’Abokwa, devant Busua. La rivière Prah s’appelait Rio de S. Jorge au XVIe et au début du XVIIe siècle, avant de devenir sur les cartes le Rio S. João, probablement en l’honneur du roi João IV qui libéra le Portugal de la couronne d’Espagne en 1640.

Le Rio de Sueiro da Costa

13Alors que les cartes marines citées ci-dessus n’exposent que le littoral, la carte de Teixeira présente une topographie détaillée de l’arrière-pays. Commenter cette toponymie pose différents problèmes que la lecture de la « relation historique » de Pieter de Marees n’aide guère à résoudre. Pour commencer, le R. de Sueiro da Costa appelle quelques remarques. Il peut être identifié comme étant la rivière Tano, ou être tout du moins une représentation de l’aval de son cours et de son embouchure dans une baie située non loin du mont S. Apolonia, à l’ouest. Il est possible qu’en quelques siècles, du fait de l’ensablement du littoral, la baie se soit transformée en un système comprenant les deux lagunes distinctes – Dwuen et Nyeye – dans lesquelles la rivière Tano débouche aujourd’hui. La Tano prend sa source au nord-nord-est, non loin de Tekyiman, dans la région du Brong-Ahafo. Elle prend un cours sud-sud-ouest pour se déverser dans les lagunes précitées, connues également sous les noms de lagunes Tano et Ehy. Or, sur la carte de Teixeira, la source du R. de Sueiro da Costa est située près d’un massif montagneux vers le nord-ouest (région des Cacers Anguines), et coule vers le sud-est, puis vers le sud en direction de la côte. Il en résulte que l’identification du R. de Sueiro pose problème (Baesjou, 1988 : 16, 35, 65, 76 et n. 62, 122). Elle est ici identifiée comme étant la rivière Tano en raison du lieu de son embouchure, près du mont S. Apolonia.

14De fait, l’hydrographie telle qu’elle est représentée dans l’intérieur du pays est inexacte, et un R. de Sueiro tel qu’il est représenté sur la carte n’a jamais existé. Son cours à l’intérieur du pays rappelle plus ou moins le cours du fleuve Bandama, qui débouche dans la mer près de Grand Lahou, à quelques 220 km à l’ouest de l’embouchure du Tano. Si l’on savait dresser des cartes du littoral que l’on connaissait plus ou moins de visu, l’arrière-pays faisait problème, car les renseignements sur cet espace étaient souvent obtenus par ouï-dire, à travers une chaîne d’informateurs dont l’horizon était restreint et qui eux-mêmes disposaient de moyens limités pour l’estimation des distances et des directions. Cet état de choses donna naissance à une « géographie relative » (Baesjou, 1988 : 35).

Les toponymes entre le R. de Sueiro da Costa et le R. de Sama

15Entre le R. de Sueiro da costa et le R. Mancu, les toponymes rencontrés sont les suivants :

16A. Le long de la rive gauche du R. de Suerio, de l’aval vers l’amont :
1) M. de S. Apoloñga
2) [partie de] : DOMATO
3) Pitirees destruidos pellos Caceres Dampago
4) Labore
5) Cacers Anguines

17B. Le long de la rive droite du R. Mancu, de l’aval vers l’amont :
1) Bogio
2) Bacorees
3) Brum
4) Alderradra aldea do guira
5) Parigom
6) Xabanda [croix]
7) Corisseno de Aliphante grande [croix]

18Entre le R. Mancu et le R. de Sama, les toponymes mentionnés sont les suivants :

19C. Le long de la côte, d’ouest en est :
1) R. Mancu [=Ankobra]
2) Axem
3) Domena Axnim
4) C. de 3 Pontas
5) Costa danta
6) Prayo do velho
7) Caceros de ãpago destruiões pitirees
8) Pedra de S. Ma
9) Burel
10) Pedra de Sama
11) R. de Sama

20D. Le long de la rive gauche du Rio Mancu, de l’aval vers l’amont :
1) Minas dagri [indications de puits]
2) Bumas [représenté comme une place forte dans une lagune reliée au R. Mancu]
3) ANTA [région qui s’étend de Bumas à Asutu (=Afutu)]
4) Pesquerras
5) Semsee
6) Caso de meirinho
7) S.Lourenco
8) Catamanu [croix]
9) Quinimberim [sur un tributaire de R.Mancu]
10) ASSAS [croix]
11) Ocanu [croix]

21Il est évident qu’au cours des quatre derniers siècles, le territoire a été transformé par l’action successive d’une douzaine de générations humaines. Il n’est donc pas étonnant que tous les toponymes anciens ne soient pas identifiables aux lieux d’aujourd’hui, sans compter que les indications sur la carte sont tout sauf précises. Pourtant, la géophysique du littoral, pour autant qu’elle soit indiquée sur la carte, n’a pas substantiellement changé. La rivière Mancu s’appelle aujourd’hui Ankobra ou Ankwao. La rivière de Sama est actuellement nommée rivière Prah. En revanche, le nom de C. de 3 Pontas est demeuré inchangé : c’est le Cap des Trois Pointes. Pedra de S. Ma., l’écueil de Ste Marie, est un îlot rocheux à présent appelé Abokwa. Pedra de sama, les étocs devant Sama demeurent. Les collines d’Apollonia [M. de S. Aploñga] sont elles aussi bien là, même si elles pâtissent actuellement de l’extraction de sable utilisé pour la construction d’une route. Quant à la topographie des établissements et des peuples, seul Axim [Axem] se trouve toujours à l’endroit indiqué sur la carte9.

22DOMATO, du portugais « do mato » signifie littéralement « de la brousse ». De fait, le domaine indiqué est aujourd’hui encore couvert de forêts (Valsecchi, 2002 : 82). Par contre, si la carte nous indique que le territoire d’ANTA s’étend de Bumas à Asutu10, Pieter de Marees affirme pour sa part qu’il ne s’étendait pas au-delà de la rive droite du R. de Sama ou S. George.

23Il est également remarquable qu’on puisse inférer de la carte l’histoire de la migration des Caceres d’Ampago qui, ayant écrasé les Pitirees, s’étaient implantés sur la côte au nord-est du Cap des Trois Pointes, après que ces derniers se soient réfugiés à l’intérieur, entre les rivières Ankobra et Tano (Baesjou, 1988 : 81 et n. 144) et (Valsecchi, 2002 : 89-93). En outre, quelques croix apparaissent en ordre dispersé sur une partie de la carte. Elles indiquent des endroits à l’intérieur du pays où se trouveraient des gisements d’or, suivant les informations portugaises (Cortesão et Teixeira da Mota, 1960 : 68) et (Baesjou, 1988 : 80 et n. 141).

Sama/Shama

24Contrairement à celles de Iohannes à Doetechum et d’Arnoldus à Langren éditées par Corneille Claessen respectivement en 1592/4 et en 1595/6, la carte de Luis Teixeira indique bien la rivière mais pas le village de Cama [Shama], bien que les Portugais y eussent un établissement fortifié depuis environ 1550, nommé São Sebastião (Van Dantzig, 1980b : 7, 18-19). C’était le premier port de l’ancienne côte de Mina, où le Tournaisien Eustache Delafosse, négociant d’une maison brugeoise, accosta avec sa nef en décembre 1479 (Escudier, 1992 : 27, 123), environ trois ans avant le début de la construction sur la côte du premier château portugais de São George da Mina à l’Aldeia das duas partes, situé à 34 km à l’est de Shama (Hair, 1994). Pieter de Marees relate que Shama et les Yabiw étaient initialement établis du côté est de la rivière S. George [Prah], mais après avoir été assaillis par le peuple d’Agitaki [Akitekyi ou Komenda], ils fuirent avec leurs pirogues de l’autre côté où ils s’installèrent sous la protection du « roi » d’Anta (De Marees, 1987 : 90-91).

Le dix-septième siècle

L’influence de Teixeira sur les cartes de Guinée au XVIIe siècle

25La carte gravée par Baptista Doetechomius et produite par Hugo Allard vers 1650 n’est pas la plus ancienne reproduction de « Guinea » dressée par Luis Teixeira, mais bien la plus détaillée. En effet, en 1606, Jodocus Hondius avait publié à Amsterdam une nouvelle édition de l’atlas de Mercator et il y avait inséré sa carte « Guineae nova descriptio », entièrement fondée sur Teixeira11.

Carte 1 : détail de la carte Guineae Nova Descriptio, préparée par Jodocus Hondius pour l’atlas de Mercator (dont il sera question plus loin)

Carte 1 : détail de la carte Guineae Nova Descriptio, préparée par Jodocus Hondius pour l’atlas de Mercator (dont il sera question plus loin)

26L’ampleur du territoire représenté constitue la différence majeure entre les deux cartes. Sur les deux cartes le littoral s’étend au sud jusqu’à Cabo de Lopez Gonsalves, mais Baptista Doetechomius prend le 29° de latitude nord (au sud du Maroc) comme point de départ du littoral, tandis que Hondius choisit le Cap Vert (Sénégal), à 15° de latitude nord.

27Les croix indiquant les gisements d’or sont absentes de la carte de Hondius, ainsi que les indications de DOMATO, ANTA, Praya do velho, Pedra de S. Ma., Burel, Pedra de Sama et R. de Sama (quoiqu’une rivière soit tracée sur la carte à cet endroit). La graphie des deux noms est légèrement modifiée : de Pitirees en Petirees et de S. Lourenco en S. Lorenco. Enfin, la carte de Hondius est plus équilibrée et plus claire quant à sa mise en page et à son graphisme, tandis que celle de Baptista Doetechomius contient davantage d’informations. Selon toute probabilité Baptista Doetechomius et Hondius ont travaillé d’après le même patron qu’ils avaient acquis en passant par l’éditeur et libraire Cornelis Claesz. Celui-ci entretenait de bonnes relations avec Jean Baptista Vrient à Anvers, le successeur d’Ortelius, qui vendait des feuilles séparées de Teixeira, comme celles de « Guinea » et de l’ « Afrique »12.

28Outre la zone côtière, déjà connue des cartes marines, l’influence de Teixeira sur l’image cartographique de Guinée est attestée par plusieurs éditions des atlas de Blaeu et de Janssonius parus au cours du XVIIe siècle13. Cette influence est rendue manifeste par les feuilles empruntées à ces atlas, comme par exemple « Guinea », une carte qui accompagne la description par Dapper des contrées africaines, publiée par Jacob van Meurs en 1668 à Amsterdam. Cette carte a peu à voir avec le contenu du livre de Dapper, tout comme la carte de Teixeira n’a que peu de rapport avec le livre de Pieter De Marees. Les croix indiquant les gisements d’or, reproduites sur presque toutes ces cartes, y figurent comme un cachet de Teixeira.

Une carte manuscrite anonyme de 1629 attribuée à Hans Propheet

29Cette carte porte le titre suivant :

« Carte du pays de la Côte de l’Or en Guinée telle qu’en divers endroits [sur cette côte] j’ai interrogé les noirs les plus experts et pour autant que notre nation fréquente la côte ai trouvé conforme. Celle-ci pour la première fois ainsi recueillie à l’usage de ceux qui l’incluent dans leur spéculation, jusqu’à ce que quelqu’un d’autre la mettra mieux à jour. Fait le 25 décembre anno 1629. En Guinée devant Moure. »14

30De fait, le seul établissement que les Hollandais possédaient en 1629 sur la côte était situé à Moure [Moree ou Mbowure] ; le reste était aux mains des Portugais. Le fort hollandais de Nassau y fut construit en 1611 sur ordre des Etats-Généraux, à La Haye, à la suite d’une demande du roi de Sabu, qui avait envoyé à cet effet deux émissaires en Hollande.

31La carte est séparée en deux parties : la géographie est présentée à droite, et à gauche figure un texte contenant de nombreuses descriptions de territoires.

32Sur le côté droit, se trouvent représentés les territoires des entités politiques suivantes15 :

Atsijn : limitrophe au nord d’Igwira, au sud de la mer et à l’est de Petit Inkassa.
Petit Inkassa : limitrophe au nord d’Igwira, au sud de la mer et à l’est d’Anta.
Anta : limitrophe au sud de la mer, à l’ouest de Petit Inkassa, au nord-ouest de Mampa, au nord d’Adom et au nord-est de Jabeu.
Igwijra, « riche en or » : limitrophe au sud d’Atsijn et Petit Inkassa, à l’est de Mampa et au nord de Grand Inkassa.
Mampa « riche en or » : limitrophe à l’ouest d’ Igwijra, au sud d’Anta, à l’est d’Adom et au nord de Grand Inkassa.
Adom « marchands » : limitrophe au sud-ouest de Mampa, au nord-ouest de Grand Inkassa, au nord de Wassa et au sud-ouest de Jabeu et Gwaffo.
Grand Inkassa : limitrophe au sud d’Igwira, au sud-est de Mampa, à l’est de Wassa et au nord d’Incassa Iggyna.
Wassa « très riche en or » : limitrophe à l’ouest de Grand Inkassan, au nord-ouest d’Incassa Iggyna, au nord de Wanquie, au sud d’ Adom, au sud-est d’Abramboe et au nord-est de Kuiforo.
Incassa Iggyna : limitrophe au sud-ouest de Grand Inkassa, au sud-est de Wassa et à l’est de Wanquie.
Wanquie « ont or et vêtements, sont marchands » : limitrophe à l’ouest d’Incassa Iggyna, au sud de Wassa et à l’est de Bonnoe16.

33La carte comporte par ailleurs quelques indications topographiques le long de la mer, contrairement à l’intérieur du pays où aucun lieu n’est mentionné.

34D’ouest en est, on lit :
1) Atsijn
2) dans le territoire de Petit Inkassa :
a) durpien [village]
b) Cabo de 3 puntes
3) dans le territoire d’Anta :
a) durpien
b) vissers durpien [village de pêcheurs]
c) botury [= Butre]
d) popompando
e) aioba
f) taccorary off anta [Takoradi ou Anta]
g) maquejanque
h) saconde
i) boary
j) çama [en mer] – klippen van çama [les écueils de Shama].

35Sur le côté gauche, le texte qui occupe une partie considérable de la carte suit la description des territoires à l’ouest de la rivière Prah :

Atchin : « lieu où les Portugais ont un fort, avec trois villages. La plupart des habitants sont pêcheurs ».
Petit Incassa : « d’une manière générale, ils sèment et moissonnent ; ils récoltent également des coquilles [d’huitre] dans une rivière. Ils en calcinent de grands tas pour en faire de la chaux qu’il vendent à ceux d’Atsijn [atchin], [c’est-à-dire aux Portugais] à qui ils sont dévoués et desquels ils ont appris à calciner. Cependant la plus grande partie de la chaux est calcinée à Atchyn [atchin] même et sert à la maintenance de leurs deux châteaux, aussi bien celui d’El Mina que celui d’Atchijn [atchin] ».
Igwijra : « est riche en or. Ici les Portugais d’Atchijn [atchin] ont eu un petit comptoir fixe, dans lequel ils commerçaient et ils y apportaient leurs marchandises par la rivière au moyen de pirogues. Depuis, ceux de notre nation commencèrent à négocier vigoureusement le long de la côte et les Noirs purent obtenir nos marchandises meilleur marché que les leurs, ils l’ont quitté et ont rassemblé leurs forces sur la plage. – on m’a informé – et je crois que c’est vrai – que l’or apporté à Achyne [atchin] et Abeny à quinze milles17 à l’ouest de Cabo Tres Puntes est uniquement de l’or d’Igwira [Igwijra]. Deux citadins habitent sur la plage à Petit Comendo : chacun d’eux a visité ce pays avec un peu de marchandises et s’en est retourné riche; néanmoins la route est assez dangereuse à cause des brigands ».
Grand Inkassa : « on en parle peu, pourtant ils viennent parfois en traversant Adom pour dépenser un peu d’or chez nous à Petit Comendo, surtout quand il n’y a pas de bateau à l’ancre à la Côte de l’Or ou à la Côte Qua Qua, en face d’Aseny ou Abeny ».
Inkassa Iggijna : « on en fait rarement mention ».
Anta : « est gouverné comme une république; ils n’ont pas de roi. Ils sont le plus souvent en état de guerre contre les gens d’Adom, qui les agressent violemment. Ceux de la plage sont pêcheurs, ceux de la terre sèment et moissonnent. Ils fournissent un peu d’or, apporté par ceux d’Igwyra et de Mampa, qui est maintenant fort entravé par la guerre. Les Portugais ont une redoute à Çama où ils perçoivent un impôt en poisson, de même qu’à Saconde. Il y a quelques années que ceux-là les18 ont appelé au secours contre leurs voisins – autres gens d’Anta qui les tourmentaient. Tacorary est le principal village d’Anta sur la plage ».
Jabeu : « est un petit pays avec sa propre ville indépendante ; hommes, femmes et enfants descendent la rivière et se livrent à un commerce de poules, de milho et d’autres marchandises avec les portugais à Çama, lesquelles sont toutes envoyées à la Myna ».
Adom : « ce peuple vient fréquemment sur la plage avec de l’or de leurs voisins pour le dépenser chez nous devant Petit Comendo parce que, à cause de la guerre, le passage à travers Anta n’est pas libre actuellement ».
Mampa : « ces gens commercent dans l’arrière-pays avec ceux d’Adom et d’Anta ».
Wassa : « les Noirs déclarent que ce pays est extraordinairement riche en or de sorte que ces habitants travaillent continuellement à son extraction. Ils sèment peu mais ils sont bien nourris par leurs voisins, on dit aussi que leur pays n’est pas fertile. Ceux d’Adom viennent d’ordinaire à la plage avec l’or de ce peuple ».
Wanquie : « procure de beaux vêtements, de l’or également, ils commercent avec les Acanistes de l’intérieur » (Van Dantzig, 1990 : 205-216).

36Il existe deux copies de la carte de 1629. L’une, probablement issue de l'atelier de Johannes Vingboons, se trouve dans la collection d’Anville [8198] du Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque Nationale à Paris19. Le texte néerlandais du titre diffère un peu de celui de la carte originale20 et l‘on a pas reproduit les observations de la partie gauche. Curieusement, Anta n’est pas nommée, mais tandis que la carte de Propheet ne va pas plus loin que Ningo, celle de la collection d‘Anville s’étend vers l’est jusqu’à la rivière Volta, avec indication des lieux Bissy, Tema, Cinck, Pompena et Lay. Au nord-est, trois régions ont été ajoutées au crayon : « Petit Tropassa, riche en esclaves », « Tropassa procure des chevaux » et « Boutane produit des tapis ». Ces derniers ajouts se retrouvent aussi sur la copie de Claes Jansz. Vooght publiée par Joh. Van Keulen dans les atlas maritimes « De nieuwe groote Lightende Zee-Fakkel » [le nouveau et grand  flambeau de la mer], publiés à Amsterdam en 1683 (tome V, livre I, carte n° 4) et « De groote Nieuwe Vermeerderde Zeeatlas ofte Water-Werelt » [Le grand et nouvel atlas maritime augmenté ou le monde de l’eau], publié à Amsterdam en 1696.

Autour de la carte de Prophe et : remarques et problèmes.

37La carte de Propheet présente une première reconnaissance de la Côte de l’Or. Elle fournit des informations sur les produits des différentes communautés, leurs échanges commerciaux et relations politiques, ainsi que sur leur position à l’égard des Portugais. En bref, des renseignements importants pour la jeune Compagnie des Indes Occidentales, qui était à la fois une entreprise commerciale et une machine de guerre ayant pour objectif d’expulser les Portugais et de monopoliser le commerce sur la côte21. En attendant, la compagnie se trouvait à la côte supérieure dans la nécessité de commercer sous voile, sans accoster.

38Propheet est de la génération qui suivit celle de Teixeira. Dans l’intervalle, les Caceres d’Ampago étaient devenus Petit Inkassa; les Assas, indiqués avec une croix chez Teixeira étaient maintenant présentés comme le Wassa « très riche en or » tandis que l’Alderradra aldea do guira, situé par Teixeira sur la rive droite de l’Ankobra, au nord des Pitirees écrasés, avait également changé de place et de nom, devenant l’Igwijra, situé maintenant sur la rive gauche du même fleuve. Anta aussi avait changé de place et se trouvait, selon Propheet, le long de la côte à une faible distance du Cap des Trois Pointes jusqu’à la rive droite de R. de Sama, non mentionné mais bien indiqué. De plus, il rapporte qu’Anta était sur pied de guerre avec Adom et que le pays était divisé.

39Des incertitudes subsistent cependant quant à la genèse de cette carte. Kees Zandvliet a avancé l’hypothèse que la carte de Propheet fut réalisée en Hollande par Hessel Gerritz, le cartographe de la Compagnie des Indes Occidentales de 1621 jusqu’à sa mort en 1632 (Zandvliet, 1992 : 287-288). De fait, la feuille sur laquelle la carte et les observations furent portées est pourvue de rhumbs [lignes indiquant les trente-deux aires de vent du compas]. La présence sur une carte marine de rhumbs, d’une rose des vents et d’une échelle suggère que son dessinateur était un cartographe professionnel. Or ce n’était pas le cas du marchand zélandais, même s’il était capable de dessiner22. On peut aussi se demander si le texte du côté gauche est de la main de Hans Propheet, ou s’il a été ajouté à la carte de Hessel Gerritz. Dans ce dernier cas, qui pourrait en être l’auteur ?

40Malheureusement, la partie inférieure de la feuille est déchirée, et seuls quelques mots sont encore lisibles sur le bord. Curieusement, une partie des observations portées sur le côté gauche se retrouve imprimée, presque mot pour mot, dans le célèbre livre d’Olfert Dapper intitulé « Naukeurige Beschryvinge der Afrikaensche Gewesten » [Description véridique des contrées africaines], publié en 1668, à Amsterdam, chez Jacob van Meurs ainsi que dans l’édition revue et corrigée de 167623. Où Dapper [1636-1689] a-t-il pu puiser ses informations ? Peut-être a-t-il pu consulter la carte de 1629 au comptoir de la compagnie à Amsterdam, lorsqu’elle était encore intacte. Cette hypothèse n’est pas retenue par Adam Jones24, et il est vrai que Dapper n'en dit rien dans l’introduction de son ouvrage, tandis qu’il informe ses lecteurs qu’il a eu le bonheur de disposer, grâce au savant historien Isaac Vossius, des écrits et des notes de Samuel Blommaert, qui décrivaient un nombre considérable de royaumes et de pays, de villes et de villages de la Côte de l’Or, jusqu’alors presque inconnus25. Treize ans plus tôt, Nicolas Sanson d’Abbeville [1600-1667], géographe ordinaire de Louis XIV, mentionnait la même source pour sa carte publiée à Paris en 1655 et intitulée « L’Afrique ou Lybie ultérieure… »26. Malheureusement, les documents originaux, c’est-à-dire les écrits, notes ou observations du marchand Samuel Blommaert [1583-1651]27, semblent avoir disparu, les recherches menées depuis trente ans par plusieurs chercheurs dans les archives et bibliothèques des Pays-Bas, de France, de Suède, d’Italie et des Etats-Unis s‘étant révélées infructueuses. Il est par conséquent impossible, en l’état actuel de nos connaissances, de prouver que le texte en marge de la carte de 1629, partiellement reproduit par Dapper, provient ou ne provient pas des papiers de Samuel Blommaert.

Les cartes marines

41Les renseignements portés sur les cartes marines reposent, pour la plupart, sur les observations directes d’Européens – capitaines, pilotes ou marchands – avant d’être transformées, selon un code particulier, par le cartographe qui les couche sur papier. En fonction de la précision des observateurs et de l’excellence du cartographe, ces cartes présentent une image plus ou moins réaliste du littoral.

42L’appellation des rivières dont les embouchures sont proches pouvait occasionner des confusions. Par exemple, plusieurs cours d’eau se jettent dans la mer entre Axim et Half-Assini. Les plus connus sont l’Ankobra et l’Amanzure. Sur la carte marine No.9 « Greyn en Tandtkust » [Côte des Graines et des Dents] éditée par Jacobus Robijn en 1684 et publiée dans le deuxième tome de l’atlas de Roggeveen et Robijn « The Burning Fen » [la Tourbe Ardente], les rivières Mansum [Amanzure] et Ankobra ont changé de place (Koeman, 1971). La rivière Ankobra, qui se déverse dans la mer à quelques kilomètres à l’ouest d’Axim, est marquée environ 45 kilomètres plus loin comme ayant son embouchure près du Cap Apollonia, tandis que la rivière Mansum [Amanzure], qui se jette dans la mer à 17 kilomètres environ à l’ouest de l’embouchure de l’Ankobra, y apparaît comme un cours d’eau proche d’Axim (Baesjou, 1988 : 66, n. 70). De fait, cette confusion trouve son origine dans le fait qu’un ancien nom de la rivière Ankobra était « Rio Mançu ou Siana », ainsi qu’il ressort des cartes manuscrites de la Côte de l’Or, telles que celles dessinées en 1665 et 1670 par Elandts et Leupenius28. Des erreurs dues au glissement du nom d’une rivière à une autre se sont ainsi nichées durablement dans les documents hydrographiques, se perpétuant parfois jusque très avant dans le XVIIIe siècle comme le montre une carte de la côte dressée en 1755 par Nicolas Bellin [1703-1772].

Johannes Vingboons [1616/7-1670]

43Le dessinateur et aquarelliste Johannes Vingboons, membre d’une famille d’artisans renommés d’Amsterdam, est à l’origine de centaines d’images du monde d’outre-mer, telles que des cartes, des vues topographiques et des plans, se rapportant à l’Asie, à l’Amérique et à l’Afrique (Thilmans, 1975 ; Van Bracht, 1981 ; Huisken et Lammertse, 1989, pp. 71-83). Après son apprentissage chez Joan Blaeu [1598-1673], cartographe de la Compagnie des Indes Orientales et éditeur de livres précieux et d’atlas célèbres (Koeman, 1970), il fonda son propre atelier et collabora avec son ancien maître. Vers 1650, Vingboons acheva trois grands recueils de belles aquarelles comprenant des images de l’Amérique du Nord et du Sud, des Caraïbes et de l’Afrique. Ces recueils furent offerts à la reine Christina de Suède [1632-1654] par un petit comité de marchands importants d’Amsterdam, parmi lesquels Samuel Blommaert29.

44Vingboons a composé une centaine de travaux se rapportant à l’Afrique, dont dix cartes géographiques ou marines, vingt vues topographiques et cinq plans de la Côte de l’Or qui sont conservés dans différentes archives et bibliothèques en Europe. La plus grande partie de son œuvre fut réalisée au cours des années 1640 à 1665.

45Ci-dessous figure une comparaison entre quelques-unes de ses cartes représentant le territoire compris entre les rivières Tano et Prah. Les cartes sont déposées en trois lieux : la Bibliotheca Apostolica Vaticana [BAV]30; la Bibliothèque Nationale d’Autriche à Vienne [BNA]31 ; la Bibliothèque Britannique à Londres [BBL]32.

46Les trois cartes marines retenues pour cette analyse sont :

471. BAV : Reg. Lat. 2107, sign. 27, « Caarte vande GOUT CUST streckende van de cabo de Trespuntes tot an R. da Volta, Betrocken door I. Vingboons » [47,5 x 69 cm] [Carte de la Côte de l’Or s’étendant du cap Trois Pointes jusqu’à la R. da Volta. Réalisée par I. Vingboons] ;

482. BBL : Add. 33976 D fo. 7v-8, sans titre [47,8 x 69 cm ] ;

493. BNA : Atlas Blaeu, tome 36, fo.14, « Pascaert van de Gout Cust vertonende de zeecust van Cabo de Tres Pontes tot Rio Volta » [53 x 98 cm] [Carte marine de la Côte de l’Or représentant le littoral depuis le Cap des Trois Pointes jusqu’au Rio Volta].

50Sur ces trois cartes marines, on note les toponymes suivants :

51On note qu’en ce qui concerne la partie du littoral étudiée, les planches de Vingboons correspondent à la carte de 1629, à l’exception d’un toponyme nouveau « Kastero ».

52En plus des cartes marines se trouvent deux cartes géographiques, découpées en quatre zones (Costa de male gens, Costa de Bonnegens õ dos quaquaes õ Adaows, COSTA D’OR [seulement la partie occidentale], et dans l’intérieur entre Rio de Suetra et Rio Mansam).

531. BAV : Reg. Lat. 2107, sign. 9, sans titre, marquée « I. Vingboons fecit » dans le coin supérieur droit  [48 x 69 cm] ;

542. BBL : Add. 33976 C fo. 5v-6, sans titre, sans mention d’auteur [47,4 x 69 cm].

55Les toponymes qui s’y trouvent figurent dans les tableaux ci-dessous :

56La topographie de l’intérieur est essentiellement dérivée de Teixeira, mais les toponymes sont quelquefois écorchés. Les croix indiquant les gisements d’or n’ont pas été reproduites, de même que certains toponymes tels que R. de Sama, Bacorees, Corisseno de Aliphante grande et Pesquerres. Rio da Cobra est figuré comme étant une petite rivière sur la côte, tandis que Rio Mansam est représenté comme un fleuve venant de loin à l’intérieur. Ces cartes géographiques et marines, dessinées et peintes par Vingboons pour des clients fortunés, sont dans l’ensemble plus esthétiques qu’informatives.

Trois cartographes contemporains de Vingboons

57Les toponymes figurant sur trois cartes manuscrites dressées par des contemporains de Johannes Vingboons méritent également un commentaire. Il s‘agit de trois cartes :

581) une carte anonyme dessinée vers 1661

592) une carte dessinée par J. Elandts, ingénieur militaire, vers 1665

603) une troisième produite vers 1670 par l’arpenteur Joannes Leupenius [1647-1693] (Zandvliet, 1998 : 182, 93-195).

61La carte d’Elandts, intitulée « De Goudkust in Guinea », s’étend de la rivière Ioni jusqu’à la Volta. L’accent est mis sur les forts européens. Dans le coin inférieur droit, l’auteur précise qu’il l’a faite d’après une carte originale mise à sa disposition. Il est cependant impossible d’affirmer avec certitude quelle est la carte utilisée comme modèle par Elandts. Peut-être s’agissait-il de la carte très décorative, sur parchemin, intitulée « Goudkust van Guinea », et mesurant 70,8 x 62,8 cm, conservée aux Archives Nationales à La Haye sous la cote 4 VELH 86. Ce document ayant subi des dégâts considérables causés par un incendie33, la plupart des toponymes qui y figurent ne sont pas lisibles, ou le sont à peine.

62La carte de Leupenius, qui couvre une région s’étendant de Rio Sueiro de Costa jusqu’à Pompena, était probablement destinée à être insérée dans les atlas maritimes de Hendrick Doncker.

1) Les toponymes de la carte anonyme (c. 1661)

63La carte anonyme intitulée « De Govtkust van Gvinea » [la Côte de l’Or de Guinée] a servi comme document dans les relations diplomatiques entre les Provinces-Unies et le Royaume de Suède, pour élucider les différends surgis sur la Côte de Guinée entre la compagnie néerlandaise [WIC] et la « Svenska Afrikakompaniet »34. De fait, ce document défendait les prétentions néerlandaises. La carte, qui représente la côte de Guinée depuis Cabo Apolonia jusqu’à Labede [Accra], est conservée aux Archives Nationales à La Haye, dans le fonds des Etats-Généraux [relations avec la Suède], sous la cote 12571-38’.

64Ci-dessous se trouve la liste des toponymes mentionnés sur la carte, d’ouest en est :

65- Le long de la côte, d’ouest en est :
Cabo Appolonia
Iumore
Abripique [région]
Rio Mansu Incolis Siana

66- A l’intérieur, un assez grand territoire de forme approximativement triangulaire et clairement délimité :
Abuma

67- Sur la rive droite en amont de la Rio Mansu :
Ruyghaver35 [situé sur] Bergh van goede hoop » [= Mont de bonne espérance]
Plus à l’ouest :
Tingere
Eguire

68- Sur la rive gauche, à l’embouchure du Rio Mansu :
Axem [région]
Tolhuys van de Westindische Compagnie [péage de la WIC]

69- Le long de la côte d’ouest en est :
St antonio D’Axem [fort]
Cabo de Tres, Puntas
Praya d’oro
Anta [région]

70- En mer, face à la limite entre les régions d’Axem et d’Anta, sur un îlot rocailleux :
Pedra de Sta Maria alwaer ondert gesagh vande Westindische Compie Tol van de Passanten ontfangen wert [= Rocher de Sainte-Marie où, sous l’autorité de la WIC, un péage est perçu sur les passants]

71- Le long de la côte d’ouest en est :
Boutrou [village]
Batesteyn [fort]
Ampaton
Ajuba
Takorary [fort]
Monqueranque
Sacunde
Engietie
Abouary

72- Sur la rive droite de l’embouchure d’une rivière non nommée :
Chama [fort]

73- Au nord de la région Anta :
Iabi [région]

74- Entre les régions Iabi et Axem :
Kleijn Encacer [région] [= Petit Encacer]

2) Comparaison des toponymes sur les cartes d’Elandts et de Leupenius

Carte 2 : détail de la carte manuscrite De Goudkust in Guinea par J. Elandts [A.N., La Haye, 4 VEL 149]

Carte 2 : détail de la carte manuscrite De Goudkust in Guinea par J. Elandts [A.N., La Haye, 4 VEL 149]

75Les toponymes mentionnés ici appellent quelques commentaires. Bokrem [Elandts] ou sa variante, Bokreu [Leupenius], correspondent aux Bacorees de Teixeira. Le toponyme Bumas présent sur les cartes de Teixeira, Hondius, Vingboons, etc., est devenu Abuma sur la carte anonyme et sur celle d’Elandts36. Pedra de Sta Maria, un îlot que les habitants appelaient Aquafo ou Aquaso, s’appelle aujourd’hui Abokwa. Quant au fort qu’Elandts et Leupenius signalent à Abouary, Willem Bosman en fait mention en 1704 : « …le village Aboary, près duquel nous avons eu un comptoir pendant plusieurs années, qui procurait plus d’avantage à ceux qui étaient placés là qu’à la compagnie ; par conséquent, on l’a quitté comme frais inutiles »37. Abouary ou Boary est l’actuel Aboadze.

76Alagoa fait référence à l’Ehunli, une lagune située parallèlement à la côte, entre Prusi [Princess Town] et Prusi Akatakyi [Akitekyi]. Au milieu du dix-septième siècle, Assua (sur la carte d’Elandts) était la limite entre les territoires d’Axem et d’Anta, et fut connu plus tard comme Busua. Le directeur-général Johan Valckenburgh accorda le 13 novembre 1657 une lettre patente à Alem Atany, marchand de sel à Axim, par laquelle il lui donnait pleins pouvoirs pour faire le commerce du sel avec Anta et occuper Aossoua pour y établir un peuplement ou colonie en possession éternelle, pour lui et ses descendants38. Aldea de Gurra [Vingboons], Eguire [anonyme] et Eguite [Elandts] sont identifiables à l’Igwijra de Propheet [1629].

Les « plumes » ou contrats

77Dès le début de la navigation européenne sur la côte d’Afrique les capitaines et marchands avaient coutume de passer des accords avec les souverains ou chefs qui contrôlaient le littoral. La quantité et la nature des dons requis pour être autorisé à négocier étaient arrêtées dans ces accords verbaux. Avec l’avènement de compagnies à charte, qui se livrèrent une concurrence acharnée, la nature des accords changea. Ils devinrent des contrats ou traités par lesquels les autorités côtières s’engageaient à accorder à une compagnie le monopole de commerce sur leur territoire. La compagnie, en contrepartie, s’engageait à défendre les chefs contre leurs ennemis et, plus important, à donner périodiquement des cadeaux déterminés, appelés « coutumes »39, et en des occasions particulières.

78Ces contrats ou pennen40 étaient stipulés par écrit, signés par les deux parties d’une croix ou d’une signature et attestés sous la foi du serment. La conclusion d’un contrat était en général coûteuse pour la compagnie41. Mais elle avait pour avantage de procurer à la compagnie une preuve vis-à-vis de ses rivales, qu’elle possédait le monopole commercial dans une certaine partie de la côte. Au cours du XVIIe siècle, les Anglais, les Suédois, les Danois, les Français, les Brandebourgeois, et surtout les Néerlandais, ont passé de nombreux accords et traités42. Les copies de 62 contrats et accords concernant le territoire situé entre les rivières Tano et Prah, passés entre 1642 à 1868, sont conservées aux Archives Nationales à La Haye43. Ces contrats, conventions, etc. qui ont souvent la forme d’un acte notarié dans lequel les signataires sont nommément mentionnés, constituent une bonne source pour la connaissance de toutes sortes d’événements qui se sont déroulés sur cette partie du littoral durant plus de deux siècles. A l’opposé des cartes dont la majeure partie était dressée par des cartographes qui n’avaient jamais vu l’Afrique, les contrats étaient composés et conclus dans leurs établissements sur la côte par des fonctionnaires européens avec l’aide d’interprètes africains. Ces documents contiennent parfois une information de première main concernant la géographie du territoire en question. Tel est le cas, par exemple, de l’accord conclu avec Abripiquem le 26 septembre 1652 dans la localité de Jansontia/Jansoutia. Les limites de ce pays y sont décrites comme jouxtant à l’est et au nord la rivière Abaumacure et, à l’ouest, le pays de Jumore44. Pour sa part, un « acte de transfert et de cession de Jumoree par les propriétaires et possesseurs de ce pays » à la WIC, conclu le 16 janvier 1657 dans la localité d’Ilony [actuel Elonyi]45, donne les limites de ce pays bordé à l’est par les pays d’Abrimpique et Abuma [Abouma], au nord par Gattry [Quitry] et Affinba et à l’ouest par Sumane et Affere [Eferee]. Cette description s’écarte quelque peu de l’image que la carte d’Elandts présente, outre le fait qu’on ne trouve pas mention de Gattry / Quitry, Affinba et Affere / Eferee sur cette carte.

Le dix-huitième siècle

Transformations politiques

79Durant la deuxième moitié du XVIIe et les premières décennies du XVIIIe siècle, on observe un glissement décisif dans le rapport entre les forces politiques de l’intérieur. Les Adoms, le royaume de Denkyira puis celui d’Asante sont à l’origine de ce changement. Déjà en 1629 Propheet mentionne les Adoms comme étant un peuple de commerçants qui allaient à Akitakyi en Eguafo avec l’or de leurs voisins, éprouvant des difficultés en cours de route de la part des Ahantas. Ces problèmes furent résolus à la fin du XVIIe siècle lorsque le « roi » des Adoms, Tickadoe, parvint à contrôler une partie substantielle du littoral d’Ahanta, exerçant son autorité jusqu’à Takoradi et Sekondi46. Les Adoms, qui étaient devenus une redoutable puissance militaire à la fin du XVIIe siècle, perdirent progressivement de leur importance au siècle suivant, avant de disparaître des cartes au XIXe siècle.

80Denkyira et Asante étaient deux Etats situés plus avant dans l’intérieur, qui firent prévaloir leur autorité vers la fin du XVIIe siècle, alors qu’auparavant ils étaient complètement inconnus dans la zone côtière. Les Denkyira apparurent en premier lieu dans les sources. Devenus en peu de temps une puissance redoutable, ils s’étaient brutalement emparés des pays voisins, producteurs d’or, tels que le Wassa, l’Inkassa et le Twifo. Ils venaient à la côte pour négocier leur butin, remplaçant de cette façon les commerçants d’or d’Akani47. Après avoir conquis dans les années 1690, non sans difficulté, l’Aowin, un pays riche en or (Bosman, 1704 : 79), le Denkyira entra en guerre contre l’Asante de 1699 à 1701, et fut vaincu malgré le soutien des Akims (ibid, 76-77).

81L’une des premières apparitions dans la cartographie du Denkyira, indiqué comme Dinkiras et Dinkere, figure sur la carte intitulée « A New and Exact Map of Guinea », dressée en 1705 par Herman Moll pour l’édition anglaise de l’ouvrage de Bosman, « A new and accurate description of the coast of Guinea », parue à Londres en 170548. Pour autant qu’on le sache, l’Asante n’apparaît dans la cartographie que vers 1719, comme R. d’Asiante ou d’Inta, sur la Carte de la Barbarie, la Nigritie et de la Guinée, Par Guillaume De l’Isle Premier Geographe du Roy de l’Academie Royale des Sciences49.

82Sur la côte étaient aussi intervenus des changements retentissants. En 1664, une expédition anglaise dirigée par le capitaine Holmes tente d’expulser une fois pour toutes la WIC hors de ses forts d’Afrique de l’Ouest. Une flotte de guerre hollandaise dirigée par de Ruyter fit secrètement et en toute hâte voile vers le Golfe de Guinée depuis la Méditerranée, reprit les forts hollandais et, en février 1665, s’empara de Kromante, le principal fort des Anglais. L’escadre dut cependant laisser aux Anglais leur établissement de Cape Coast, en raison de l’opposition des Fetus50 .

83Avant ces événements, la compagnie suédoise avait déjà quitté la côte en 1663. Les compagnies anglaise et hollandaise étaient financièrement très affaiblies par leurs guerres. En Angleterre, une nouvelle compagnie, la « Royal African Company » fut fondée en 1673 après la suppression de la « Company of Royal Adventurers »51. Aux Pays-Bas la capitalisation, le gouvernement et l’administration de la WIC furent entièrement restructurés en 1674, l’ancienne compagnie étant pratiquement en banqueroute (Den Heijer, 2002 : 111-128). Les deux compagnies, rénovées, continuèrent cependant à se livrer une concurrence acharnée. Par tous les moyens, licites et illicites, elles s’efforcèrent d’attirer les marchands africains à leurs comptoirs. Mais ceux-ci apportaient leur or et leur ivoire là où ils avaient les meilleures chances de trouver un arrivage régulier des marchandises demandées et, en dépit de tous les traités, il était indifférent pour eux de négocier avec des vaisseaux anglais, hollandais, interlopes ou d’autres nations.

84Les Hollandais possédaient un comptoir à Sekondi, Fort Orange, qu‘ils rénovèrent en 1690. Les Anglais commerçaient aussi dans un fort proche de cet endroit, mais en 1697, les Ahantas détruisirent le village anglais et y massacrèrent tous les Blancs. En 1691 les Anglais étaient également parvenus à établir un fort dans le village d’Infuma ou Dixcove, situé au fond d’une petite baie au nord-est du Cap des Trois Pointes (Jones, 1985 : 98). Selon Bosman, ce fort était cependant mal famé en raison de son commerce d’or faux (Bosman, 1704 : 15-16).

85Les compagnies établies prirent en aversion les derniers concurrents venus, comme les Brandebourgeois et les Français. En 1687-1688 les Hollandais montèrent les Adoms contre les Français qui cherchaient de bons sites pour s’établir sur la côte52. La compagnie brandebourgeoise fut instituée en 1682 par le Grand Electeur de Brandebourg, Frédéric Guillaume [1640-1688], à l’instigation d’un fréteur de Zélande, Benjamin Raule [1634-1707]. Son établissement principal en Afrique, Gross Friedrichsburg, fut édifié en 1683 à Manfro, colline où était situé un village nommé Pokesu ou Princes, à l’ouest du Cap des Trois Pointes. A l’est de ce cap, à Akwida, Fort Dorothea fut construit en 1684. Enfin, en 1694, à Tacrama, sur une des pointes du cap, en un endroit dominant une aiguade, fut établi le petit fort de Sophie Louise. Les bonnes relations entre le peuple de la région avoisinant le Cap des Trois Pointes et le général de Gross Friedrichsburg ne durèrent pas. En 1697, la population de Manfro, d’Akwida et de Tacrama prit les armes contre le général. La compagnie brandebourgeoise se trouvait en situation difficile : le négoce n’étant pas aussi lucratif qu’escompté, les prêteurs prussiens finirent par couper les crédits. Quand à la fin de 1716 le roi de Prusse Frédéric Guillaume vendit ses forts à la WIC, le courtier africain Jan Conny avait repris les affaires des Brandebourgeois et repoussa les Hollandais venus prendre possession de leur bien. La WIC tenta par tous les moyens de s’emparer du fort, mais la violence, la diplomatie, la ruse, la conspiration, la corruption n‘y firent rien. Finalement, en 1724, les Hollandais lancèrent un assaut sur Gross Friedrichsburg, à la suite de quoi Jan Conny dut s’enfuir du fort. Il hanta les routes commerciales pendant plus d’une année jusqu’à ce qu’il soit vaincu définitivement par les peuples du littoral, payés par la WIC. Après un contretemps de plus de huit ans, les Hollandais purent enfin prendre possession du fort brandebourgeois53.

La carte de Guinée de d’Anville

Carte 3 : détail de la « carte particulière de la partie principale de la Guinée par le Sr d’Anville, 1729 »

Carte 3 : détail de la « carte particulière de la partie principale de la Guinée par le Sr d’Anville, 1729 »

86Les géographes du roi de France, Guillaume de l’Isle et Jean Baptiste Bourguignon d’Anville [1697-1782] ont eu une influence considérable sur la cartographie européenne du XVIIIe siècle. Ainsi la carte particulière de la Guinée faite par d’Anville en 1729, qui fut publiée dans le Voyage du Chevalier des Marchais en 1730, réapparut peu après sous une forme adaptée en Allemagne et en Angleterre54. La manière de délimiter les pays par un tracé en pointillé est propre à d'Anville. A cet égard la carte de Guinée montre une ressemblance frappante avec le manuscrit de Propheet datant d'un siècle auparavant et dont on sait qu’il possédait une copie dans sa collection de cartes.

87Voici un aperçu de son contenu entre les rivières d'Issini et St Jean ou Bossum Pra.

88Si on va d'ouest en est et du sud au nord, la carte débute par la Riv. d'Issiny fermée par une barre. Le Rme d'Issini est situé sur la rive gauche de cette rivière qui comprend dans son embouchure l'île Assoco et, sur la terre ferme, les villages de Bangaio et Tekuechué. Au point où la rivière se jette dans la mer est indiqué Fort des François abandoné. Le roi d’Issini avec ses ressortissants était les hôtes du Pays des Veterez. Vers l'amont de la rivière se situe un petit lac dans lequel se trouve une île escarpée et déserte et sur la rive gauche se trouve indiqué le Pays de Compas fertile et cultivé, et qui se gouverne en forme de République, situé au nord des Veterez. Seule une partie de ses limites à l'est est indiquée.

89Le long de la côte désignée comme « côte basse, » depuis la limite du royaume d'Issini jusqu'à la R[ivière] de l'or, deux territoires contigus sont délimités : Albiani et Tabo.

90Au nord de ces deux territoires, se situe le Rme de Guiomeré qui a une langue particulière, limitrophe à l'ouest des Veterez et des Compas et s'étendant le long de la côte depuis la rivière de l'or jusqu'à la limite ouest du royaume de Dinkira. Sa limite nord n'est pas précisée.

91Le Royaume de Dinkira fort affoibli par Asianté est représenté en forme de croissant s'étendant de l'intérieur jusqu'à la côte. Sur la côte, il comprend le territoire de Vieux Issini ravagé par les Dinkirases et abandoné ainsi que Cap de Ste Apollonie, le village Bogio sur la rive droite de Rio Manco, qui coule de l'intérieur du domaine de Dinkira vers la mer. A l'intérieur, il comprend à l'ouest Awiné qui a été subjugué par Dinkira, au nord Incassa Iggina et au sud Grand Incassa aux Dinkirases, Wassa aux Dinkirases riche en or et Jufer ou Kuiforo aux Dinkirases. Au nord, le pays voisin le plus considérable du Denkira était le Royaume d'Asianté très puissant55. A l'est il confine au Pays d'Acanni autrefois très puissant et riche en or et au sud-est à Abrambou. Au sud, en allant d'ouest en est, il confine au Pays d'Adom et au Rme de Commani. A l'est, dans la région côtière, il avoisine trois états situés entre les rivières Rio Manco et Rio Cobre, soit, du sud au nord, le Rme Ancober, Abocrou République et Eguira riche en or République. A l'ouest, enfin, se trouve le Rme de Guiomeré.

92Sur la rive gauche du Rio Cobre ou d'Ancober, le territoire d'Axim commence avec le village Axim H (= hollandais) et F. St. Antoine tandis que le long de la côte se trouvent Frederiksbourg aux Brandeb., Mgne Mamsro [Mamfro], Poquesou et Cap des 3 Pointes avec Tacrama.

93Au delà du cap, à l'est, se trouve la limite entre les territoires d'Axim et de Hante. Ce dernier comprend du sud au nord, le long de la côte, Accoda aux H, Insuma A. [l’Infuma anglais], Boswa, Boutri H, Batenstein (fort), Popompando, Ayobo, Rif van Ante56, Tacorari, ruiné, Sacondé H et F. d'Orange.

94Le Pays d'Adom puissant et qui est une sorte de République s'étend au nord des territoires d'Axim et de Hante. Dans l'intérieur, au sud, il comprend la région Mampa et à l'est le long de la côte Aboarg [Aboary], Chama H. avec F. St. Sebastien, situés sur la rive droite de l'embouchure de la Rve de S.Jean/Bossum Pra ou Riv. Divine. En amont, sur la même rive, se trouve Jabi Rme soumis à Ado(m) et, en mer, devant l'embouchure est indiqué Suiger ou le Suceur. Adom confine : à l'ouest à la rivière Ancober et voisine avec le royaume Ancober situé sur l'autre rive, et les républiques Abocrou et Eguira ; au nord à Wassa et à Kuiforo, qui font partie du royaume de Denkira ; à l'est à la rivière Bossum Pra et au sud aux territoires d'Axim et de Hante.

95Plusieurs remarques s’imposent :

961 - Dans la partie occidentale de la Côte de l'Or, la carte présente, d'Asiante à Jabi, six royaumes, quatre républiques et onze pays dont le mode de gouvernement n'est pas spécifié. Le mode de gouvernement de Hante [Ahanta] n'est pas précisé, bien que la carte de Propheet signale, dans le texte au côté gauche, que son gouvernement est comme une république. Sans doute d'Anville ne disposait-il pas de ce texte.

972 - Il semble cependant qu'il ait consulté la Relation du voyage du royaume d'Issiny du père Godefroy Loyer, laquelle parut en 1714 à Paris57. Elle contient une ample description des faits et gestes des habitants d'Issiny et des peuples voisins, parmi lesquels Loyer a séjourné environ trois ans. Il y décrit trois communautés – les Issinois, les Veterez et les Compas, établies dans la région côtière le long de la rive gauche de la rivière Issini ou Isbini – interdépendantes, dont les Veterez étaient pour ainsi dire le pivot. Les Issinois, qui habitaient la terre ferme et quelques îlots dans l'embouchure de la rivière, commerçaient avec les vaisseaux européens et disposaient de cette manière des cotonnades indiennes, d'articles utilitaires, d'armes à feu et d'étoffes européennes. Les Veterez, qui vivaient parmi les Issinois, avaient un habitat sur pilotis et s'occupaient de pêche, tandis que leurs femmes produisaient du sel58. Ils échangeaient leur poisson et leur sel contre des cotonnades chez les Issinois. Les Compas étaient des agriculteurs. En échange des vivres qu'ils produisaient en abondance, ils achetaient des armes à feu, des pagnes et du sel que les Veterez leur apportaient. En outre, ils livraient aux Veterez, au bénéfice des Issinois, l'or venu l’intérieur dont ceux-ci avaient besoin pour leur commerce.

983 - L'embouchure de la rivière Issiny est relevée en 1701 sur le plan de Jobet, second pilote du vaisseau le Poly59. Le plan montre cinq îles dans le cours de la rivière dont la plus grande, Soco, avait un village du même nom où le roi résidait. Sur une autre île, nommée des chaloupes, il y a le village de Bangaio où le roi séjournait quelques mois par an. Ce lieu est indiqué sur la carte de d'Anville de même que Tekuechué sur la terre ferme, où mouillaient les vaisseaux européens. Le fort Saint Louis, signalé sur la carte comme « abandoné » se trouvait au bout d'une langue de terre entre la mer et la rivière. A plusieurs endroits dans le cours de la rivière, Jobet a dessiné les cases sur pilotis des pêcheurs, mais ce qui frappe le plus, c'est le cours capricieux de la rivière qui s'écoule entre les îles. Tout porte à croire que la rivière Issini a remplacé ici l'ancienne Rio de Sueiro da costa.

994 - Assini était une place marchande anciennement connue sur le littoral60. Le médecin suisse Samuel Brun, au service d'une compagnie de commerce hollandaise, fit savoir, suite à son voyage le long de la côte en 1614, qu'Assini était le premier port où débutait le négoce de l'or (Jones, 1983 : 65). En septembre 1659, le gouverneur Johan Valckenburgh se plaignait dans son rapport à la Compagnie de l’embouchure d'une certaine rivière nommée Tando [=Tano], qui se jette dans la mer à deux endroits en haut d'Assine, dont je n'ai jamais pu obtenir de bonne information. Ailleurs, il indiquait : jusqu'à la rivière Jony située un peu à l'ouest d'Assine61. Bien que le réseau hydrographique ne soit pas très clair, il est évident qu'Assini se trouvait originellement sur la terre ferme comme le montrent, entre autres, les cartes d'Elandts [Ioni et Assine] et de Leupenius [Rio d'Sueiro da Costa et Isignay], mais il est invraisemblable que les Assinis aient jadis occupé le territoire d'Abripiquem, comme indiqué sur la carte de d'Anville62. Il est par contre probable que, suite aux bouleversements qui eurent lieu dans la région à la fin du XVIIe siècle, ils aient temporairement trouvé un refuge chez les Veterez, dans les îles au confluent des lagunes Tano et Aby63.

1005 - Si les Veterez sont identifiables aux Pitirees de la carte de Teixeira, ils doivent s'être établis dans la région lagunaire aux environs de 1600 ou peut-être plus tôt; sinon ils n'auraient pas été en mesure d'offrir un asile aux Esiep, lesquels, selon Loyer, s'enfuirent en 1620 ou 1630 des environs du Cap Apollonia, à l'est, vers leur domaine (Loyer in Roussier, 1935 : 186-167).

1016 - Mackay Jackoe/Mackanjaque était situé sur la plage à la limite entre Sekondi et Takoradi64. Le village est appelé Maquejanque sur la carte de Propheet en 1629, Monqueranque sur les cartes marines de Vingboons vers 1661, Manqueranke sur celle de Leupenius vers 1670 et Maqueianque, en 1729, sur la carte de d'Anville. Un traité conclu le 4 février 1685 par les cabocères d'Ahanta avec la Compagnie Brandebourgeoise mentionne aussi les cabocères de Mackajancka comme signataires (Jones, 1985 : 97-98) et (Welman, 1929 : 24-25).

Stratification des toponymes

102Beaucoup de pays, peuples, villages, villes, etc. signalés sur les cartes anciennes ont réellement existé et certains même existent toujours, mais il n’y a souvent pas de certitude quant à leur localisation exacte. En effet, outre que l'on a en général à faire, comme on l’a dit plus haut, avec une géographie « relative », une carte montre aussi parfois une stratification de toponymes issus de cartes antérieures. Un exemple en est la Nouvelle carte précise de la Côte d'or, des Dents et des Esclaves publiée par Johannes van Keulen II en 1738 à Amsterdam65.

Carte 4 : détail de la « Nieuwe en Naauwkeurige Pas kaert van de Guineese Goud, Tand en Slave Kust » éditée par J. Van Keulen en 1738 (Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, coll. Bodel Nÿenhuis, P182 N9.

Carte 4 : détail de la « Nieuwe en Naauwkeurige Pas kaert van de Guineese Goud, Tand en Slave Kust » éditée par J. Van Keulen en 1738 (Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, coll. Bodel Nÿenhuis, P182 N9.

103Outre d'amples indications concernant la côte, elle donne une vue générale de la géographie de l'intérieur et on trouve là des informations contemporaines à côté d'une image géographique ancienne, à savoir celle de Teixeira (1602). L'hydrographie de Van Keulen porte le sceau de ce cartographe portugais. Les noms de fleuves ne sont que peu modifiés : Rio de Sueiro da Costa est devenu Rivière de l'or [Gout Rivier] ou Rio Desuero de Cosia et Rio Mancu, Rivière d'Ancoper, mais leurs cours sont restés à peu près les mêmes. Il y a aussi quelques croix indiquant des gisements d'or, ainsi qu'une série de toponymes issus de Teixeira comme Labore, Aldera Deiro, Parigom, St Laurenco, Bumas, Bacorees et d’autres encore. Cependant, en amont de la Rivière de l'or, on trouve des toponymes plus récents tels que Pays des Compas, qui remplace les Cacers Anguines de Teixeira et au nord de Xabunda, en amont de l'Ancoper, se présente le Royaume d'Asiante. Puis, dans la profondeur de l'intérieur, R(oyaume) de Dinkira est marqué à gauche de l'Ankobra tandis que dans le territoire entre ce fleuve et la rivière de l'or sont cités : Awine, Guiomere et Veteres. A l’époque où la carte fut réalisée, tous ces toponymes venaient d’être connus. Johan van Keulen n'en a cependant fait usage que pour le remplissage de sa carte marine.

Le dix-neuvième siècle

Le contexte politique

104Si la période du XVe au XVIIIe siècles fut celle du commerce, l’époque coloniale s’ouvrit progressivement au cours du XIXe siècle. Au début de ce siècle, les Européens n'avaient aucune emprise ni sur le territoire, ni sur les populations. En 1825, le général Turner, gouverneur à Cape Coast, commentait ainsi la situation qui prévalait sur la côte : « ici nous n'avons ni territoire, ni souveraineté, ni ressortissants66 ». En 1839, Douchez faisait le commentaire suivant au sujet de la situation sur la côte : « toutes les possessions des Européens ne sont tolérées par les indigènes que pour autant qu'ils y ont avantage » (Douchez, 1839 : 86). A la fin du siècle, pourtant, la situation avait changé : la Grande-Bretagne avait créé la colonie de la Gold Coast, et plusieurs guerres coloniales avaient eu lieu.

105En 1838, les Néerlandais menèrent une campagne à leurs frais contre l’Ahanta, suite à un différend, maladroitement géré par les fonctionnaires coloniaux, avec l'ahantahene Badu Bonsu II (1830-1838)67. Le différend portait sur une question de droit pénal, notamment l'application des peines. Badu Bonsu ne se soumettant pas à une sommation de comparaître, le commandant hollandais Tonneboeyer envoya deux fonctionnaires en Ahanta pour le chercher. Ils le trouvèrent avec sa suite devant le fort de Butri. Bonsu leur tendit la main, mais ils refusèrent de la prendre, l'un d'eux tirant un coup de semonce. Les deux envoyés furent alors immédiatement abattus. Tonneboeyer mobilisa aussitôt toutes ses forces armées, parmi lesquelles une troupe de recrues venue d'Asante et destinée à Java, et il marcha contre Ahanta. Près de Takoradi, ils tombèrent dans une embuscade et furent défaits. Tous les officiers périrent, y compris Tonneboeyer lui-même. La nouvelle de ce désastre se répandit rapidement, de sorte qu'elle fut bientôt connue aussi bien à Kumasi qu'à La Haye. A Kumasi, l'Asantehene Kwaku Dua fit savoir à l'agent néerlandais qu'il était disposé à aider ses amis hollandais à liquider leur palabre avec Ahanta (Baesjou, 1979 : 25-26). Mais, à La Haye, on ne tenait guère au concours des Asante [Achantis] et on fit le nécessaire pour équiper promptement une expédition en Afrique de l'Ouest. A la fin d’avril 1838, une corvette, un cargo et un navire marchand levaient l’ancre vers l'Afrique sous les ordres de l'officier de marine Tengbergen. Le commandant de l'expédition, le général Verveer, se tenait à bord du navire marchand avec 200 soldats. En juin, ils arrivèrent à Elmina pour y préparer la campagne. Avec l'appoint de différentes forces locales, le corps expéditionnaire comptait en tout 8.000 hommes. Mais avant même que ces troupes ne fassent mouvement, un message de Butri annonçait la capture de Badu Bonsu par un chef local qui désirait le remettre aux Hollandais pour 20 onces d'or. On marcha malgré tout sur Ahanta. Partout les villages étaient abandonnés et on dut se contenter de les réduire en cendres. Ainsi furent détruits Takoradi, Appremdu, Bosua et Akwida. Le plan de bataille de Verveer se révélait caduque tandis qu’un quart de ses soldats blancs succombait aux fièvres. Badu Bonsu fut amené le 27 juillet 1838 devant une cour martiale présidée par Verveer, qui le condamna à la pendaison. Le lendemain, après que le vieil homme eut calmement fumé une pipe, il s'avança seul vers le gibet dressé devant le fort de Butri et en disant « pourquoi ? », il se mit lui-même la corde au cou, montrant ainsi son dédain de la mort. Un chirurgien de la marine lui trancha ensuite la tête, qui fut expédiée dans l’alcool au musée de Leyde. Le corps décapité fut jeté à la mer « pour prévenir que ses sujets n'en fassent un fétiche ». Le 22 août, le général Verveer décéda à bord de la corvette. Le chirurgien mit de même son corps dans l'alcool, ce qui n'empêcha pas une émanation de gaz tellement nauséabonde qu'il fallut procéder à un ensevelissement en mer, là même où Badu Bonsu reposait déjà (Douchez, 1839 : 32-61) et (Tengbergen, 1839 : 98-111).

106Les Hollandais durent intervenir en Ahanta pour éviter que les Achantis ne le fassent à leur place, ce qui aurait provoqué l’indignation générale dans les métropoles comme sur la côte. Les Anglais, sans cesse en difficulté avec l’Achanti, se posaient comme les protecteurs des peuples côtiers contre cette puissance avec laquelle, en revanche, les Hollandais étaient en bons termes. Attendu que les Néerlandais, à l’inverse des Anglais, ne possédaient pas une force armée digne de ce nom, leur prestige était fondé principalement sur la crainte que suscitaient les forces achanties. Les Anglais confirmèrent leur emprise sur les peuples du littoral en imposant leur juridiction en 1844 et un impôt sur la personne en 185268.

Le recensement de 1859

107La situation politique était confuse sur la côte, tant et si bien qu’il arrivait souvent qu’on ne sache pas quels villages relevaient du protectorat anglais et lesquels étaient du ressort de l'administration néerlandaise. Cette situation amena le gouverneur néerlandais Nagtglas à ordonner à ses commandants de fort de faire une tournée d'inspection dans tous les territoires liés à leur établissement. Ils devaient faire état de tous les villages ou hameaux de leur « circonscription » et indiquer pour chacun le nombre de cases et d'habitants, la nature du sol, les moyens de subsistance et toute information utile concernant l'organisation politique et les échanges commerciaux. Le domaine occidental du « protectorat » néerlandais comprenait quatre divisions : Axim, Butre, Sekondi et Shama. Entre les divisions d'Axim et de Butre, les Anglais occupaient l'enclave de Dixcove depuis 1691 et, depuis 1766, la région la plus à l'ouest appelée Amanahea ou Apollonie (Baesjou, 1998 : 37-38). A l'est, la limite de la division de Shama était marquée par la rivière Bossum-Pra. Au nord et à l‘ouest, le « protectorat » néerlandais était entouré de peuples alliés au gouvernement britannique de Cape Coast.

108Un total de 349 villages furent visités par les inspecteurs néerlandais, dont 118 avaient 100 habitants ou plus, et 137 villages moins de 50 habitants. Outre un rapport détaillé de leur tournée, chaque inspecteur dressa une carte du terrain inspecté. Ces cartes sont aujourd‘hui conservées à l‘exception de celle de la division de Sekondi, demeurée introuvable69. Transcrire les toponymes posait souvent des problèmes, puisque les phonèmes africains ne correspondaient pas à ceux de la langue maternelle des fonctionnaires en charge du recensement. Des solutions étaient donc trouvées sur le terrain avec l'aide d’interprètes et de guides. Voici une sélection de données relatives aux différentes divisions : les noms de lieux et de cours d’eau sont présentés tels qu'ils sont écrits dans les rapports de 1859, suivis, lorsque c’est possible, des noms actuels mis entre crochets70.

1 La division d'Axim

Carte 5 : Apatim et Jura, détail de la « Figurative Kaart der Afdeeling Axim » par J. Vitringa de Coulon, 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 756]

Carte 5 : Apatim et Jura, détail de la « Figurative Kaart der Afdeeling Axim » par J. Vitringa de Coulon, 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 756]

109La division d'Axim était la plus étendue : dix heures de marche en ligne droite du nord au sud, et quatre heures et demie d'ouest en est71. Pour une bonne part, le terrain était couvert de forêts, traversé de rivières et de nombreux ruisseaux. La division comptait 164 villages, dont 76% ayant moins de cent habitants. Ils étaient répartis en six districts, à savoir (A) Axim, au sud (B) Adjemmera [Agyembra], (C) Princes [Prusi] et (D) Accoda [Akodaa] et au nord (E) Apatim et (F) Jura [Jwira]. Axim, capitale de division et de district, était divisé en deux villages, et comptait en tout 755 habitants. Entre le village du bas et celui du haut était situé le fort St. Antoine, bâti en 1552 par les Portugais et conquis en 1642 par le gouverneur hollandais Ruichaver (Van Dantzig, 1980b : 28-29). Dans ce fort, les litiges d'une certaine importance qui se présentaient dans la division étaient habituellement tranchés par un conseil des cabocères (chefs) d'Axim sous la présidence du commandant hollandais.

110 (A) Le district d'Axim comptait trente villages et une population de 3190 habitants. Dans la région située entre l'embouchure de l'Ankobra et la capitale il y avait six villages qui dépendaient du village d'Axim du haut. La population de trois d'entre eux, situés au bord de la mer, produisait du sel; le plus grand, avec une population de 335 habitants, appelé Adjenim [Ahyenlezo ou Akyinim] existe toujours. Par ailleurs, la région se distinguait par ses cocotiers. Les 24 autres villages du district, qu’ils soient situés au bord de la mer ou plus à l'intérieur, dépendaient du village d'Axim du bas. Les villages de l'intérieur qui existent encore sont Egwafoe [Agwafo], un nouveau village de 120 habitants dont la construction n'était pas encore achevée en 1859, propriété de la famille du chef d'Axim ; Agona dont les 80 habitants vivaient de l'agriculture et de la chasse ; Koffie Akonkrom ou Oekoe [Awuku] avec 170 habitants. En bord de mer se trouvaient Domonie [Domunli] avec 135 habitants et Edjen [Egyan] avec 90 habitants. Les villages, dignes de mention, qui ne figurent pas sur les cartes actuelles, sont : Asamkoe, avec 50 habitants, à une heure de marche d'Axim, dont les habitants produisaient de la poterie ; Koetoe, dont les 85 habitants étaient originaires de l'abusua Agona d'Axim et vivaient de l'agriculture et de l'extraction de l'or en Wassa-Amenfi et, à deux heures et demie de marche d'Axim, Sennekrom, dont les 40 habitants étaient originaires de Princes [Prusi], des mmusua (sing. abusua) Ekoana et Agona et vivaient de l'extraction de l'or.

111 (B) Le district d'Adjemmera [Egyembra] était situé au sud de celui d'Axim et s'étendait depuis la côte jusque loin vers l'intérieur, en grande partie couvert de forêts. Le district comptait 21 villages et un total de 1210 habitants. Adjemmera [Egyembra], le village principal, était très ancien. Ses 220 habitants originaires d'Axim s'occupaient principalement de l'extraction du vin de palme. La plupart des autres villages de ce district avaient essaimé à partir d'Adjemmera. Quelques villages comme Pampanso (60 habitants), Coomassie (105 habitants) et Pramso étaient spécialisés, à côté de l'agriculture, dans l'extraction d'or. Toem en Toe [Tumentu], à l'intérieur, fut fondé vers 1809 par Ejakon, Assell Kwassie et Assel Myzang. Les 185 habitants s'adonnaient à la production d'huile de palme pour l'exportation et allaient extraire de l'or en Wassa. Abeasie [Abase], un autre ancien village toujours existant, fut fondé par Koffi Awidi à l'emplacement d'une mine d'or désaffectée. Les 115 habitants s'occupaient d'agriculture et Abeasie était une des rares localités de la division d'Axim où l'on cultivait l'igname. Enfin il faut noter que pour cause de dettes, les habitants de quatre villages de ce district avaient été donnés en gage à ceux de Dixcove, et étaient par conséquent devenus « Anglais ».

112Les districts suivants de Princes [Prusi] et d'Accoda [Akodaa ou Esile], qui faisaient partie d'Ahanta, faisaient partie de longue date de la division d'Axim.

113 (C) Comme son nom le révèle le district Princes [Prusi] fut constitué au temps de la compagnie brandebourgeoise [1683-1716]. Il comptait 1820 habitants répartis en 27 villages dont douze étaient spécialisés dans l’extraction de l’or. Seuls quatre villages avaient plus de cent habitants, dont Princes [Prusi ou Princess Town] avec 225 habitants. Princes, appelé aussi Hollandia, est situé au bord de la mer à l'embouchure de la rivière Jan ou Princes [Nyani]. L'ancien nom Pocquesoe n'était plus connu en 1859 et le fort Friedrichsburg était délabré. Les villageois avaient l'habitude d'aller à Takua et à Apinto en Wassa pour faire le commerce de l'or. Ekketekie [Prusi Akatakyi], également au bord de la mer au sud de Princes, comptait 75 habitants qui s'occupaient d'agriculture et de pêche en mer. Atinken [Atinkyin ou Cap des Trois Pointes] est situé à la pointe ouest du cap, qui s'appelait autrefois Tacrama. Il y vivait 125 habitants originaires de Boutoua, dans la forêt de Butri, qui vivaient là de l'agriculture et de la pêche en mer.

114Sept villages ressortissant de Princes étaient situés dans le district d'Adjemmera [Egyembra], comme par exemple Saou, un ancien village comptant 205 habitants originaires de Princes, qui vivaient de l'agriculture et de la pêche dans la rivière Jan [Nyani]. En 1859, le chef de ce village était le prêtre Aban Jun dévoué à l'obosum Adadee.

115 (D) Le district d'Accoda [Akodaa ou Esile] est limitrophe à l'ouest de Princes, au nord d'Adjemmera, à l'est de la  division de Boutry [Butre] et, sur la côte, de l'enclave anglaise de Dixcove. Le district comptait au total 1365 habitants; son arrière-pays était inoccupé et couvert de forêts ; le long du littoral se trouvaient seulement de petits villages, presque tous fondés par des gens d'Accoda.

116Le village le plus grand était Accoda [Acodaa ou Esile] situé sur une langue de terre, entre la rivière Seunie [Sweni] et la mer, où se trouvaient les ruines de la  forteresse brandebourgeoise Dorothea. Ce très vieux village était appelé Siree [Esile] en Wassa72. Il comptait 255 habitants dont l'origine était inconnue et qui étaient tout à la fois agriculteurs, chercheurs d'or, pêcheurs, saliniers. Le chef de la place était le courtier Adjubin73.

117A l'embouchure de la rivière Seunie [Sweni], sur la rive droite, il y avait trois petits villages peuplés au total de 125 habitants appelés Adjenim, qui produisaient du sel et de l'huile de palme pour l'exportation. Pataboi, avec 50 habitants, à 14 minutes de marche au nord d'Accoda, était connu dans la région en raison de la présence d'or. Accoda, le dernier district au sud, dépendait de longue date de la juridiction d'Axim74. La plupart des gisements d'or se trouvaient dans les districts situés au nord, à savoir Apatim et Jura [Jwira].

118 (E) Apatim, limité au sud par le district d'Axim, au nord par le district de Jura, à l'ouest par Amanahea [Apollonia] et à l'est par Wassa Aminfie, comptait 23 villages avec 1915 habitants, lesquels étaient agriculteurs, mais surtout chercheurs d'or. Le village principal, là où le courtier avait son siège, était Edjumra, comptant 145 habitants originaires de Buikey, qui comptait de nombreux puits d'extraction de l'or, et était situé au nord du district sur la rive droite de l'Ankobra. Les habitants qui vivaient d'agriculture, de chasse, et de l'extraction de l'or, étaient fort discrets au sujet de l’emplacement des sites exploités.

119Poasso, village situé au confluent de l'Ahama et de l'Ankobra, comptait 110 habitants, qui vivaient de l'agriculture, de la pêche et de l'extraction de l'or à Buikey et Koko Efree [Kokofrey]. Ce village, situé sur la  rive gauche de l'Ankobra, était le plus grand d'Apatim, avec 290 habitants et le site d'un très important gisement d'or. Les femmes venaient à la rivière pour y laver, après le concassage, la poussière d'or et de roche. Sur la limite d'Axim et d'Amanahia, sur la rive gauche de l'Ankobra, se trouvait Anoma Obir, une plantation de riz de quinze habitants. La riziculture était pratiquée ailleurs dans la région d'Apatim, sur la rive droite de l'Ankobra, comme à Ajineboni (120 habitants) et à Aboyenso (110 habitants)75.

120 (F) Le district Jura [Jwira], autrefois appelé Gwira ou Eguira, était limité au sud par l’Apatim, au nord et à l'est par le Wassa, au nord-ouest par l’Aowin. Il comptait 40 villages et une population totale de 2830 habitants, la plupart associés au commerce et à l'extraction de l'or. Le courtier de Jura, KwassieKwoddo, avait son siège à Bymiangko [Bamiankor], une petite ville de 325 habitants. Celle-ci s'appelait autrefois Efriqua, mais elle fut détruite par Kaku Aka, le roi d'Amanahia [Apollonia]. En 1848, le gouverneur anglais Winniet avait vaincu Aka et l'avait emprisonné à Cape Coast. Les anciens habitants revinrent sur le site de leur ville qu'ils appelèrent Bymiangko, ce qui veut dire « nous nous sommes réunis derechef ».

121Sur la rive droite en amont de l'Ankobra se trouve Banso, la principale place du quartier numéro deux76 de Jura, comptant 95 habitants qui faisaient le commerce de leurs produits agricoles contre de l’or à Apinto, en Wassa. Le penin ou chef était de la famille du courtier Kwassie Kwoddo, lequel lui avait donné le gouvernement d'une partie de son district.

122Plus loin en amont de l'Ankobra, sur la rive gauche, se trouve Toem en Toe [Tumentu], un village de 100 habitants fondé par le cabocère Ewiesan, qui était un vieil homme en 1859. Il était né à Banso, mais avait été donné par sa grand-mère en gage en pays Wassa, d'où il s'était enfui. Il avait tenté de s'établir en différents endroits, mais en avait été chassé à chaque fois. Il fonda finalement Toem en Toe, ce qui veut dire : « va-t'en, va-t'en »77.

123Un des plus importants gisements d'or de la division d'Axim se trouvait à Awoem sur un monticule à deux heures et dix minutes de marche de Bamiankor. Awoem comptait 60 habitants. Outre ce gisement, il y en avait six autres dans le district de Jura. Le village Bediroboi, à deux heures et quatorze minutes de Bamiankor, avait une population de 140 habitants qui étaient cultivateurs et commerçants. Ils achetaient du poisson salé à Shama et à Axim pour le vendre à Apinto-Wassa, ainsi que leurs produits agricoles. Le commandant d'Axim, Vitringa de Coulon se rendit dans cette dernière région pour y observer le procédé d'extraction de l'or à Essaman, non loin de l'Ankobra. Jour et nuit s'y faisait entendre le bruit des marteaux de fer concassant des roches aurifères. Une couche de poussière recouvrait tout. Ces roches étaient extraites dans les montagnes, au fond de puits d'à peine un mètre de diamètre et d'une profondeur allant jusqu'à 45 mètres. On les chargeait dans des caisses de bois ou dans des mannes pour les transporter au village. A Essaman, Vitringa était l'hôte d'un ressortissant « hollandais », le cabocère Kwaku Abiouw, originaire d'Ampeni [en Eguafo], qui y séjournait avec sa femme, ses esclaves et serviteurs pour y commercer. Il était en liaison avec Kwaku Edjeyia d'Elmina et Kudjo Seigou de Cape Coast. Il y avait aussi d'autres marchands venus d'Elmina et de Princes. Les vivres y étaient rares et à peu près trois fois plus chers que sur la côte. Vitringa Coulon y rencontra le Poll Tax Collector qui venait de recevoir la visite de quelques représentants du roi Enimir de Wassa qui portaient la canne du roi comme preuve de la légitimité de leur mission. A l'étonnement du commandant d'Axim, la canne était hollandaise, munie d'un grand pommeau d’argent portant l'inscription « Pieter Woordman Directeur Generaal…1769 »78. Les représentants embarrassés expliquèrent que le Wassa, autrefois hollandais, était devenu anglais parce que les Hollandais avaient pris le parti des Asante [Achantis].

2. La division de Boutry [Butre]

Carte 6 :  « Kaart van de Afdeeling Boutry », 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 754]

Carte 6 :  « Kaart van de Afdeeling Boutry », 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 754]

124Cette division était limitrophe de Wassa au nord, du Golfe de Guinée au sud; la rivière Gwien [Hwin] formait à l'est une frontière naturelle avec la division de Saccondee [Sekondi], deplus, Dixcove et la division d'Axim en constituaient la limite à l'ouest. Elle comptait 15140 habitants répartis en huit districts, à savoir (A) Bosua [Busua], (B) Gjemmekrom [Himmakrom], (C) Aketinke [Aketenkye], (D) Hotopo, (E) Ekketekkie [Akatakyi/Akitekye], (F) Empahô [Mpohor], (G) Pompondee [Pumponi] et (H) Adjua [Adwowa]. Chaque district avait un courtier79. La répartition de la division en districts était essentiellement fondée sur l'organisation propre au gouvernement d'Ahanta, qualifiée de « républicaine » par les Européens dès le XVIIe siècle. La capitale de la division était Boutry [Boutre], dans le district d'Ekketekkie [Akitekye], avec sa forteresse Batenstein, bâtie en 1656 par les Hollandais sur une colline nommée Tyafou. Elle comptait 250 habitants. Autrefois un grand village, elle était en 1859 en déclin du fait de l'avènement de Dixcove où se concentrait le commerce de l'huile de palme dans la région. Il y avait à Boutry une vingtaine de pêcheurs originaires d'Elmina, d'Ampeni et de Komenda (Eguafo) qui faisaient le commerce de poisson séché avec les habitants de la forêt80.

125 (A) Le district de Bossua [Busua] comptait 32 villages avec 2.980 habitants. Busua, le village principal, avait été détruit en 1838 lors de la campagne du général Verveer. En 1859 il était reconstruit et les habitations bien aménagées y bordaient de larges rues. Ses 350 habitants s'occupaient de commerce, d'agriculture et pêchaient dans la rivière de Busua. Près de là se trouvaient deux hameaux appelés Atjenim dont les habitants produisaient du sel par évaporation de l'eau de mer; ils appartenaient aux mmusua Agona et Anona.

126Saankor [Sanko] était un beau village de 300 habitants appartenant aux mmusua Agona et Anona, qui cultivaient le millet, la banane, l'igname et la patate douce et s'adonnaient à la fabrication de caisses en bois et de pots en grès. Jakô [Nyaako], tout près de Sanko avait 50 habitants appartenant aux mêmes mmusua, qui s'adonnaient à l'agriculture et produisaient en outre un colorant rouge utilisé pour la teinture des textiles, appelé « Bruni Edur » (littéralement : médicament du Blanc).

127Kwasi Ewiakrom était le village le plus septentrional du district avec 40 habitants. On y apportait de Wassa de la roche aurifère qui y était concassée et rincée pour en séparer la poudre d'or. Sept autres villages produisaient surtout de l'huile de palme.

128 (B) Le district de Gjemmekrom [Himakrom] comprenait 12 villages pour une population totale de 895 habitants, tous investis dans la production d'huile de palme. Gjemmekrom [Himakrom] avec ses 330 habitants, de l'abusua Beretú, était le plus grand village du district, avant Jallé Esson peuplé lui de 150 habitants de l'abusua Agona. Trois villages, Fotoekrom et Dadjun, ayant respectivement 40 et 30 habitants de l'abusua Tja [Ntwa] et Fantee peuplé de 20 habitants de l'abusua Agona, préparaient des remèdes contre la dysenterie. A Nassiekrom, où vivaient 60 membres de l'abusua Beretú, on produisait le colorant rouge « Bruni Edur ».

129 (C) Le district d'Aketinkie [Aketenkye] comprenait 11 villages et 1195 habitants, pour la plupart producteurs d'huile de palme. Aketinkie [Aketenkye], le plus grand village, situé sur la rive droite de la rivière Butre, était peuplé de 400 habitants de l'abusua Beretu, lesquels produisaient de l'huile de palme et cultivaient la terre. En amont de la rivière, sur la même rive, Ajinassie [Ayinase] était un village de 140 habitants de l'abusua Asamankuma exploitaient en plus le cocotier, tout comme le village Badoe Frits [Friti] avec ses 170 habitants, de l'abusua Akonna [Ekoana]. Les habitants de la plupart des villages de ce district étaient de l'abusua Beretu.

130 (D) Le district de Hotopo était limitrophe d'Aketinki [Aketenkye] à l'ouest, d'Ekketekkie [Akitekye] au sud et de Pompondee [Pumponi] à l'est et comprenait au nord des étendues de friches inoccupées. Il comptait 1910 habitants répartis en 21 villages pratiquant l'agriculture et produisant de d'huile de palme. Situé sur la rive gauche de la rivière Butre, le village Hotopo comptait 400 habitants de l'abusua Anona. Awosedje [Ewusiadwo], village dont les maisons étaient peintes, avait 425 habitants du même abusua que Hotopo, tout comme Vorbahoen [Fribohun] avec 420 habitants. Dans l'ensemble, les villages semblaient prospères, sans doute grâce au commerce de l'huile de palme. La plupart des habitants appartenaient à l'abusua Anona, les autres à Beretu, Ntwa, Ebriadi, Asemankuma.

131 (E) Le district d'Ekketekkie [Akitekye] s'étend au sud le long du Golfe de Guinée et est limitrophe de Busua à l'ouest, de Himakrom, Aketenkye, Hotopo au nord et à l'est de Pumponi. Les villages de Butre, Assamko [Asemko] et Ampetanoe [Ampetano] sont situés au bord de la mer. Asemko, qui veut dire « que la querelle s'en aille », avait 180 habitants de l'abusua Asona, originaires d'Elmina et d’Ampeni et établis là temporairement. Ils pêchaient avec leurs 20 pirogues et faisaient le commerce du poisson séché avec les habitants de la forêt. Ampetanoe, avec 120 habitants, était aussi un village de pêcheurs originaires d'Ampeni et de Komenda [Eguafo]. Eux aussi possédaient 20 pirogues et faisaient le commerce du poisson séché. A l'intérieur, les habitants de tous les villages vivaient de l'agriculture et de la production d'huile de palme comme Akitekye, le village principal avec 350 habitants81 et Assamassa [Asemasa] avec 250 habitants, qui produisaient aussi des pots en grès. La plupart appartenaient à l'abusua Ntwa.

132(F) Le district Empahô [Mpohor] est limitrophe de Busua à l'ouest et de la division de Saccondee à l'est, de Wassa au nord, de Himakrom, Aketenkye, Hotopo, Pompondee [Pumponi] et Adjua [Adwowa] au sud. Il comptait 9 villages avec 1075 habitants membres des mmusua Agona, Ebriadi, Asemankuma, Asona, qui vivaient de l'agriculture, de l'extraction d'or et de la production d'un peu d'huile de palme. Le village principal, Empahô [Mpohor] avec 500 habitants, était en déclin en 1859, beaucoup de maisons étant inoccupées. Le courtier attesta que le district, autrefois dans la sphère d‘influence hollandaise, était devenu anglais en 1838, du fait, expliqua-t-il, d‘une dette de soixante onces de poudre d'or contractée auprès du roi de Wassa. La somme ne pouvant être remboursée, le chef d’Empahô s'était donné en gage au roi, avec tous les habitants de Mpohor. Le roi de Wassa était ressortissant anglais, toute la population de Mpohor devint anglaise en 1838 et fut plus tard obligée de payer l'impôt de capitation82. Dans le district de Mpohor, se trouvait entre autres le village de Dabokrom, abandonné et en ruine en 1859. Au cours des années 1847-1849 le gouvernement néerlandais y avait vainement tenté une extraction de l'or, employant pour ce faire des mineurs allemands83.

133 (G) Le district de Pompondee [Pumponi] est limité à l'ouest par les districts d'Akitekye et de Hotopo, au nord par Mpohor et à l'est par Adjua [Adwowa]. Le Golfe de Guinée est sa limite méridionale. Il comptait 12 villages avec une population totale de 1655 habitants. Pompondee [Pumponi], le village principal avec 450 habitants de l'abusua Anona, était situé sur la colline Kolobo culminant à 12 mètres d‘altitude. Ses habitants y produisaient de l'huile de palme et cultivaient le millet, la banane et l'arachide. Des pêcheurs d'Elmina et d'Ampeni, avec 22 pirogues, y séjournaient temporairement. Koffie Kakkerabakrom, tout près de Pumponi, était situé au bord de la mer avec ses 80 habitants de l'abusua Ntwa, originaires d'Amanfor84. Ils vivaient de la production d'huile de palme et de sel ainsi que de l'agriculture. Le village Antjénien [Ankyernin], dont les 200 habitants, de même que ceux de tous les autres villages de l'intérieur, étaient de l'abusua Beretú, tirait sa subsistance de la production d'huile de palme et de l'agriculture.

134 (H) Le district d'Adjua [Adwowa] était le plus peuplé de la division de Butre. Il comprenait onze villages, pour un total de 3256 habitants. La rivière Gwien [Hwin] constitue à l'est sa frontière avec la division Saccondee [Sekondi], Mpohor forme la limite au nord, Pumponi à l'ouest, le Golfe de Guinée au sud. Les habitants de tous les villages produisaient de l'huile de palme et appartenaient à l'abusua Asemankuma, sauf à Fungho, où les pêcheurs originaires d'Ampeni étaient des Asona. La capitale, Adjua [Adwowa], située au bord de la mer comme Fungho, abritait 700 habitants qui vivaient de l'agriculture, de l'huile de palme, de la fabrication de caisses en bois et de pots de grès, ainsi que de la pêche avec leurs 30 pirogues. Le plus grand village était Apoan [Apowa], à l'intérieur du pays, avec 850 habitants85. PLus au nord Jabioen ou Jabiovw [Yabiw] avait 600 habitants, Biahoen [Beahun], 400 et Kidjabir [Kegyabir] 350 habitants. Tous ces villages figurent sur la carte moderne (0402 A1), mais il n’est pas certain qu'ils occupent actuellement le même site qu'en 1859.

3. La division de Saccondee [Sekondi]

135Quoique la carte que l'assistant résident P.J. Kamerling leva en 1859 ne soit pas disponible, il vaut néanmoins la peine de présenter quelques renseignements tirés de son rapport sur la division, qui consistait en deux petits royaumes [aman] : Sekondi et Takoradi. Sekondi était divisé en une partie néerlandaise sous le fort « Orange », tout près duquel était situé le fort anglais avec son propre territoire. La capitale et le fort « Witsen » du royaume de Takoradi furent détruits en 183886.

136Sur la limite entre les deux royaumes, au bord de la mer, se trouvait le hameau Apoassi [Poase], dont les dix-neuf habitants de l’abusua Beretù, vivaient de la production du sel. Tout près de cet endroit, en 1837, Tonneboeyer tomba avec son armée dans une embuscade où il perdit la vie.

137Bien que Verveer, qui avait fait raser Takoradi, ait interdit pour toujours la réédification de la ville, dix ans plus tard des démarches étaient faites en vue de sa reconstruction, alors même que le lieu avait reçu un autre nom : Abanouyé, qui veut dire « Bonfort ». Quelques années plus tard, l'oman de Takoradi fut en quelque sorte rétabli par l'élection d'une femme en tant qu'omanhene, appelée « reine » par les Européens87. Cependant, la reconstruction d'Abanouyé était peu avancée en 1859. La place comptait 100 cases mais seulement 25 habitants, la plus grande partie de la population hésitant toujours à revenir s'y établir.

138Apremdo, situé près de la rive gauche de la rivière Hwin, était le plus grand village de l'oman. Réduit en cendres en 1838 (Douchez, 1839 : 36), le village avait ressurgi et en 1859 il comptait 750 habitants et se distinguait par la forme allongée de ses maisons. Les habitants s'y livraient à l'agriculture, à la production d'huile de palme, à la fabrication de pirogues, et élevaient quelques moutons et chèvres. Deux villages à l'intérieur du pays, Quassi Mintzim [Kwesimintzim], avec 250 habitants et Asakka [Asaka], 260 habitants, vivaient de l'agriculture, le second fabriquant en outre des pirogues à partir des grands arbres des bois avoisinants. Le village Amanfor, sur la rive gauche de la rivière Hwin comptait 174 habitants.

139Le territoire de Takoradi comprenait quatorze villages et 2095 habitants. Celui de Sekondi comptait vingt villages et 3336 habitants. La WIC avait établi un comptoir à Sekondi en 1642, qui fut remplacé en 1690 par le fort « Orange » situé sur un rocher à une altitude de 59 mètres88. La ville, près du fort, était divisée en quatre quartiers : le premier habité par des pêcheurs et des cultivateurs, le deuxième uniquement par des pêcheurs, le troisième et le quatrième uniquement par des cultivateurs. Plus de la moitié des cases étaient inoccupées durant la plus grande partie de l'année, les cultivateurs séjournant alors dans leurs villages en forêt et ne revenant occuper leurs cases en ville qu'à l'occasion des festivités familiales. Tant de cases délabrées donnaient à Sekondi l'aspect d'une ville pauvre. Sur un total de 525 cases, 261 seulement étaient habitables, pour la plupart occupées par des marchands et des pêcheurs. La ville avait un marché quotidien qui offrait à la vente des bananes, des biscuits de millet, des poissons séchés ou frits, du millet bouilli, du vin de palme et du pito (une sorte de bière). En outre, quelques maçons, un charpentier, deux forgerons et deux orfèvres vivaient à Sekondi. Parmi les villages de la division qui existent encore aujourd'hui on peut citer : Cathan [Ketan] avec 100 habitants, Ahine Koffie [Ahenkofikrom] avec 163, Boutem Edjebou [Botumagyabu] avec 25, Essepon [Esupon] avec 91 et Soffokrom [Osofokrom] avec 297. A l'est, la rivière Anankwan servait de limite entre les divisions Saccondee [Sekondi] et Chama [Shama].

4. La division de Chama [Shama]

Carte 7 : carte du district de Shama par D. W. Scheffelaar, 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 755]

Carte 7 : carte du district de Shama par D. W. Scheffelaar, 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 755]

140Le long de la côte, la division était limitée au sud-ouest par la rivière Anankwan [Anankwari] et au nord-est par la Prah. Elle comprenait 22 villages avec au total 10935 habitants. La capitale, Chama, était une des plus anciennes implantations du littoral, comme on l’a signalé plus haut. Les Portugais y avaient bâti un fort en 1523, nommé Saõ Sebastiaõ, lequel fut pris par la WIC en 1638, puis considérablement amélioré. En face du fort se trouvait un bourbier, que les habitants considéraient comme une divinité [obosum].

141La ville avait 4950 habitants, répartis en quartiers suivant l’usage sur la côte. La  plupart habitaient du côté ouest du fort et vivaient de la pêche en haute mer. Beaucoup de pirogues avaient une voile, qui les rendait faciles à manoeuvrer. Le poisson apporté sur la plage était séché au soleil ou fumé, puis vendu. Le quartier numéro trois, établi du côté est du fort, était le quartier dit des esclaves de terre, qui appartenaient jadis au gouvernement néerlandais. Ils s'occupaient seulement d'agriculture, cultivant l'igname, le millet, le maïs, l'arachide, la banane, la banane plantain et la patate douce, tous produits qu'ils troquaient contre le poisson des autres quartiers. Il y avait en ville la factorerie du marchand hollandais George Stoové, qui faisait surtout le commerce du bois89. Un étang, d'environ 50 mètres de large et d'un kilomètre de long, se trouve à l'est du fort. Il est lié au cours inférieur de la rivière Prah qui coule à travers une plaine marécageuse avant de se jeter dans l’océan. Selon toute apparence, cet étang est un bras mort de la rivière, dont l'embouchure était située jadis à l'ouest près de Shama, mais qui s'était ensablée au cours des âges (Gramberg, 1861 : 173-174)90. La rivière Prah était poissonneuse. On y trouvait des crocodiles, et les arbres de ses rives étaient le refuge de singes et de perroquets. En amont, une île au milieu de la rivière, appelée Sepoem, comprenait un village de 700 habitants qui produisaient des pirogues, de l'huile de palme et s'occupaient d'agriculture et de chasse.

142En face de Sepoem, sur la rive gauche, était située la plantation de Gramberg avec ses cultures de coton, de lin et de chanvre. Elle n'eut qu'une existence de courte durée, comme la plupart des entreprises agricoles européennes sur la côte. Au nord de Shama se trouvait Jabio ou Jabijo [Ya Bew], un royaume indépendant de l'oman de Shama. Le village Jabio [Ya Bew] comptait 1000 habitants qui vivaient de la culture d'une grande quantité de millet et d'igname, de la banane, de la banane plantain et de l'arachide. Ils pratiquaient également la chasse. Le village Antoekrom [Annto] avec ses 600 habitants, tous agriculteurs, dépendait de Jabio [Ya Bew]91.

143Plusieurs villages de la division préparaient de l'huile de palme comme par exemple Apim Eniem [Apemonyim], 140 habitants, Untjaban-Edjefie [Ntwaaban], 350 habitants, et Assohokkok [Asooko], lequel, avec 320 habitants, en produisait de 500 à 800 gallons par an92. Konforkoe [Komfoeku], avec 950 habitants, produisait annuellement 1000 à 1600 gallons, Jòh-Mòh krom [Gyamo] avec 360 habitants produisait 500 à 800 gallons par an et Untoema avec 200 à 300 habitants produisait 200 à 300 gallons par an. Un village, Akkropomkrom habité temporairement par des saisonniers, livrait à lui seul, suivant leur déclaration, de 1000 à 1800 gallons par an. Leur travail achevé, ils retournaient à leurs propres habitations en territoire anglais. Finalement, le commandant de la garnison d'Elmina, Scheffelaar, qui avait fait le relevé de la division de Shama, avait la tâche de décider, en liaison avec l'assistant-résident Kamerling de Sekondi, de la division à laquelle devait ressortir l'ancienne ville côtière Abwadie [Aboadze]. Il apparut que ses 70 habitants avaient l'habitude de venir régler leurs palabres chez l'omanhene de Shama et étaient par conséquent ses ressortissants.

144Les informations rassemblées lors du recensement de 1859 méritent quelques commentaires :

1451. Les fonctionnaires néerlandais disposaient, pour faire le recensement de leur division, d'interprètes et de guides, de porteurs de hamac et de bagages, de quelques domestiques, ainsi qu’une montre de gousset et d'un compas de route pour tout instrument cartographique. Compter un par un les habitants soupçonneux d'un village était naturellement une opération impossible. Les fonctionnaires en étaient réduits à l'information qu'un chef de village ou un ancien voulait bien donner à leur interprète ou à leur guide. En revanche, il leur était possible de compter le nombre de cases dont ils présumaient que chacune était occupée par quatre ou cinq personnes. Il en résulte que leurs rapports sont plus le résultat d'une estimation réfléchie que d'un comptage précis. Cette dernière remarque s'applique également aux directions et distances reportées sur la carte. Parcourant des sentiers tortueux en terrain accidenté, à travers une forêt étendue, les arpenteurs amateurs éprouvaient les plus grandes difficultés à mesurer la distance en ligne droite d'un lieu à un autre et à déterminer leur position. Par conséquent, leurs cartes ne pouvaient pas être très exactes.

1462. La production d'or et d'huile de palme exigeait une forte main-d’œuvre. La valeur de l'or exporté en 1859 de la Côte d'Or était à peu près le double de celle de l'huile de palme, à savoir 73544 livres anglaises contre 38346 (Reynolds, 1974 : 133). Cet or provenait peut-être, pour une bonne part, des districts dont il est question ci-dessus. Pourtant les districts produisant de l'huile de palme se montraient plus florissants et étaient plus peuplés que ceux où on recherchait l'or. Ces derniers souffraient souvent de disette, les vivres y étant très chers.

Conclusion

147Des pages précédentes, il ressort que si les cartes anciennes ne sont en rien parfaites, elles ne sont aucunement des produits de pure invention. Les cartes marines, qui sont fondées  sur les observations des capitaines et des pilotes – et parfois sur l’autorité d’une carte plus ancienne – procurent en général une image fiable des places de commerce le long de la côte. Elles étaient surtout produites à l’usage des navigateurs, quoique ces derniers se laissassent ordinairement guider par leur expérience, la carte n’étant consultée qu’en cas de doute.

148En ce qui concerne la configuration de l’arrière-pays, on était entièrement tributaire des renseignements donnés par les marchands et voyageurs venus de l’intérieur, qui appliquaient à l’espace dans lequel ils se déplaçaient leur conception de la localisation et leurs propres  termes d’évaluation des distances93. Il va de soi que des renseignements provenant d’intermédiaires différents et qui, en fin de parcours, parvenaient au cartographe en Europe, ne pouvaient pas donner des cartes correctes.

149En Europe, les ateliers de cartographie du monde d’outre-mer se trouvaient principalement dans les villes de Londres, Paris et Amsterdam. Au XVIIe siècle, Amsterdam, le siège de deux grandes compagnies de commerce, celle des Indes orientales (V.O.C) et celle des Indes occidentales (W.I.C.), comptait plus de soixante-dix établissements d’élaboration, d’impression, d’édition et de vente de cartes (Van den Brink et Werner, 1989 : 105-112). Ils pouvaient copier et se prêter leurs cartes et leurs plaques de cuivre, parce que le commerce et le profit étaient au cœur de toutes ces entreprises. Une carte était un bien  prestigieux et pouvait valoir en ce temps plus qu’une peinture.

150A côté des cartes gravées, les cartes manuscrites forment une catégorie distincte. Normalement elles sont établies dans une intention particulière, à la demande des autorités – Etats Généraux, compagnies de commerce, Amirauté – ou encore d’un prince. Elles peuvent aussi être dues à l’initiative d’un dessinateur (comme Elandts) ou avoir été commandées par un personnage fortuné (comme Van der Hem).

151Alors que la carte de Teixeira gravée en 1602 (1650) contenait les informations sur la côte de Guinée et l’arrière-pays dont disposaient les Portugais à la fin du XVIe siècle – informations sans cesse reproduites jusqu’au XVIIIe siècle par les cartographes européens – Hans Propheet dessina en 1629 une carte manuscrite pour laquelle il avait « interrogé les Noirs les plus experts » et qui présentait une image renouvelée, plus ou moins réaliste, de la Côte de l’or et de son arrière-pays. Propheet avait fait sa carte sur place, à la Côte, alors que Luis Teixeira avait composé la sienne à Lisbonne à partir de sources différentes.

152Le dernier exemple traité est celui des cartes manuscrites accompagnant les enquêtes de terrain faites par les fonctionnaires néerlandais pour le recensement du « territoire néerlandais » en 1859.

153La comparaison des cartes analysées conduit à plusieurs réflexions.

154En premier lieu, rien n’est si capricieux sur les cartes anciennes que l’hydrographie. Dans le territoire dont il est question, les rivières principales sont, d’ouest en est, la Tano, l’Amanzule, l’Ankobra, et la Pra. Texeira dessine un R. de sueira da costa dont l’embouchure ressemble quelque peu à celle de la Tano et Leupenius n’en indique que l’embouchure. D’Anville, au même endroit, place la rivière d’Issini, dont le cours en amont semble devenir celui de la Bia. Toujours au même endroit, Elandts dessine la rivière Ioni, et relève entre l’Ioni et la Siana des embouchures de rivières non nommées, dont l’une pourrait être l’Amanzule. Chez d’Anville on a le choix pour cette rivière entre Rio Manco et R. de l’Or.

155L’Ankobra est présentée par Texeira et Leupenius comme R. Mancu. Sur la carte de Propheet, elle n’est pas nommée, mais son cours est indiqué. La carte anonyme donne « Rio Mansu incolis Siana », comme celle d’Elands : « Siana Rio Mançu », et elle apparaît comme « Rio Cobre ou d’Ancober » sur la carte de d’Anville. Le cours de la Pra sur les cartes de Propheet, de l’Anonyme et d’Elandts est bien indiqué, mais elle n’est pas nommée. Texeira l’appelle R. de Sama, ainsi que Leupenius (Rio Chama), et d’Anville fait explicitement mention de « Riv. De St Jean, Bossum Pra ou Riv. Divine ». Il apparaît donc que les cours et les noms de ces rivières ne sont indiqués correctement sur aucune des cartes94.

156Deuxième problème : qu’est-il advenu des peuples signalés sur certaines cartes et disparus des suivantes ? Qu’est-il advenu par exemple des Cacers Anguines établis au cours supérieur du Rio de sueiro da costa, et des Caceres dampago qui, toujours selon la carte de Texeira, s’étaient installés dans l’arrière-pays du Cap des Trois Pointes, après qu’ils aient défait et délogé de là les Piterees ? Il est peu probable que Hans Propheet ait eu connaissance de la carte de Texeira lorsqu’il dessina Grand Inkassa et Inkassa iggyna au nord d’Igwira, sur la rive gauche de l’Ankobra, et Petit Inkassa à l’endroit où se trouvaient antérieurement les Caceres dampago. Petit Encacer occupe une même position, à l’ouest d’Anta, sur la carte anonyme et sur celle de Leupenius. Elandts et Leupenius situent respectivement Encacer ou grand Encacer au nord de la région d’Axem. D’Anville en 1729 incorpora Grand Incassa et Incassa iggina dans le royaume de Dinkira, tandis qu’Adom remplaça Petit Incassa.

157Le premier à avoir mis Adom sur la carte est Propheet. Après lui ce pays est indiqué de façon discrète sur  la carte de Leupenius. D’Anville cependant  montre en 1729 la puissante république dans toute son ampleur. Ensuite Adom disparaît et en 1859 sa place sur la carte est occupée par Wassa.

158Enfin, un certain nombre de villages côtiers forment sur les cartes un élément stable ; si l’orthographe de leurs noms peut varier de temps en temps, leur localisation reste la même. Certains parmi eux sont très anciens, comme par exemple Shama, déjà connu au  XVe siècle, et Axim où les Portugais bâtirent un fort en 1552. Les quelques villages du XVIIe siècle qui existent encore aujourd’hui sont Akodaa (Acoda-Akwida), Dixcove ou Infuma, Butre (Butry-Botury-Boutrou), Ampatano (Ampaton), Pumponi (Pompondee), Adwowa (Aioba, Ajuba), Takoradi (Taquerary), Sekondi (Sacunde) et Aboadze (Boary-Abouari).

159Dans l’arrière-pays, les cartes anciennes ne présentent que peu de toponymes; leur information se limite aux noms de quelques peuples ou entités politiques et, dans l‘ensemble, leur contribution à l’éclaircissement de l’histoire demeure restreinte. Pour vérifier les lieux et sites indiqués par les cartographes il faut recourir aux archéologues, qui sont en quête des archives du sol.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARHIN, K, 1979, Brong Kyempim, Accra.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BAESJOU, R., 1988, « The Historical Evidence in Old Maps and Charts of Africa. With  Special Reference to West Africa », History in Africa 15, pp. 1-83.
DOI : 10.2307/3171856

—, 1998, « Trade conflict in Eighteenth-century Western Gold Coast, and the Formation of the Nzema State » in M. Pavanello (ed.), Prospettive di Studi Akan. Saggi in memoria di Vinigi L. Grottanelli, Roma, CISU, 23-54.

BAL, W., 1965, Description du Royaume de Congo et des Contrées Environnantes par Filippo Pigafetta et Duarte Lopez [1591], Louvain, Nauwelserts, Paris.

BARBOT, J., 1992, Barbot on Guinea. The writings of Jean Barbot on West Africa, 1678-1712, edited by P. E. H. Hair, A. Jones & R. Law, London, Hakluyt Society, Second Series, n° 176.

BASSET, T. J., 1998, « Indigenous Mapmaking in Intertropical Africa, » in D. Woodward & G. M. Lewis, The History of Cartography, vol. 2, livre 3, Chicago, The University of Chicago Press, 24-48.

BOSMAN, W., 1704, Naawkeurige Beschryving van de Guinese Goud- Tand- en Slave-Kust, Utrecht.

—, 1967, A New and Accurate Description of the Coast of Guinea, London, Frank Cass & Co.

BREDWA-MENSAH, Y., 1994, « Historical-archaeological investigations at the Bibease plantation site near Abokobi, Eastern Accra Plains, Ghana », Nyame Akuma 42, 2-6.

—, 1996, « Slavery and plantation life at the Danish plantation site of Bibease, Gold Coast (Ghana) », Ethnographish-Archåologische Zeitschrift (EAZ) 37, 445-458.

CORTESAO, A., TEIXEIRA DA MOTA, A. (éds), 1960, Portugaliae Monumenta Cartographica,. Vol. III, Lisboa.

CROOKS, J.J., 1973 (1923), Records relating to the Gold Coast Settlements from 1750 to 1874, Dublin, London, Cass.

DAAKU, K. Y., VAN DANTZIG, A., 1966, « An Annotated Dutch  map of 1629 », Ghana Notes and Queries 9, 14-15.

DAAKU, K. Y., 1970, Trade and Politics on »the Gold Coast, 1600-1720, London, Oxford University Press.

DE MAREES, P., 1602, Beschryvinge ende historische verhael, van Gout Koninckrijck van Gunea…door…P.D.M., Amsterdam.

DE MAREES, P., 1987, Description and historical Accounts of the Gold Kingdom of Guinea (1602), traduit en anglais et annoté par A. Van Dantzig & A. Jones, Oxford University Press, Union Académique Internationale, Fontes Historiae Africanae, Varia V.

DOUCHEZ, F., 1839, Causeries sur la Côte de Guinée, à propos de l'expédition du général-major Vermeer, pendant l'été de 1838, La Haye, Amsterdam.

DU CASSE, J. B., 1935 (1688), « Mémoire ou relation du sieur Du Casse sur son voyage de Guynée avec ‘La Tempeste’, en 1687 et 1688 »,  in P. Roussier, L’établissement d’Issiny, 1687-1702, Paris, Larose.

ESCUDIER, D., 1992, Voyage d’Eustache Delafosse sur la Côte de Guinée, au Portugal et en Espagne [1479-1481], Paris, éditions Chandeigne.

HAIR, P.E.H., 1994, The founding of the Castelo de São Jorge da Mina : An Analysis of the Sources, African Studies Program, University of Wisconsin-Madison.

HENIGE, D., 1975, « Adom/Supome and Jabi/Yarbiw : cases of identity in a period of shifting paramountcies », Transactions of the Historical Society of Ghana XVI, 29-45.

HEIJER, H. DEN, 1997, Goud, ivoor en slaven. Scheepvaart en handel van de Tweede Westindische Compagnie of Afrika, 1674-1740, Walburg, Pers.

—, 2002. De geschiedenis van de WIC, Walburg, Pers.

HUISKEN, J. E., LAMMERTSE, F., 1989, Het kunstbedrijf van de familie Vingboons, La Haye, Gravenhage, G. Schwartz / SDU.

JONES, A., 1983, German Sources for West African History 1599-1669, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag Gmbh.

—, 1985, Brandenburg Sources for West African History 1680-1700, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag Gmbh.

—, 1990, « Decompiling Dapper : a preliminary search for evidence », History in Africa 17, 171-209.

KOEMAN, C., 1970, Joan Blaeu and his Grand Atlas, Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum Ltd.

—, 1971, Arent Roggeveen, Jacob  Robijn, The second part of the Burning Fen (Amsterdam 1687), Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum Ltd.

LAW, R. (éd.), 1997, The English in West Africa, 1681-1683, British Academy, Oxford University Press, Oxford, New York.

L'HONORE NABER, S. P., 1931, Johannes de Laet : Laerlijck verhael van de Verrichtinghen der Geoctroyeerde West-Indische Compagnie (1624-1636), Vol. I., La Haye, Martinus Nyhoff.

LOYER, G., 1935, « Relation du voyage du royaume d'Issiny, Cote d'Or, Païs de Guinée en Afrique », in P. Roussier (éd.), L'Etablissement d'Issiny 1687-1702, Paris, Larose, 111-235.

METCALFE, G. R., 1964, Great Britain and Ghana, Documents of Ghana History 1807-1857, London, Longman, T. Nelson on behalf of the University of Ghana.

NOVAKY, G., 1990, Handelskompanier och Kompanihandel : Svenska Afrikakompaniet 1649-1663, Historiska institutionen, Uppsala, Almqvist & Wiksell International distributor.

OSLEY, A. S., 1969, Mercator : A monograph on the lettering of maps in the 16th century Netherlands, London, Faber and Faber.

REYNOLDS, E., 1974, Trade and Economic Change on the Gold Coast, 1807-1874, Burnt Mill, Longman.

SCHILDER, G., 2003, Monumenta cartographica Neerlandica, Vol. Tome VII, Alphen aan den Rijn, Canaletto / Repro-Holland.

TENGBERGEN, H. F., 1839, Verhaal van den Reistogt en Expeditie naar de Nederlandsche  Bezittingen ter Westkust van Afrika, La Haye, S. de Visser & Zoon.

THILMANS, G., 1975, « Les planches sénégalaises et mauritaniennes des 'Atlas Vingboons », Bulletin de l'IFAN 37, 95-116.

TOOLEY, R. V., 1969, Collectors' Guide to Maps of the African Continent and Southern Africa, Londres, Carta Press.

VALSECCHI, P., 2002, I signori di Appolonia : Poteri e formazione dello Stato in Africa occidentale fra XVIe XVIII secolo, Roma, Carocci.

VAN BRACHT, J., 1981, Vingboons Atlas. Atlas van kaarten en aanzichten van de VOC en WIC, genoemd Vingboons-atlas in het Algemeen Rijksarchief te 's Gravenhage. Haarlem

VAN DANTZIG, A., 1972, « A note on Fort ‘Batenstein‘ and Butri », Ghana Notes and Queries 12, 16-19.

—, 1980a, Les Hollandais sur la côte de Guinée à l'époque de l'essor de l'Ashanti et du Dahomey (1680-1740), Paris, Société d'Histoire d'Outre-Mer.

—, 1980b, Forts and Castles of Ghana, Accra, Sedco Publishing Ltd.

—, 1981, « La ‘Juridiction‘ du Fort Saint Antoine d'Axim », in Le sol, la parole et l'écrit : mélanges en hommage à Raymond Mauny, vol. II, Paris, Société française d’histoire d’Outremer. 685-697.

—, 1990, « The Akanists : A West Africa hansa », in D. Henige & T. C. McCaskie (éds), West Africa Economic and Social History, Madison, University of Wisconsin-Madison, 205-216.

VAN DEN BRINK, P., WERNER, J., 1989, Gesneden en gedrukt in de Kalverstraat : De kaarten – en atlassen drukkerij in Amsterdam tot in de 19 e eeuw, Utrecht, HES Publishers.

VAN DEN BROECKE, M., 2003, « Historische kaarten en hun teksten in de eerste moderne atlas van Abraham Ortelius », Caert-Thresoor XXII, 29-39.

VAN DER KROGT, P., 1997, Koeman’s Atlantes Neerlandici : New Edition, Vol. I, 'tGoy-Houten, HES Publishers.

—, 2002, « The Map Image of Africa in Dutch Atlases of the Sixteenth and the Seventeenth Centuries », Dutch Geography and Africa, Utrecht, HES & De Graaf Publishers, 118-141.

VAN KEULEN, E. O., MORZER BRUYNS, W. F. J., SPITS, E. K.n 1989, 'In de Gekroonde Lootsman' Het kaarten-, boekuitgevers en instrumentenmakershuis Van Keulen te Amsterdam 1680-1885, Utrecht, HES & De Graaf Publishers.

WELMAN, C. W., 1929, The Native States of the Gold Coast, II : Ahanta, London, Dawsons of Pall Mall.

WIEDER, F. C., 1932, Monumenta Cartographica, Vol. IV, La Haye, Martinus Nijhoff.

ZANDVLIET, K., 1992, « El reflejo de la empresa neerlandesa en el Atlantico », in E van den Boogard et als (éds.), La expansion holandesa en el Atlantico, Madrid, MAPFRE, 266-321

—, 1998, Mapping for Money. Maps, plans and topographic paintings and their role in Dutch overseas expansion during the 16th and 17th centuries, Amsterdam, Batavian Lion International.

Haut de page

Notes

1 Ce terme signifie annexe ou supplément.
2 Plantin s’exila en Hollande en 1582. Il fonda une filiale de son entreprise à Leyde, laquelle se fit connaître par ses éditions orientales. Le fonds de commerce, géré par Raphelengius, opéra jusqu’en 1618. Après le décès de Plantin en 1589, sa grande imprimerie d’Anvers poursuivit ses opérations sous la direction de son gendre Johannus Moretus, puis sous celle des descendants de ce dernier jusqu’en 1876. L’établissement abrite aujourd’hui un musée de la typographie ancienne.
3 En 1578, lors de la révolte des Provinces-Unies, le conseil municipal d’Amsterdam avait pris le parti du Prince Guillaume d’Orange contre l’Espagne. Cornelis Claesz fit une bonne affaire en rachetant les livres provenant d’églises et de monastères catholiques et en les revendant dans les régions demeurées fidèles à Rome.
4 De beschryvinghe vant groot ende vermaert coninckryck van Congo … ghenomen wt de schriften…van Edoart Lopez Portugijs…Beschreven door Philips Pigafetta in Italiaens…overgheset in…Nederlantsche spraeke : Deur Martyn Everart B. [Description du grand et illustre royaume de Congo, etc…]. Voir Bal (1965).
5 Beschryvinghe ende Historische verhael/vant Gout koninckrijck van Gunea, anders de gout-custe de Mina genaemt… L’édition française de 1605 est intitulée : Description et récit historial du riche royaume d’or de Guinée. Pour une traduction récente et un appareil critique préparés par Adam Jones et Albert Van Dantzig, voir De Marees (1987).
6 Une région située approximativement entre les rivières Tano et Prah.
7 Image du vaste Royaume produisant l’or de Guinée situé en Afrique…esquissé par S. Rovelascus et représenté en lignes plus fines par Louis Teixeira, cosmographe principal du Roi d’Espagne et du Portugal.  Il s’agit d’une gravure sur cuivre à l’eau forte (46,5 x 60 cm, 1° = 114/5  mm).
8 La version originale de cette carte est toujours introuvable, bien qu’elle apparaisse en 1609 dans le catalogue de vente de Cornelis Claesz avec les planches du livre de De Marees. Cinq copies du second état édité vers 1650 par Hugo Allard sont connues (Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam (BUA), OK 132 ; Bibliothèque Nationale d’Ecosse, Edimbourg, où elle se trouve reliée dans l’Atlas Urquhart WD. 3. 1 [93] ; British Library de Londres, Maps 64990 [9] ; Bibliothèque de la Sorbonne, Paris, R. 22 Gr Fol. 13 ; Bibliothèque du Musée Maritime de Rotterdam, WAE 717). Quatre copies du troisième état édité par Carolus Allard vers 1680 sont connues. L’une est conservée à la bibliothèque de l’Université de Leyde, Mus. Bodell. Port. 181, N° 46, une autre à Schwerin, Landesbibliothek Mecklenburg–Vorpommern. Les deux autres font partie de collections privées. Voir Schilder (2003, VII, 298-302).
9 De Marees [fo. 7b] mentionne que le village s’est appelé Achombene et le château Aziem.
10 Pour « Asutu », lire « Afutu » : l’écriture ancienne peut occasionner une confusion entre les lettres minuscules « f » et « s ».  Pour la limite d’Anta, voir plus bas sous Sama/Shama.
11 Gerardi Mercatoris : l’Atlas ou Méditations Cosmographiques de la fabrique du Monde et figure d’Iceluy. Commencé en Latin par le très Docte Gérard Mercator, parachevé par Jodocus Hondius…Sumptibus et typis aeneis  Jodoci Hondii, Amsterodami, 1609. Voir Van der Krogt (2002 : 128-131, 150).
12 Tabula Aphricae nova sumta ex operibus Ludovici Tercerae cosmographi Regiae majestatis Hispaniarum Joannes à Duetechum iunior fecit : Cornelis Claesz (c.1600) in BUA : OK 126. Voir Zandvliet (1998 : 48).
13 Van der Krogt (1997). Voir par exemple « Guinea » de Willem Jansz. Blaeu en 1634.
14 Voici le texte original de la carte de 1629 : « Caerte des lantschaps vande goutkust in // Guinea, soo dat op verschaeijden (deeses kusts // plaetsen, vande meeste geexperijmenteerste // swarten hebbe ondervraegt, en voor soo // veel onser natie hier ordenarius besoeckt // selfs meede beuonden. dit als het eerste // soo bij een gesogt, ten dienste der geener // die daer in hare speculatie nemen. tot hier // naer bij imant anders, beter sal warden aenden // dach gebracht. actom  deeser 25 en  desemb a 1629 // in gunea voor moure ». Archives Nationales, La Haye : 4 VEL 743. Wieder (1932 : 97) attira l’attention sur cette carte en traitant des premières cartes de la Compagnie des Indes occidentales. Elle fut publiée par Daaku et Van Dantzig (1966 : 14-15). Une reproduction parut dans une forme arrangée dans la réédition en 1967 de la version anglaise du livre de Bosman (1967 : 1) et dans l’ouvrage majeur de Kwame Yeboa Daaku (1970 : 199).
15 On ne s’intéressera ici qu’à la partie occidentale de la carte, à l’ouest de la rivière Prah.
16 Wanquie s’identifie à Wenchi, située dans le Brong Ahafo. Voir Arhin (1979 : 10).
17 Assini et Awiane sont hors du cadre de la carte. Un mille marin est égal à 7407 mètres.
18 Ce sont les Portugais qui ont été appelés au secours par les habitants de Saconde.
19 BN, Ge DD 2987 [8198 B]. Zandvliet (1998 : 189).
20 Dans la collection d’Anville 8198, le titre de la carte peut se traduire ainsi : Carte de la Côte de l’Or en Guinée, sur laquelle les limites de ses divisions sont représentées tracées en pointillé selon les renseignements que j’ai demandés aux Noirs principaux et sont constatées et connues de cette façon par notre peuple.
21 L’entrée de la compagnie sur la scène du commerce maritime date de 1622. Dès 1625, elle se lança à l’attaque des possessions portugaises, essuyant une cuisante défaite devant des Portugais soutenus par leurs alliés africains. L’assaut du château d’Elmina causa la perte de quelques centaines de soldats et de leurs commandants. Voir notamment L'Honoré Naber (éd.), (1931 : 106-112).
22 Aux Archives Nationales de La Haye se trouvent deux dessins signés par Hans Propheet ; l’un est une représentation d’un assaut manqué de la compagnie sur le château portugais d’Elmina [4 VEL 771], l’autre est une vue topographique du fort néerlandais à Mori [4 VEL 782]. L’écriture sur ces dessins est un peu anguleuse, tandis que celle sur la carte est plus ronde.
23 Les pays dont il est question dans Dapper I [éd.1668] et II [éd.1676] sont entre autres : Igwyra (I, p. 456,  II, p. 84) ; Grand Inkassa (I, p. 456, II, p. 84) ; Inkassa Iggyna (II, p. 84) ; Anta (II, p. 66) ; Jabeu [Tabeu] (I, p. 456, II, p. 85) ; Adom (I, p. 457, II, p. 85) ; Wassa (I, p. 457, II, p. 85) ; Wanquie (I, p. 457).
24 (Jones, 1990 : 171-209).
25 Isaac Vossius [1618-1689], historien-géographe, libertin. Sa bibliothèque, vendue à Londres en 1689, fut rachetée par la bibliothèque de l’université de Leyde.
26 B.N., Paris, Cartes et Plans, GE DD 11468. Le titre se trouve dans la partie inférieure du document, à droite, dans un cartouche : L’Afrique, ou Lybie ultérieure où sont Le Saara ou Désert, Le pays des Nègres, La Guinée, et les Pays circonv. Tirée en partie de Sanut, et de l’Arabe de Nubie ; en partie de diverses cartes veües jusques à présent. La Coste des Nègres, et Guinée, & c. et après les Observations de Samuel Blomart. Par le S. Sanson d’Abbeville…A Paris. Chez Pierre Mariette…1655.
27 Samuel Blommaert [1583-1651], né à Anvers, élevé en Hollande et initié au commerce à Hambourg et à Vienne. Au cours des années de 1603 à 1609, il effectua trois voyages aux Indes au service de la Compagnie Unie des Indes Orientales [VOC: Verenigde Oost-indische Compagnie]. Il s’installa ensuite comme marchand à Amsterdam. Il y épousa en 1612 Catherina Reynst, fille d’un des fondateurs de la VOC. Il apporta sa participation financière au commerce maritime vers la Guinée et l’Angola. On ne sait trop s’il a lui-même navigué et séjourné en Afrique, mais c’est bien probable. Lorsque la Compagnie des Indes Occidentales [WIC: West-Indische Compagnie] fut fondée et reçut sa charte, il fut obligé d’y déposer ses intérêts africains (en 1622). Il acquit de ce fait la position de directeur de la chambre [du département] d’Amsterdam de la WIC. Le monopole (octroi) attribué à la WIC s’étendait sur tout l’Atlantique, et Blommaert s’intéressa à la colonisation de la Nouvelle Hollande en Amérique, de même qu’aux Caraïbes et au Brésil. Il aida les Suédois à s’établir en 1640 le long de la rivière Delaware. Il s’efforça, autant que possible, de se renseigner sur ce qui se passait à l’intérieur des limites de l’octroi auprès de ceux qui en revenaient. Il est probable qu’il bénéficia des informations de Johan Valckenburgh sur l’Angola.
28  AN, La Haye : Elandts, 4 VEL 149 ; Leupenius, 4 VEL 148.
29 Zandvliet (1998 : 179-180). Ces marchands avaient des intérêts financiers en Suède.
30 Les trois recueils faits par Vingboons pour la Reine Christina de Suède se trouvent aujourd’hui dans la bibliothèque du Vatican. En effet, après sa conversion au catholicisme en 1654, la reine Christina abdiqua, quitta la Suède, d’où elle retira ses biens privés, et s’installa en 1656 à Fontainebleau en France. Plus tard, elle déménagea à Rome, où elle décéda en 1689. Sa collection de précieux manuscrits, 2119 volumes au total, devint propriété de la bibliothèque du Vatican en 1690. Les trois recueils sont catalogués dans le Fonds de la Reine (Reg. Lat. 2105-2107). L’Afrique est le sujet de Reg. Lat. 2107.
31 Atlas Blaeu-Van der Hem. L’énorme collection de cartes et d’images topographiques et historiques en 46 volumes, rassemblée à Amsterdam par le juriste catholique Laurens van der Hem [1620-1678] fut vendue au Prince Eugène de Savoie en 1730. En 1737, cette collection nommée Atlas Blaeu-Van der Hem ou Atlas d’Eugène fut acquise par la Bibliothèque de la Cour de Vienne, actuellement Bibliothèque Nationale d’Autriche. Cette collection de 42 volumes reliés plus quatre suppléments a récemment été inscrite par l’Unesco sur la liste des mémoires du monde.
32 Le Musée Britannique acheta une série de feuilles de Vingboons se rapportant à l’Afrique [Add. 33976] à la firme F. Müller à Amsterdam en 1891. Müller avait décomposé en feuilles un Atlas Vingboons original qu’il avait acheté à la maison H.G. Bom en 1885.
33 Par un arrêté ministériel de 1821, la plus grande partie des archives de l’ancienne WIC fut envoyée aux moulins à papier. Le reste, conservé dans les greniers du département de la marine, fut en grande partie détruit lors d’un incendie en 1844.
34 Svenska Afrikakompaniet [= la Compagnie d’Afrique suédoise] fut fondée en 1649 par le Hollandais Louis de Geer [1587-1652], marchand de matériel militaire, propriétaire de mines de fer, de cuivre et de fonderies. Ami de la Reine Christina de Suède, il gérait ses entreprises sous pavillon suédois. Il utilisait les services de Hendrick Caerloff, un employé transfuge de la WIC, originaire de Pologne, qui mit sa fortune et sa connaissance de la côte africaine à la disposition de la compagnie suédoise. En 1657, Louis de Geer étant mort et Christina n’étant plus reine, Caerloff remit aux Danois les possessions suédoises d’Afrique. Ces événements entraînèrent une riposte violente de la WIC. Voir Novaky (1990).
35 Le fiscal Joh. Valckenburgh fit savoir à Elmina le 27 août 1654 que la construction en bois du comptoir et magasin d’Eguira était achevée et baptisée « Ruichaver », du nom du directeur-général. Il réclamait des tuiles hollandaises pour la toiture. Journal de Dammaert, 27 août 1654 in A.N., OWIC 47. Ce comptoir était spécialement destiné à l’achat d’or. Voir Van Dantzig (1980b : 96-98).
36 Pour la pérégrination des Bumas, Abuma sur les cartes, voir Valsecchi (2002 : 85-89, 95, 98, 104, 119, 128, 151).
37 Bosman (1704 : 21-22).
38 A.N., La Haye, OWIC 13, fo. 448-451.
39 En 1807, le ministre du commerce et des colonies rapporta au roi de Hollande [Louis Napoléon] : « A la Côte de Guinée, Sire, rien ne se fait ni se traite avec les Naturels, que des présents en main, d’où les cadeaux ont acquis le nom de coutumes ». Rapport daté La Haye 26 mars 1807, dans A.N., La Haye, Collection P. van der Heim, N° 165.
40 Les Néerlandais appelaient ces conventions écrites «pennen », c’est-à-dire « plumes ».
41 Le plus souvent le serment se faisait entre le représentant du souverain ou chef et le serviteur personnel du commandant ; ensemble ils « buvaient » le jurement.
42 Le directeur-général Johan Valckenburgh [1623-1667] fit compiler dans un registre tous les contrats, traités etc. et correspondance annexe (A.N., La Haye, OWIC 13’).
43 L’existence de ces documents est connue grâce aux recherches d’Albert van Dantzig [1937-2000]. Presque tous les traités originaux qui étaient conservés dans les établissements de la compagnie sur la côte sont perdus. Seules subsistent aux Archives Nationales à La Haye une partie des copies expédiées au bureau de la WIC en Hollande.
44 « Acte de vassalité » in AN., La Haye, OWIC 12 ; OWIC 13, 223-225, et NBKG [Nederlandse Bezittingen ter Kuste van Guinea / Possessions néerlandaises à la côte de Guinée] 222, 142-144. Les mentions de Abripique, Abrypique, Abripiquem figurent sur la carte anonyme, et sur celles d’Elandts et de Leupenius. La rivière Abaumacure est l’Amanzule, indiquée par Huydecoper en 1763 comme Abo Moussou [NBKG 124] et Mossou [WIC 492, fo. 271]. Voir Valsecchi (2002 : 104, n. 25). Jansontia, Jansoutia est peut-être l’actuel Ayanzinli.
45 Acte re : Jumoree, 16 janvier 1657 in A.N., La Haye, OWIC 12 ; OWIC 13, pp. 306-311 ; NBKG 222, 190-193 ; Etats-Généraux 12571-38’, annexe D.
46 Pour les Adoms et leur « roi Tickadoe » en 1683, voir Law, (éd.), (1997 : 1-6, 10, 12-13, 15-16, 18-29, 31, 539-541).
47 Sur la carte de 1629, Akani ou « acany » est placé entre Twifo [« Kuiforo »] et Akim avec la précision « hier wonen de prinsypaelste cooplieden die met ons handelen in gout » [= ici habitent les marchands les plus importants qui font le commerce de l’or avec nous].
48 Une autre première mention de Denkyira est « Dankreijs Regis » sur la carte manuscrite dressée par Barbot pour accompagner sa « Description des côtes de l’Afrique… » en 1688. Voir Baesjou (1988 : 17, 59-60, 81) et Barbot (1992, vol. 2, 336). Sur le cartographe Herman Moll, voir Tooley (1969 : 77-83). Il est remarquable que Moll n’ait pas donné une place à Asiante sur sa carte, bien que dans son ouvrage Bosman ait décrit en détail son émergence. (Bosman, 1704 : 75-79).
49 B.N., Paris, Cartes et Plans, Ge D 13786. Sur le côté droit, en bas de la gravure, on lit : A Paris chez l’Auteur sur le Quai de l’Horloge, à l’Aigle d’Or, avec Privilege, Aout 1707. Echoppé sur la planche et est vendu à Amsterdam chez L. Recard prez de la Bourse. Guillaume de l’Isle [1675-1726] était un éminent cartographe, qui eut une grande influence sur la cartographie de son temps. Son œuvre fut surtout imitée et éditée en Hollande. C’est en 1718 qu’il reçut la charge de premier géographe du roi. Le titre de la carte suggère que sa réalisation doit être postérieure à cette date. Voir Tooley (1969 : 68-72).
50 La zone d’opération de l’amiral de Ruyter sur la Côte de l’Or est représentée sur une aquarelle mesurant 53,5 x 94,5 cm, qui se trouve dans l’Atlas Blaeu-van der Hem à Vienne (vol. xxxvi, fo.19), intitulée : De Goutkust Afgeteeckent door Last van den E. Heer Admirael Michiel de Ruyter, in den Jaare 1666, Van Cabo tres Puntes, tot oudt Coromentijn [La Côte de l’Or dessinée sur l’ordre de Monsieur l’Amiral Michiel de Ruyter, en l’an 1666, de Cap trois Points jusqu’à Vieux Cormantin]
51 En Angleterre se succédèrent:plusieurs compagnies à charte qui faisaient le commerce à la côte occidentale d’Afrique : English Guinea Company [1651-1657], East India Company [1657-1660], Company of Royal Adventures into Africa [1660-1672], Royal African Company [1673-1750].
52 Relation du sieur Du Casse (1687-1688) in Paul Roussier (1935 : 19-22).
53 (Jones, 1985 : 1-11), (Van Dantzig, 1980a : 56, 182-188), (Den Heijer, 1997 : 255-260) et Missive datée du 30 mars 1726 de P. Valkenier, Elmina, aux seigneurs X, dans A.N., La Haye, WIC 107, fo. 2v.
54 Carte particulière de la partie principale de La Guinée située entre Issini et Ardra. Par le Sr. d’Anville Geographe Ordre du Roi. Avril 1729, insérée dans J-B Labat ‘Voyage du Chevalier Des Marchais en Guinée, Isles voisines et à Cayenne, fait en 1725, 1726 & 1727’ Paris 1730, tome 2, à côté de la p. 1 [Bibliothèque de l’université de Leide, sign. 1014 B 22]. Une version allemande porte en haut à gauche le titre en latin et, à droite, le titre en français : La Guinée…tirées des morceaux geographiques de Mr. d’Anville, qu’il a inseres au Voyage du Chev. De Marchais, et puis dessinées suivant les loix de nouvelle projection de feu Mr. Prof. Has, par les Heritiers d’Homan 1743. Joh. Mathias Hase (1684-1742) était professeur de mathématiques à Wittenberg. La maison d'édition de Homan était établie à Nuremberg. Une version anglaise intitulée A map of the Gold Coast from Issiny to Alampi, by M. D'Anville 1729, gravée par G. Child avec la note « Advertisement – this map has been somewhat improved & corrected, as well as the names of places accommodated to the English orthography » fut publiée dans Green, J. (éd.), (1745-1747), A general collection of voyages and travels, Londres, vol. 2.
55 Le « Royaume d'Asiante » comprend ici « Bonou », « Vanque » et « Inta » au sud, « Petit Tropassa » et « Tropassa » à l'ouest, « Boutane » et « Insocco » au nord. Tous ces pays se trouvent sur la carte de Propheet ou sur ses copies.
56 « Rif van Ante » sont des écueils situés en mer, en face du Fungo d'aujourd'hui, à l'ouest de Takoradi.
57 Voir Loyer, G. in Roussier, (éd.) (1935 : 111-235).
58 Les Veterez ne se risquaient pas à la pêche en mer.
59 Plan de la rivière d'Isiny, située au dit Royaume à la Coste d'or en Affrique, par Jobet in B.N., Paris, Cartes et Plans, SH Port. 113, Div. 3, Pièce 20 D, 60 x 455, fle ms. rehaussé  de lavis [échelle 1 : 12.000 env].
60 Issini, Assini, Isignay est un nom remarquable dans le contexte africain. Il se peut que les marins normands aient donné le nom d'Isignay, une de leurs villes côtières, à l'endroit où ils rencontrèrent pour la première fois des piroguiers qui abordèrent leurs nefs pour troquer de l'or. Sur la carte intitulée Suite de la Coste de Guinée. Depuis le Cap de Palme Jusqu'au Cap des Trois Pointes, relevée par l'hydrographe de la Marine Nicolas Bellin en 1746, figure sur la « Coste de Quaqua » le toponyme Issini Pequena sur la rive gauche du R. Sueiro d'Acosta tandis qu’un peu plus loin vers l'est, sur la rive droite d'une rivière non nommée, se trouve Issini grande. Sur la même carte on voit, à l'ouest de C. das Palmas, Grand Sestre ou Grand Paris et à l'est de ce cap Petit Sestre ou Petit Paris.
61 Manuscrit Valckenburgh dans KITLV [Koninklijk Instituut voor Taal – Land – en Volkenkunde], Leiden, H 65, fo. 385, daer tot de revier Jonij een weinigh bewesten assine gelegen et, fo. 392, de mont van seeckere revier genaemt Tando, die boven assine op twee plaetsen in zee is vallende…noyt…rechte informatie connen becomen.
62 En août 1658, la WIC avait renouvelé l'acte de vassalité avec les cabocères d'Abripiquem. A.N., La Haye, OWIC 13, 452-454.
63 Voir la carte « Lagunes d'Assinie et d'Appolonie d'après les explorations de J.C. Reichenbach 1887 » dans Bulletin de la Société de Géographie 7/11, 1890. Selon Barbot, le village « Issiny ou Ashny grande » fut saccagé en 1681 par les Noirs du pays [le nom duquel n'est pas mentionné] et en 1682, selon Von der Groeben, les guerriers d'Abeni [Awiane] marchèrent contre « Issene » (Jones, 1985, doc.6, 37, n. 39).
64 AN, La Haye, OWIC 13, ff. 624-628, 628-631.
65 Nieuwe en Naauwkeurige Paskaert van de Guineese Goud, Tand en Slaven kust…te Amsterdam door Johannes van Keulen…1738. Bibliothèque de l'Université de Leide, coll. Bodel Nyenhuis, Port. 182, No. 9. Un détail de cette carte est reproduit dans Baesjou (1988 : 37, carte 8). Pour Johannes van Keulen II et sa maison d'édition de cartes marines et de fabrication d'instruments nautiques, voir Van Keulen et al. (1989 : 36, 63-64).
66 Here we have no territory, no sovereignty or subjects. Major General Turner à Earl Bathurst, Cape Coast Castle, 24 mars 1825, in Metcalfe (1964 : 94).
67 En 1830, Badu Bonsu succéda à son prédécesseur décédé en 1824. AN, La Haye, NBKG 376, n°6; AN, La Haye, Ministère des Colonies, 3963.
68 Voir « Bonds with protected tribes, Cape Coast, 6th March 1844 » et « Agreement called the Poll-Tax Ordinance, 19th April 1852 » in Crooks (1973 : 296-297, 325-328). La capitation d’un shilling par an impose par les Britaniques se révéla bientôt impossible à recouvrer et fut abrogé en 1862 (Crooks, 1973 : 343).
69 Le rapport officiel de ces quatre divisions, qui comprend 191 feuilles, se trouve aux Archives Nationales de La Haye (Ministère des Colonies 956, verbal n°22 du 25 juin 1860). Les ébauches du rapport se trouvent dans AN, La Haye, N.B.K.G. 727. Les cotes des cartes d'Axim, de Butri et de Chama sont respectivement : 4 MIKO 756, 754, 755.
70 L’orthographe « moderne » reproduite ici est celle utilisée sur les cartes du Ghana Survey basées sur des clichés aériens canadiens datant de 1971 : 0402 A1, A2 ; 0403 A2, B1, B2 ; 0502 C4 ; 0503 C3, C4, D3, D4 et 0504 D4.
71 La distance à vol d’oiseau entre Atinkyin (Cap des Trois Pointes) et le confluent de l'Ankobra et de la rivière Bonsa, à la limite de Wassa, est de 54 km (Ghana Survey, feuilles 0403 B2 et 0503 D4). Les inspecteurs mesuraient les distances en minutes et heures de marche en se servant d'une montre.
72 Selon les observations de Welman (1929 : 8), l'usage de la langue« nzima » était courant en 1924 dans le territoire d'Akwada [Acoda], Achinim, Atenken [Atinkyin], Princes et Ajembra [Egyembra].
73 Le courtier [« makelaar »], un cabocère-marchand, était initialement un intermédiaire entre les commerçants de la côte et les négociants européens, mais avec le temps, il s’imposa souvent comme un médiateur entre les autorités européennes et la population d'une région. Voir aussi Van Dantzig (1980b : 35-36, 53).
74 AN, La Haye, OWIC 12, 13 ff; 432-437; AN, La Haye, Etats généraux 12571.38, annexe C. Voir aussi Van Dantzig (1981 : 685-697).
75 La langue Ajamoli ou Jomoro était couramment utilisée dans le district Apatim. Voir Welman (1929 : 8).
76 Les forces [asafo] étaient divisées en ‘quartiers’ comme, par exemple, dans les villes côtières.
77 En 1924, les sièges de Gwira, où on parle la langue gwira, se trouvaient à Bamianko, Banso et Tomento. Voir Welman (1929 : 8).
78 Pieter Woortman était l’employé de la WIC qui avait servi le plus longtemps en Afrique (de 1741 à 1780). Directeur-général à partir de 1767, il décéda à Elmina à l'âge de 81 ans, porté en grande estime par la population côtière et laissant une famille en Hollande et une autre à la côte.
79 Lettre de Reintjes van Veersen datée 18 avril 1854 dans A.N., La Haye, NBKG 548.
80 Voir aussi Van Dantzig, 1972, pp.16-19.
81 En 1924, le village principal était Asemko. Voir Welman (1929 : 9).
82 La population de Mpohor n'était pas satisfaite de cette situation, comme l’indique le journal du fort de Boutry en 1854 : « Le peuple de Pohi s'était rendu il y a quelques mois chez le Grand Courtier d'Incrofor pour se plaindre d'intimidations courantes d'Enimir [roi de Wassa], ainsi que pour venir donner à la manière indigène l'assurance de leur serment de loyauté au gouvernement néerlandais. » AN, La Haye, NBKG 548, journal de Boutry, 26 juillet 1854.
83 L'entreprise s'avéra un échec coûteux : l'investissement s'élevait à 130.000 florins tandis que la vente de l’or ne rapporta pas plus de 43 florins et 14 centimes en tout. Voir AN, La Haye, NBKG 777, Register van de handelingen van de kommissie voor de stelselmatige Goudwassing en Delving; AN, La Haye, NBKG 781, kasboek 1849.
84 L'ancien Amanfor situé sur la rive gauche de la rivière Hwin faisait partie de l'oman de Takoradi.
85 En 1924 Ajua et les autres villages étaient du ressort de l'ohene d'Apowa. Voir Welman (1929 : 9).
86 Le fort « Witsen » à Takoradi fut bâti par la WIC en 1656 pour tenir les Suédois hors de cette région. En 1664, il fut pris par les Anglais puis repris l'année suivante par l'amiral de Ruyter, qui le fit détruire. Voir Van Dantzig (1980b : 51, 54-55). Au cours des années 1670, le fort fut reconstruit, mais il ne fut plus occupé de manière permanente. En 1684, les Néerlandais l'abandonnèrent par crainte d’un assaut des Adoms. Au cours du XVIIIe siècle le fort était souvent négligé parce que la compagnie lui préférait le fort Orange de Sekondi, tout proche. Pendant la campagne du Général Verveer en 1838, le fort Witsen fut pilonné pour la dernière fois.
87 AN, La Haye, NBKG 775, f. 51, accord daté du 8 avril 1855 avec la population d'Abanouyé.
88 Sur quelques anciennes cartes hollandaises, comme les cartes marines éditées par la maison Van Keulen, Saccondee [Sekondi] est parfois indiquée comme Kaekonde.
89 En 1856, les frères néerlandais Stoové, dont l'un était établi à Axim et l'autre à Shama, possédaient 22 factoreries le long de la côte, dont neuf situées en territoire « anglais ». AN, La Haye, NBKG 979, f. 117.
90 Gramberg a travaillé au cours des années 1850 comme médecin et planteur sur la Côte de l'Or. Son livre contient de belles lithographies coloriées, dont un portrait d'Enimir, le roi du Wassa oriental, et une vue de sa résidence à Amantin.
91 Ces informations peuvent être comparées avec Henige (1975 : 29-45).
92  Un gallon anglais contient 4,55 litres.
93 Pour un aperçu de la contribution africaine à la cartographie moderne, voir Basset, 1998.
94 Jusqu’au XIXe siècle, on fit des déductions hasardeuses sur le cours des rivières. Voir par exemple la critique mordante de Gramberg en 1861 sur le rapport et la carte de la rivière Pra relevée par le colonel-ingénieur Starrenburg en 1816 (Gramberg, 1861 : 182-185).
Haut de page

Table des illustrations

URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Carte 1 : détail de la carte Guineae Nova Descriptio, préparée par Jodocus Hondius pour l’atlas de Mercator (dont il sera question plus loin)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 2 : détail de la carte manuscrite De Goudkust in Guinea par J. Elandts [A.N., La Haye, 4 VEL 149]
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 3 : détail de la « carte particulière de la partie principale de la Guinée par le Sr d’Anville, 1729 »
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 4 : détail de la « Nieuwe en Naauwkeurige Pas kaert van de Guineese Goud, Tand en Slave Kust » éditée par J. Van Keulen en 1738 (Bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, coll. Bodel Nÿenhuis, P182 N9.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 5 : Apatim et Jura, détail de la « Figurative Kaart der Afdeeling Axim » par J. Vitringa de Coulon, 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 756]
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 6 :  « Kaart van de Afdeeling Boutry », 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 754]
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 7 : carte du district de Shama par D. W. Scheffelaar, 1859 [A.N., La Haye, 4 MIKO 755]
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/125/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Baesjou, « Historiae Oculus Geographia », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 28 septembre 2006, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/125

Haut de page

Auteur

René Baesjou

Centre d’Etudes Africaines, Institut pour l’Histoire de l’Expansion Européenne, Université de Leyde, Pays-Bas.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page