Navigation – Plan du site
Archéologie et sources

Vu, Dit ou Déduit1 ?

L’étude des relations de voyage en Guinée
Gérard Chouin
p. 97

Résumés

Depuis les années 1980, les récits de voyage dans le Golfe de Guinée à l’époque moderne, particulièrement ceux ayant trait à la Côte de l’Or, dans l’actuel Ghana, ont fait l’objet d’études détaillées qui ont permis de mieux cerner le contexte de leur écriture et de les utiliser comme source d’histoire. Cet article revient sur ce mouvement historiographique et sur ses contributions critiques les plus marquantes : comparaison systématique entre récits, déconstruction, étude des plagiats, analyse du contexte d’écriture. L’auteur suggère cependant qu’il est possible d’aller plus avant dans l’analyse en s’interrogeant sur la nature linguistique de ces récits à la croisée des chemins entre l’écrit et l’oral.

Haut de page

Texte intégral

Puisqu'il n'existe pas de mots qui ne soient à personne.
(Bakhtin 1979 in Todorov 1981 : 83)

Le discours, c'est-à-dire le langage dans sa totalité concrète et vivante.
(Bakhtin 1963 in Todorov 1981 : 44)

1Les relations de voyage sont largement utilisées comme sources pour penser l’histoire de sociétés qui n’ont laissé aucun ou un nombre limité de textes écrits. Sur la Côte de Guinée, et plus particulièrement sur l’ancienne Côte de l’Or2, une partie non négligeable des documents qui alimentent la recherche historique sur les périodes précédant le XIXe siècle, ont été produits par des voyageurs européens, en plus d’autres écrits à caractère strictement administratif ou commercial. Avant de s’improviser hommes de lettres, la plupart d’entre eux avaient été marchands, artisans, pasteurs ou quelquefois simples soldats, en poste pour plusieurs années dans l’un des nombreux forts et loges érigés sur le littoral pour protéger et promouvoir le commerce des compagnies à charte européennes. Des professionnels de la mer ou des marchands au long cours se trouvaient également parmi les auteurs, bien qu’ils n’aient généralement guère passé plus de quelques semaines d'affilée sur les côtes africaines, cabotant d’un point de traite à un autre, à bord de vaisseaux de guerre ou de commerce. Enfin, s’adonnèrent aussi à ce genre des écrivains professionnels qui n’avaient jamais fait le voyage de Guinée, mais avaient compilé ou synthétisé des données provenant non seulement d’autres ouvrages, de documents d’archives et de manuscrits inédits, mais également de propos recueillis de la bouche même d’officiers et autres gens de marine et de commerce3. Ces documents présentent donc, tant par leur forme que par leur contenu, une extraordinaire diversité qu’historiens et archéologues des périodes historiques se doivent d’élucider afin d’en faire un matériau précieux pour la reconstitution du passé.

2Dans la première partie de cette étude, consacrée plus particulièrement au genre spécifique des relations de voyage à la Côte de l’Or au XVIIe siècle, je rappelle l’historiographie récente de la critique de ces sources. Tout en reconnaissant l’intérêt des innovations méthodologiques adoptées au cours des vingt dernières années, je montre qu’il reste à identifier et à explorer dans ces textes des éléments heuristiques essentiels. Je propose alors, dans la seconde partie, de réexaminer ces relations de voyage en adoptant la double perspective de la méthode historique et de l’anthropologie linguistique, pour finalement introduire une approche centrée sur une analyse bakhtinienne du discours.

Les relations de voyage comme sources d’histoire : les années 1980-1990

3On peut être surpris de constater que les principaux problèmes méthodologiques soulevés par l’utilisation des relations de voyage comme sources primaires ont été largement ignorés par les historiens de l’Afrique avant le début des années 1980, quand il devint clair que ces textes ne pouvaient plus être exploités sans être préalablement soumis à un examen critique approfondi4. Ce mouvement fut initié par une poignée d’historiens africanistes qui furent à l’origine d’un réexamen critique quasi systématique des sources écrites d’origine européenne. Colloques, articles et livres s'ensuivirent, centrés sur ce qui paraissait être essentiellement un problème de méthode. Les relations de voyages étaient désormais reconnues non plus comme des vignettes illustrant le passé, mais comme des entités disposant d’une profondeur et d’une amplitude historique à déconstruire et à contextualiser. Pourtant, au-delà de l’horizon méthodologique, au-delà de la déconstruction mécanique des écrits, ces nouvelles questions me paraissent également devoir induire une réflexion d’ordre théorique sur la nature textuelle et l’historicité des relations de voyage.

4Afin de mieux replacer cet essai dans son contexte, je voudrais tout d’abord rappeler les principales étapes historiographiques de ce mouvement épistémologique né d’une réaction contre l’utilisation abusive des sources européennes de l’histoire africaine5. Depuis les années 1980, le petit groupe d’historiens africanistes6 qui s’est attelé à l’évaluation critique de ces sources a semble-t-il été en mesure de constituer un solide réseau de chercheurs et d’institutions prêtes à publier leurs travaux7. Aux Etats-Unis, un représentant de ce groupe est en charge d'un journal annuel spécialisé et internationalement prisé, History in Africa, ainsi que de la série de publications universitaires produites par l’African Studies Program de l’Université de Wisconsin-Madison8. En Grande-Bretagne, jusqu’à récemment, deux autres historiens appartenant au même mouvement étaient membres du prestigieux comité britannique des Fontes Historiae Africanae, et contribuaient activement, dans ce cadre, à la publication de sources de l’histoire de l’Afrique sub-saharienne9. Ailleurs en Europe, il faut noter d’autres ressources en matière de publication, associées ou même directement gérées par des centres de recherche africanistes au sein de grandes universités. On peut ainsi citer le journal allemand Paideuma et la collection Studien zur Kulturkunde, publiée par Franz Steiner et liée à l’Institut Frobenius de l’Université de Johann Wolfgang Goethe (Frankfurt am Main), dans lesquels sont parues, entre 1983 et 1990, d’importantes contributions au domaine qui nous intéresse10. Enfin, d’autres travaux ont encore été publiés grâce au soutien d'associations africanistes, telles que l’ASA (African Studies Association) ou, en France, la Société des Africanistes11.

5Au total, un bon nombre d’ouvrages sont sortis des presses américaines et européennes, que je propose d’organiser, malgré quelques inévitables chevauchements, en quatres catégories principales : les travaux historiographiques, les études méthodologiques, les éditions annotées de relations de voyage et les monographies historiques fondées sur la réévaluation des sources européennes.

Historiographie des relations de voyage en Guinée au XVIIe siècle

6Dans cette première catégorie, l’ouvrage le plus remarquable est sans doute le Guide to Original Sources par J. D. Fage. Il s’agit d’une liste où sont classées, par ordre chronologique, les « sources originales publiées qui décrivent des sociétés précoloniales d’Afrique de l’Ouest » (Fage 1987 : vi, ma traduction). Cet ouvrage fut publié en 198712 et, la même année, paraissait aussi le recensement critique des éditions et quasi-éditions des sources européennes antérieures à 1885 préparé par Adam Jones (Jones, 1987). Ces deux travaux fournissent aux historiens une solide base de données sur les relations de voyage anciennes, et sur les réimpressions et éditions contemporaines. Une autre étape importante fut la parution de l’ouvrage de Karine Delaunay (1994), Voyages à la Côte de l'Or, qui porte la réflexion sur les contextes de création (incluant des éléments biographiques sur les auteurs) et de publication des relations de voyage à la Côte des Quaquas et à la Côte de l’Or entre les années 1550 et 1750. En dehors de ces travaux, des articles qui analysent plus spécifiquement des auteurs ou des genres particuliers viennent enrichir cette catégorie13.

Approche méthodologique

7La publication des actes du colloque sur les sources européennes de l'histoire de l’Afrique sub-saharienne avant 1900 - « the first to deal with this topic at all » (Heintze et Jones, 1987 : 14) –, organisé en juillet 1986 en Allemagne, à Bad Homburg, près de Frankfurt am Main, marqua une étape importante vers la définition d’une approche méthodologique renouvelée des sources européennes en général et des relations de voyage en particulier. L’urgente nécessité de publier des éditions de grande qualité des sources européennes et la démarche méthodologique à mettre en place pour atteindre cet objectif furent au coeur des interventions et des débats. Au terme du colloque, la plupart des participants reconnaissaient qu’en dépit des pièges qu’elles tendaient, les traductions de sources majeures devaient être multipliées , « together with an editorial apparatus » (Heintze et Jones, 1987 : 5). A propos de cet indispensable appareil critique, un compromis fut trouvé entre maximalistes et minimalistes : l’appareil critique idéal ne devrait pas refléter les éventuelles interprétations spéculatives de l’éditeur, mais mettre davantage l’accent sur d’autres fonctions, tel que l’établissement de comparaisons avec d’autres sources incluant des renvois à d’autres documents susceptibles de compléter ou de permettre l'interprétation des sujets particuliers (Heintze et Jones, 1987 : 6)14.

8D’autres discussions portèrent plus spécifiquement sur la manière de comparer différents documents et sur la nature de ces sources (primaires ou secondaires, plagiats ou sources originales, narratives ou non…) (Heintze et Jones, 1987 : 6-7). De façon particulièrement significative au regard du présent essai, on souleva également la question de la définition des concepts d’externalité et d’internalité (regard eurocentré versus regard afrocentré), lors d’un débat sur l’importance de l’oralité dans ces écrits (Heintze et Jones, 1987 : 7). A l’origine de cette discussion se trouvait la distinction faite par l’un des participants entre, d’une part, les sources internes regroupant diverses formes de traditions orales et d’éléments archéologiques et, d’autre part, les sources externes incluant  les différents types d’écrits européens (Becker, 1987 : 148-150). Les membres du colloque notèrent qu’une telle distinction ne pouvait être établie aussi aisément, car des Africains et, plus généralement, toute une gamme d’intermédiaires culturels avaient servi d’informateurs aux auteurs européens (Heintze et Jones, 1987 : 7). Les organisateurs du colloque en venaient donc à la conclusion suivante :

9« A great deal of the material we have about precolonial African societies probably originated from information given by Europeanised Africans or Africanised Europeans ; and this grey zone makes it almost impossible to distinguish neatly between external and internal sources or between data deriving from a literate environment and from an oral one » (Heintze et Jones, 1987 : 7).

10Rien ne fut cependant tenter pour explorer plus avant la fascinante ‘zone grise’ ainsi délimitée.

11Aux actes du colloque de 1986 s’ajoutent les trois contributions méthodologiques d'Adam Jones, dans lesquels il réexamine de façon convaincante les problèmes de méthode identifiés à Bad-Homburg, et soulève de nouvelles questions relatives à la dimension idéologique de ces récits et à leur importance pour la reconstitution de la culture matérielle des sociétés qu'ils décrivent (Jones, 1987, 1990, 1994). De manière significative, si Quellenproblematik (1990) comprend un chapitre sur le matériel linguistique qui se trouve inclus dans les écrits de voyage, Adam Jones n'y traite cependant pas de la dimension orale de ces sources. Le rôle joué par les informateurs est bien reconnu dans l’ouvrage, mais l’oralité en elle-même y fait figure de continent perdu. Le passage d’une forme orale du discours à une forme écrite y est perçue comme ayant provoqué, dans la plupart des cas, une déformation irréversible des mots et donc du sens15.

Edition scientifique des relations de voyage

12Ces nouvelles perspectives méthodologiques ont abouti à un effort concerté pour éditer ou rééditer des relations de voyage et des documents d’archive, accompagnés d’un puissant appareil critique, même si l'on doit regretter que ces textes, livrés la plupart du temps dans une traduction anglaise, soient trop rarement accompagnés du texte dans sa forme linguistique originale. Cet effort donna donc naissance à ce qui me semble être un nouveau genre historiographique. Son premier représentant, qui donna le ton à d’autres travaux de même nature, fut sans doute la publication par Adam Jones en 1983 d’une édition critique de plusieurs relations de voyage traduites de l'allemand16. L’édition de relations de voyage, tâche complexe s'il en est, se mua en une entreprise souvent collective, ce qui ne manqua pas de revigorer et de renforcer les relations intellectuelles à longue distance entre historiens. L’un des fruits les plus remarquables d’une telle collaboration de ce genre fut la publication, en 1992, d'un ouvrage en deux volumes consacré aux écrits de Jean Barbot sur le Golfe de Guinée, même si, là encore, on ne peut que regretter l’absence d’une transcription française des manuscripts originaux17.

Vingt ans après : ébauches de voies nouvelles

13Cette approche des sources européennes, née dans les années 1980, a permis l'émergence d’une nouvelle manière de percevoir les écrits de voyage européens des périodes moderne et contemporaine. L’un des résultats les plus convaincants des efforts méthodologiques déployés à cette occasion demeure la « décompilation » des relations de voyage, qui permet à l’historien de distinguer entre les informations originales et celles résultant d’une chaîne d’emprunts parfois fort longue et complexe. Egalement essentiel fut l’établissement, au sein de l’appareil critique, de liens synchroniques et diachroniques entre les différentes sources. Enfin, ces textes ont aussi été largement replacés dans leur contexte : des recherches intensives sur les détails de la biographie des auteurs, leur identité sociale, les conditions de leurs voyages et de leurs différents séjours en Afrique, mais aussi sur les mécanismes éditoriaux et la nature du public visé par les éditeurs, ont contribué à une meilleure utilisation de ces textes comme sources de l’histoire africaine.

14D’autres outils, tels que celui présenté par Adam Jones dans cet ouvrage, ont été développés pour faciliter l’accès et l’utilisation de ces sources par un plus grand nombre des chercheurs d’autres disciplines, comme les archéologues, dont certains ne sont pas familiers avec les principes de la critique historique (Jones, 2005). Ces outils prennent souvent la forme de listes, d’index et de documents dotés d’un appareil critique très détaillé18. Leur aspect intrigue souvent le non spécialiste et rebute les éditeurs. Ils sont cependant, à mon sens, des innovations épistémologiques spectaculaires qui permettent à un public scientifique plus large d’accéder, dans un format pratique, à des connaissances précises sur les matériaux même de leur recherche.

15La question devenue aujourd’hui récurrente est de savoir s’il existe ou non un niveau heuristique plus profond qui ne puisse être exploité au moyen des méthodes existantes. A bien reparcourir l’historiographie de la critique des sources de ces vingt dernières années, il semble évident que l’appareil méthodologique et le processus d’édition critique ont évolué de manière empirique, sans réelle interrogation théorique sur la nature même des relations de voyage. En tout premier lieu, il me semble que ces sources n’ont jamais été considérées pour ce qu’elles sont véritablement en terme de language : des textes et, derrière ces textes, des discours. Une réévaluation de la portée historique des relations de voyage par l’examen de leur nature linguistique invite à la découverte de l’intrigante zone grise mentionnée par Heintze et Jones à propos du contact, dans ces sources, entre le domaine de l’oralité et celui de l’écrit19.

16Depuis 1992, quand j'esquissais mes premiers pas dans l’univers des relations de voyage, je réfléchis à l’intérêt d’une exploration archéologique de ces textes, avec à l’esprit la volonté de démontrer qu’il est parfois possible de retrouver le processus qui a conduit les auteurs à insérer une information dans la relation de leurs voyages. Par manque d’un cadre théorique satisfaisant, l’idée demeura cependant longtemps ancrée dans le sens commun. C’est dans la tradition littéraire russe, une tradition où se rencontrent la critique littéraire, la linguistique, l’anthropologie et la philosophie, que j’ai trouvé la réponse paradigmatique la plus convaincante à cette quête archéologique : le principe dialogique developpé par Mikhail Mikhailovich Bakhtin et son cercle20.

La structure interne du discours : la transposition du modèle de Bakhtin aux sources historiques

La théorie de l’énonciation

17Pour Bakhtin, un texte est tout d’abord un discours et c'est l'organisation interne de ce dernier qui forme l'objet principal de sa théorie. Le discours est à la fois la somme et le résultat global des énoncés, lesquels sont le produit des interactions entre des individus engagés dans une série de dialogues : « Aucun énoncé en général ne peut être attribué au seul locuteur : il est le produit de l'interaction des interlocuteurs et, plus largement, le produit de toute cette situation sociale complexe, dans laquelle il a surgi » (Voloshinov, 1927, cité et traduit in Todorov, 1981 : 50). Cette théorie de l’énonciation se révèle être un outil très puissant d’analyse sociale des textes. Elle ne considère pas le concept de dialogue simplement en terme d’interactions entre personnes, mais prend également en compte les valeurs sociales et les réalités qu’elles représentent. Le discours, et donc le texte, peut donc être perçu comme un tissu social constitué des fils dialogiques liant les êtres humains : « On peut comparer chaque élément de l'œuvre à un fil tendu entre les hommes. L'œuvre dans son entier est l'ensemble de ces fils, qui crée une interaction sociale, complexe et différenciée, entre les personnes qui sont en contact avec lui » (Medvedev, 1928, cité et traduit in Todorov, 1981 : 65). Pour Bakhtin, tout énoncé fait partie d’un dialogue et se trouve caractérisé par sa forme – la clause – et le contexte dans lequel il a été produit – le contexte d’énonciation (Todorov, 1981 : 68). Si la clause appartient au domaine de la linguistique ou de la grammaire, le contexte d’énonciation, lui, est structurellement matière à penser pour l’historien.

18Le modèle proposé par Bakhtin peut facilement être transposé au cas qui nous intéresse. En effet, une relation de voyage est un amalgame d’informations de toutes natures et de toutes origines. Ces informations sont assimilables aux énoncés de Bakhtin, puisqu’elles ont été rassemblées au cours de multiples interactions entre le voyageur et ses informateurs européens et africains. De telles données peuvent donc être définies comme résultant de multiples dialogues entre individus et au-delà, entre différentes entités sociales et culturelles. Si le voyageur se base uniquement sur ses observations directes et sur un raisonnement de type déductif pour décrire une situation ou un événement, cette description peut également être considérée comme le résultat d’un dialogue, mais un dialogue intérieur au cours duquel l’auteur tente de produire du sens à partir d’une situation ou d’un objet inconnu, en s’appuyant sur l’expérience humaine qu’il a accumulé et sur les valeurs qui modèlent son identité sociale21. A l’instar d'un énoncé, chaque information est caractérisée par sa forme grammaticale et par le contexte de sa production. J’appellerai micro-contexte, le contexte associé à une information précise, par opposition au macro-contexte, défini par les conditions dans lesquelles la relation de voyage, prise globalement, a été produite. Le micro-contexte peut inclure, entre autres éléments, le lieu où et le moment auquel l’information a été recueillie, le sexe et plus généralement l’identité de l’informateur, la nature des relations liant ce dernier au voyageur, et le sentiment personnel et relatif de l’auteur sur la qualité de l’information22. Quand on se représente ces documents comme un patchwork de données issues de micro-contextes différents, on en pénètre la structure intime, et au-dessous de la surface littéraire ordonnée, unie et polie, on observe le discours en création, au coeur de l’atelier du langage. Fouiller la dimension orale des textes écrits, c’est renverser la perspective conventionnelle et ouvrir la voie à de nouvelles questions et perspectives.

Le concept d’unités informatives

19Une fois définies nos unités théoriques – les informations ou énoncés – il nous faut les identifier physiquement dans les relations de voyage. J’appelerai unités informatives les éléments textuels qui représentent ces unités théoriques dans les textes. Deux principaux critères définis par Bakhtin peuvent nous aider à les caractériser. Premièrement, une unité informative représente une unité de communication stable entre des interlocuteurs définis. Si les interlocuteurs changent, l’unité informative change également : « Les limites de chaque énoncé concret en tant qu'unité de la communication verbale sont déterminées par le changement des sujets du discours, c'est-à-dire des locuteurs » (Bakhtin, 1979 cité et traduit in Todorov, 1981 : 84). Ensuite, si l’on s’en tient au sens, chaque unité doit fournir la réponse à une question spécifique : « J'appelle sens les réponses aux questions. Ce qui ne répond à aucune question est dépourvu de sens pour nous. […]. Le sens répond toujours à certaines questions » (Bakhtin, 1979, cité et traduit in Todorov, 1981 : 85). En bref, nos unités doivent d’être homogènes en termes d’identité des locuteurs engagés dans le dialogue et structurées autour d’une information centrale. Ceci implique que les unités informatives doivent être grammaticalement complètes et indépendantes. D’un point de vue méthodologique, le processus d’identification de ces unités informatives nécessite la déconstruction du texte, le démantèlement systématique des structures narratives23.

Les unités informatives comme unités de sens

20L’étude interne de ces unités informatives permet au chercheur d’accéder potentiellement au plus près de la situation dialogique réelle, lors de laquelle l’auteur a collecté ses informations. Une opportunité nous est alors offerte de proposer une interprétation du micro-contexte associé à la collecte de chacune des informations rassemblées dans la relation de voyage. Considérons, par exemple, l’une de ces unités informatives extraite de la relation de voyage de Villault de Bellefonds sur la Côte de l’Or publiée en 1669 : « Je demanday à un de quelle couleur estoit leur Dieu, il me répondit, noir »24. Dans cette unité informative, rendue quelque peu exceptionnelle par sa structure grammaticale proprement dialogique, l’information centrale concerne l’opinion des Africains quant à la couleur de Dieu. A partir de cette phrase, il est possible de reconstituer la question posée par Villault de Bellefonds à un informateur africain anonyme : « Quelle est la couleur de votre Dieu ? »

21L’étude de la nature du questionnement et donc des priorités cognitives des interlocuteurs Européens et Africains est l’une des perspectives offerte par cette approche. La direction prise par le flux communicatif pourrait également être pris en compte et l’on pourrait tenter d’isoler les principes idéologiques qui sous-tendaient la circulation des paroles, des ordres et des questions. Des travaux d’anthropologie linguistique consacrés à la relation entre langage et pouvoir en situation coloniale, ont d’ores et déjà montré que le schéma circulatoire de la communication évolue en même temps que le positionnement idéologique relatif des interlocuteurs (voir notamment Fabian (1986 : 13-33). De même, cette démarche introspective pourrait nous permettre d’interpréter le micro-contexte culturel dans lequel l’information a été recueillie par le voyageur et le processus cognitif qui aboutit à cet événement.

22Par interprétation du micro-contexte culturel, j’entends qu’il convient à la fois de reconnaître la multiplicité des interlocuteurs et donc la pluralité et l’hétérogénéité des voix représentées dans la relation de voyage – ce que Bakhtin appelle hétérophonie25 – et de procéder à l’identification de ces voix. En effet, s’il est rare que l’on puisse identifier les individus derrière les voix, on peut souvent faire la différence entre des catégories, plus ou moins larges et distinctes : voix européennes ou africaines, hollandaises ou britanniques, de la Côte de l’Or ou de la Sénégambie, voix d’hommes ou de femmes, de rois ou de marchands.

23Par interprétation du processus cognitif, j’entends qu'il faut chercher à se représenter la situation dialogique dans laquelle une information a été recueillie. Ici, je propose de distinguer trois processus ou chaînes (Hymes, 1972 : 62-63) :

241) interaction directe ou indirecte entre des personnes  (l’information a été dite à l’auteur par un informateur qui la tient peut-être lui-même de quelqu’un d’autre) ;

252) observation directe (l’information a été vue par l’auteur) ;

263) la déduction (l’information a été déduite à partir d’une observation directe ou d’une information orale)26.

27Au sein d’un même paragraphe, les unités informatives peuvent avoir été produites dans des situations radicalement différentes puis artificiellement réorganisées par l’auteur ou par tout autre personne intervenue lors du processus de publication du texte. En effet, l’écriture, cet état domestiqué – si je puis emprunter ce mot à Jack Goody – du langage, obéit à une logique qui lui est propre et offre à celui qui la maîtrise la possibilité de réorganiser, associer ou recomposer les éléments linguistiques et pragmatiques de diverses manières (Goody, 1977, 1987). Au cours du processus narratif sont à l’oeuvre à la fois des forces déconstructives et recombinatives. Faire d’une relation de voyage une source d’histoire consiste donc à réduire un produit littéraire en une série d’unités informatives – véritables particules fondamentales du texte – aussi proches que possible de l’événement qui leur a donné naissance.

Le principe d’intertextualité

28Au-delà de leur sens intrinsèque, les unités informatives existent aussi par leurs interactions au sein du texte. Là encore, le cadre théorique proposé par Bakhtin se révèle fonctionnel. En effet, il suggère que le concept de dialogue n’est pas seulement opérationnel au niveau d’un énoncé particulier, mais permet également de comprendre comment s’opère l’articulation entre différents énoncés juxtaposés, particulièrement dans l’écrit : « deux œuvres verbales, deux énoncés, juxtaposés l'un à l'autre, entrent dans une espèce particulière de relations sémantiques, que nous appelons dialogiques » (Bakhtin, 1979, cité et traduit in Todorov, 1981 : 95-96). C’est là une définition du principe d’intertextualité qui implique, dans le cas des relations de voyage, que chaque unité informative engage un dialogue avec celles qui l’environnent, et que cette relation dialogique est telle que chaque unité précise les autres en apportant, pour reprendre un mot de Bakhtin, « un éclairage réciproque » (Bakhtin, 1979, cité et traduit in Todorov, 1981 : 97). Lors de l’examen pragmatique des relations de voyage, il est donc essentiel de ne pas se limiter à l’étude de la valeur historique intrinsèque des unités informatives, mais de considérer également les principes interactifs qui les lient à d’autres. Pour illustrer le principe d’intertextualité, je propose d’examiner un extrait d’une relation de voyage écrite par le marchand flamand Pieter de Marees en 1602, à propos du village d’Akitekyi, le principal port du royaume d’Eguafo :

29 « Celle-ci aussi est une bonne place pour commercer, et les navires qui arrivent y font souvent leurs premières ventes, parce que c’est un village où vivent beaucoup de gens du commun; mais ils n’ont pas beaucoup de pouvoir. Les marchands d’Anta viennent au marché et font leurs affaires ici lorsqu’il n’y a pas de vaisseau dans leur port. Les gens d’Edom, de Wassa, de Comando et d’autres Etats viennent dans ce port pour y acheter leurs marchandises. Ici se vendent beaucoup de Madrigettes de Venise et de perles, car les gens du commun s’occupent à les polir et à se les vendre les uns aux autres. De petits bassins de cuivre, des tissus bleus rupijnsche, et des lins de grande taille se vendent également très bien ici, parce que beaucoup de paysans qui ont besoin et utilisent de telles choses chaque jour vivent dans cette région.

30Les marchandises ne se vendent pas ici en grandes quantités et pour de gros montants, mais en petits lots; et comme un grand nombre de ces petits lots sont vendus, c’est la place la pire de la côte pour donner des Dachios, parce qu’ils viennent en grand nombre acheter seulement quelques marchandises et articles. Et comme ils ont généralement fondu leur monnaie ou or et l’on coupe en petits morceaux, il y a beaucoup de fraude, parce qu’ils le dénaturent en le mélangeant à des copeaux de cuivre jaune. Ils apportent donc souvent du cuivre à la place de l’or, et concernant ces deux aspects, c’est le pire endroit de toute la côte » (De Marees, 1987 : 80).

31Dans ce passage, on constate une opposition frappante entre le premier et le second paragraphe, entre l’unité informative où l’on apprend qu’Akitekyi est une bonne place pour commercer, et celle qui suggère, au contraire, qu’il s’agit là du pire endroit pour la traite. Pour comprendre cette contradiction, je propose d’analyser chacune des unités informatives de ce passage. On obtient le tableau suivant :

Unité informative Partie I

Information centrale

Unité informative Partie II

Information centrale

1

Akitekyi est un bon endroit pour faire la traite et les vaisseaux hollandais commencent là leur commerce.

1

Les marchandises se vendent en petites quantités et pour de petits montants.

2

Beaucoup de gens du peuple vivent là.

2

Des Dachios (cadeaux) sont distribués en trop grand nombre, car chaque acheteur Africain achète peu de marchandises.

3

Ils n’ont pas beaucoup de pouvoir.

3

Les natifs mélangent leur or avec du cuivre.

4

Des marchands venus de plusieurs autres états y viennent pour commercer.

4

2 et 3 suggèrent que c’est la plus mauvaise place de la côte.

5

De nombreuses perles y sont achetées par les Africains pour être transformées et revendues.

6

Un grand nombre de petits bassins en cuivre et d’autres marchandises y sont vendus, car ils sont utilisés dans la vie quotidienne.

32Pour commencer, on observe des relations intertextuelles entre les différentes unités informatives au sein de chaque partie. Ainsi, dans la première partie, les unités 2, 3, 4, 5 et 6 tendent à expliquer 1 et vice versa. Il est à noter que les informations centrales juxtaposées y sont d’une nature assez différente de celles de la seconde partie. En effet, dans la première partie, se trouvent principalement des informations sur les Africains que l’on rencontrait à Akitekyi. Nous savons ainsi que certains venaient d’Etats voisins, que l’endroit était bien peuplé et qu’on s’y consacrait à l’agriculture, à la retouche des perles et au commerce. Dans la seconde partie, les informations concernent uniquement les conditions du commerce, telles qu’elles pouvaient être perçues par un commerçant européen : des dépenses trop élevées par rapport à la qualité de l’or acheté. Il y a donc une dichotomie dans le passage entre deux perspectives, l’une africaine, l’autre européenne, et cette confrontation des points de vue débouche sur des opinions contrastées sur l’intérêt d’Akitekyi comme point de traite. L’origine de cette dichotomie est certainement à chercher dans la manière dont les informations ont été réunies par De Marees. La contradiction n’est donc pas à imputer à un défaut d’observation du voyageur, mais correspond plutôt à la juxtaposition d’au moins deux voix différentes et discordantes. Traitant brièvement de cette contradiction dans une précédente étude, j’avais émis l’hypothèse que la première partie était un écho des conversations de De Marees avec un ou plusieurs informateurs africains, tandis que la seconde partie reflétait son expérience pratique de marchand sur les côtes africaines (Chouin, 1998 : 27-28 and n. 20). L’analyse qui précède tend à confirmer une telle hypothèse, mais il est possible d'aller plus loin et de suggérer que, dans la première partie, les unités informatives 1, 2, 3 et 6 ont pu être influencées par les propos d'autres Hollandais plus expérimentés, tandis que les unités 4 et 5 ont pu être recueillies auprès d’informateurs africains. En effet, nous savons par ailleurs que De Marees se rendit à terre, se promena aux alentours du village et rencontra des notables africains d’Akitekyi (de Marees, 1987 :91-92) et (Chouin, 1998b :187-188). Il eut probablement des occasions de faire des observations directes et de poser des questions. Le contenu de la seconde partie pourrait, quant à elle, résulter de ses propres observations professionnelles.

33Cet exemple illustre l’intérêt qu’offre l’étude des articulations de la structure informative du discours. Pour mieux comprendre les relations de voyage, je propose donc l’adoption d’une approche à la fois intertextuelle et centrée sur la valeur historique intrinsèque des éléments d’information qui constituent le discours.

Conclusion

34Les relations de voyage sont d’abord une suite d’énoncés. Dans ce chapitre, j’ai proposé d’explorer la nature de ces documents à la lumière de la théorie bakhtinienne de l’énonciation et de l’intertextualité, et de poser les fondations d’une méthode d’analyse basée sur un questionnement nouveau. Mon objectif est de montrer qu’il est possible d’aller au-delà de la méthodologie développée dans les années 1980 et 1990 par un petit groupe d’historiens africanistes. Pour novatrice et opérationnelle qu'elle fût, cette approche ne prenait pas en compte la dimension linguistique sous-jacente et, plus particulièrement, la structure discursive des relations de voyage. Ces textes étaient alors perçus comme des entités matérielles à démanteler et non comme objet à replacer dans un champ d’analyse plus théorique.

35L’approche de Bakhtin nous permet de mieux appréhender la relation de voyage comme étant le produit d’un réseau complexe d’interactions dialogiques. Derrière l’écrit se cache le discours et au coeur du discours, on pourrait presque entendre les voix derrière les énoncés. Ils sont les échos fossiles de paroles et de processus interculturels du passé. Ils forment l’essence historique de ces textes et ont fort à dire non seulement sur le voyageur et sa culture, mais aussi sur les informateurs et les aspects les plus divers des sociétés rencontrées27.

36L’exploration est cependant loin d’être achevée et, pour conclure, je souhaiterais introduire un dernier concept bakhtinien : le principe d’hétéroglossie ou la diversité du language. Sur la Côte de Guinée au XVIIe siècle, par exemple, la communication se heurta à des obstacles propres à toutes situations interculturelles: la diversité des langues et des manières de parler. Quelles pouvaient être les règles et les principes des communautés de language ? Comment s’effectuait le choix des langues utilisées lors de rencontres officielles, professionnelles ou intimes entre Européens et Africains, mais aussi entre groupes sociaux, religieux ou à caractère économiques dont bon nombre transcendaient la barrière de couleur, entre hommes et femmes, entre Européens tropicalisés et nouveaux venus…28. De telles différences furent-elles enregistrées, de façon directe ou indirecte, par les voyageurs ? Si oui, qu’indexaient-elles ? Les problèmes soulevés par les questions d’hétéroglossie sont particulièrement importants pour appréhender ce qui apparaît souvent comme un obstacle majeur à l’utilisation de ces textes comme sources d’histoire : la distortion régulière – ou peut-être systématique – entre l’idée initiale de l’informateur africain ou européen et le produit final tel qu’on le lit dans la relation du voyageur. L’attitude de Bakhtin/Voloshinov devant la perspective d’une telle distortion cognitive est radicalement optimiste : « L'énoncé se construit entre deux personnes socialement organisées […]. Le discours est orienté vers l'interlocuteur, orienté vers ce qu'est cet interlocuteur » (Voloshinov, 1929, in Todorov 1981 : 70). Pour Bakhtin, autrement dit, le discours produit infailliblement du sens, quelles que soient les différences entre les interlocuteurs. J’aime à penser qu’il a vu juste.

Haut de page

Bibliographie

BAKHTIN, M., 1963, Problemy poétiki Dostoevskogo (Problèmes de poétique chez Dostoievski' s), Moscow [Extraits traduits in Todorov 1981].

—, 1979, Estetika slovesnogo tvorchestva (Esthétique de la creation verbale), Moscow [Extraits traduits in Todorov 1981].

—, 1981, « Discourse in the Novel » in The dialogic imagination : four essays, Austin, University of Texas Press, 258-422.

BECKER, C., 1987, « Réflexions sur les sources de l'histoire de la Sénégambie » in B. Heintze & A. Jones (éds), European Sources for Sub-Saharan Africa before 1900 : Use and Abuse, Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 33, 147-165.

CHOUIN, G., 1996, Ecrits d'entre-deux mondes. Un index analytique des sources manuscrites de l'histoire des états de la Côte de l'Or (Côte d'Ivoire, Ghana) dans les fonds de la Bibliothèque Nationale et des Archives Nationales de France (1634-1710), African Studies Program (University of Wisconsin - Madison) & Institut Français de Recherche en Afrique (IFRA - Ibadan).

—, 1996, « Review of Voyages en Afrique Noire d’Alvise Ca’ da Mosto (1455 & 1456), translated and presented by F. Verrier, Paris, 1994, Editions Chandeigne & Editions Unesco », The Journal of African History 37(3), 517-518.

—, 1998, Eguafo, un royaume africain au ‘coeur françois’, 1637-1687. Mutations socio-économiques et politique européenne d’un état de la Côte de l’Or (Ghana) au XVIIe siècle, Paris, Afera éditions, coll. Essais et documents.

—, 2001, « Seen, Said, or Deduced ? Travel Accounts, Historical Criticism, and Discourse Theory: Towards an ‘Archaeology’ of Dialogue in Seventeenth-Century Guinea », History in Africa 28, 53-70.

—, 2002, « Sacred Groves as Historical and Archaeological Markers in Southern Ghana », Ghana Studies 5, 177-196.

—, 2004, « Minor Sources ? Two Accounts of a 1670-1671 French Voyage to Guinea: Description, Authorship and Context », History in Africa 30, 133-155.

—, à paraître, « Passé sous silence ? Contraintes de la production des écrits de voyage 'en Guinée' et leur incidence sur l'écriture de l'histoire », in B. Hirsch & F.-X. Fauvelle (éds), Hommage à Jean Boulègue [titre provisoire].

DELAUNAY, K., 1994, Voyages à la Côte de l'Or (1500-1750). Etude historiographique des relations de voyage sur le littoral ivoirien et ghanéen, Paris, Afera éditions, Collection Essais et Documents.

DE MAREES, P., 1987, Description and historical Accounts of the Gold Kingdom of Guinea (1602), traduit en anglais et annoté par A. Van Dantzig & A. Jones, Oxford University Press, Union Académique Internationale, Fontes Historiae Africanae, Varia V.

FABIAN, J., 1986, Language and Colonial Power. The Appropriation of Swahili in the Former Belgian Congo (1880-1938), Berkeley, Los Angeles & Oxford, University of California Press.

FAGE, J.D., 1987, A guide to original sources for precolonial western Africa published in European languages, Madison, African Studies Program, University of Wisconsin-Madison.

—, 1992, « A supplement to a guide to original sources for precolonial western Africa: corrigenda et Addenda », History in Africa 19, 201-236.

—, 1994, A Guide to Original Sources for Precolonial Western Africa published in European Languages, for the Most Part in Book Form, Madison, African Studies Program, University of Wisconsin-Madison, 2nd edition [Digitalized version : http://libtext.library.wisc.edu/Africana/].

GALLOWAY, P., 1992, « The Unexamined Habitus. Direct Historic Analogy and the Archaeology of the Text » in J.-C. Gardin & C.S. Peebles, Representations in Archaeology, Bloomington, Indiana University Press.

GOODY, J., 1977, The domestication of the savage mind, Cambridge & New York, Cambridge University Press.

—, 1987, The interface between the written and the oral, Cambridge & New York, Cambridge University Press.

HAIR, P.E.H., 1966, « The Use of African Languages in Afro-European Contact in Guinea (1440-1560) », Fourah Bay College, Sierra Leone Language Review 5, 5-26.

HAIR, P.E.H., JONES, A. & R. LAW, 1992, Barbot on Guinea. The writing of Jean Barbot on West Africa, 1678-1712, Londres, Hakluyt Society, 2 vol.

HEINTZE, B. & JONES, A. (éds.), 1987, European Sources for Sub-Saharan Africa before 1900 : Use and Abuse, Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 33.

HYMES, D., 1972, « Models of the interaction of Language and Social Life » in J. J. Gumperz & D. Hymes (éds), Directions in sociolinguistics. The Ethnography of Communication, New York, Basil Blackwell.

JENKINS, R.G., 1987, « A. B. Ellis, a Participant in the Scramble of Gold Coast Africana, 1874-1894 » in B. Heintze & A. Jones (éds), European Sources for Sub-Saharan Africa before 1900 : Use and Abuse, Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 33, 311-335.

JOHNSON, M., 1987, « Some Non-narrative Sources for Pre-colonial African History » in B. Heintze & A. Jones (éds), European Sources for Sub-Saharan Africa before 1900 : Use and Abuse, Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 33, 81-93.

JONES, A., 1983, German Sources for West African History 1559-1669, Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 66.

—, 1985, Brandenburg Sources for West African History 1680-1700. Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 77.

—, 1987, Raw, Medium, Well Done: A Critical Review of Editorial and Quasi-Editorial Work on 1885 European Sources for Sub-Saharan Africa, 1960-1986. Madison, African Studies Program, University of Wisconsin-Madison.

—, 1990, Zur Quellenproblematik der Geschichte Westafrikas 1450-1900. Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 99.

—, 1994, « Drink deep, or taste not : Thoughts on the use of early European records in the study of African Material Culture », History in Africa 21, 349-370.

—, 1995, West Africa in the Mid-Seventeenth Century. An Anonymous Dutch Manuscript, The African Studies Association Press.

MEDVEDEV, P. N., 1928, Fromal' nyi metod v literaturovedenii (La méthode formelle dans les études littéraires), Leningrad, [Extraits traduits in Todorov ‘(1981)].

NARDIN, J.-C., 1988, « Que savons-nous du chevalier Des Marchais » in S. Daget (éd.), De la traite à l'esclavage : Actes du colloque international sur la traite des Noirs, Nantes, 1985, Paris, Bibliothèque d'histoire d'outre-mer, vol. I, 325-345.

PERROT, Cl.-H. & A. VAN DANTZIG (éds), 1994, Marie-Joseph Bonnat et les Ashanti. Journal (1869-1874), Paris, Société des Africanistes.

RATELBAND, K. (ed.), 1953, Vijf dagregisters van het Kasteel São Jorge da Mina (Elmina) aan de Goudkust (1645-1647), ‘S-Gravenhage, Martinus Nijhoff, Werken uitgegeven door de Linschoten-vereeniging.

TODOROV, T., 1981, Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique. Ecrits du Cercle de Bakhtine, Paris, Seuil, coll. Poétique.

VAN DANTZIG, A., 1975-1979, « English Bosman and Dutch Bosman : a Comparison of texts », History in Africa, 2-6.

VILLAULT DE BELLEFOND, N., 1669, Relation des costes d'Afrique appellées Guinée, Paris, chez Denys Thierry.

VOLOSHINOV, V.N., 1927, Frejdizm, Moscow & Leningrad [Extraits traduits in Todorov (1981)].

—, 1929, Marksizm i filosofija jazyka (Le Marxisme et la Philosophie du Language), Leningrad, [Extraits traduits in Todorov (1981)].

Haut de page

Notes

1 Une version anglaise de cet article est parue dans History in Africa (Chouin 2001). La présente version a été modifiée et augmentée. Je remercie David Henige, éditeur de History in Africa, pour m’avoir permis de publier cette version dans le Journal des Africanistes.
2 Au XVIIe siècle, la Côte de l’Or désignait une bande côtière et son arrière-pays s'étendant de la région d’Assini, à l’ouest du littoral ivoirien, jusqu’à l’embouchure de la Volta, dans le Ghana d’aujourd’hui.
3 Karine Delaunay (1994 : 21-34) fut la première à distinguer entre écrivains professionels ('auteurs-écrivains') et voyageurs écrivains ('auteurs-voyageurs').
4 Je reconnais cependant les contributions d’éditeurs talentueux tels que K. Ratelband (1953) ou encore G. Thilmans pour la Sénégambie.
5 Dans cet essai, je limite mon analyse aux relations de voyages dans le golfe de Guinée. Je suis conscient de créer ainsi des limites arbitraires, puisque d’autres catégories de documents furent elles aussi étudiées par le même groupe d’historiens. Pour un recensement critique de diverses ressources, voir Johnson, 1987, passim ; Jones, 1990, passim. Les contributions de René Baesjou et de Paul Jenkins dans ce volume portent elles respectivement sur des sources cartographiques et photographiques.
6 Près d’une douzaine de spécialistes sont actuellement actifs dans ce domaine. Ce chiffre inclut des historiens non-professionels. Ce groupe n’est pas officiellement structuré, mais les publications communes et l’échange de données ont renforcé son identité.
7 Mon estimation repose sur le matériel publié par les membres de ce groupe durant les 15 dernières années, et par la diversité des ressources financières et éditoriales mobilisées.
8 David Henige est le rédacteur en chef de la revue History in Africa - A Journal of Method depuis sa création en 1974 et gère également les publications de l’African Studies Program (jusqu’à 5 volumes par an dans les années 1990).
9 Robin Law, historien de la Côte des Esclaves, et Paul E. H. Hair (aujourd’hui décédé), spécialiste des sources européennes de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest, étaient membres du comité britannique. Paul E. H. Hair était aussi un membre élu du conseil de la Hakluyt Society, spécialisée dans la publication d'écrits de voyage.
10 Ces contributions incluent les travaux d’Adam Jones (Jones, 1983, 1985 et 1990) sur l’Afrique de l’Ouest et ceux de Beatrix Heintze sur l’Angola, ainsi que les actes du colloque sur les sources européennes (Heintze et Jones, 1987). Jones et Heintze étaient alors tous deux en poste dans cette université. Aujourd’hui professeur à Leipzig, Adam Jones dirige deux sous-séries des University of Leipzig Papers on Africa : « History and Culture », où sont publiés de brefs documents édités sur la Sierra Leone et la Guinea Conakri précoloniale et « Mission Archives », dans laquelle sont publiés des guides de matériel intéressant l’Afrique de l’Est. En France, les éditions Afera, créées à l’initiative du Centre de Recherche Africaine (CRA), Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, ont produit une série intitulée « Essais et Documents » dans laquelles deux ouvrages ont été publiés (Delaunay, 1994 ; Chouin, 1998).
11 L'édition, par Adam Jones, d'un manuscrit hollandais anonyme a ainsi été publiée dans la série des African Historical Sources par les presses de l'African Studies Association (Jones, 1995). De son côté, la Société des Africanistes a publié une source importante pour l'histoire de l'Ashanti au XIXe siècle : une édition du journal de captivité tenu par Marie-Joseph Bonnat à Kumasi entre 1869 et 1874 (Perrot et Van Dantzig, 1994).
12 L'ouvrage a été mis à jour par deux fois, en 1992 et 1994. Une version digitale est disponible sur le site suivant : http://libtext.library.wisc.edu/Africana/.
13 Les travaux de Raymond G. Jenkins sur les historiens et ethnographes du XIXe siècle sur la Côte de l'Or sont de bons exemples. Voir par exemple Jenkins (1987). Entrent également dans cette catégorie les remarquables travaux de Jean-Claude Nardin. Voir par exemple Nardin (1988). Plus récemment, j’ai publié un article sur le contexte de l’écriture et de la publication de deux relations de voyage françaises, dont l’une parut en 1674 (Chouin, 2003). Un autre article, en cours de publication, traite des contraintes pesant sur la production des relations de voyage (Chouin, à paraître).
14 Les travaux publiés par Jones en 1983 et 1985 illustrent parfaitement cette approche.
15 « Die Westafrikaner selber kommen bestenfalls in der Form einer indirekten Rede zu Wort, in der in einer europäischen Sprache berichtet wird, was ein Afrikaner angeblich gesagt hat » (Jones, 1990 : 91).
16 Voir Jones (1983). Paul Hair, Adam Jones, Robin Law, Van Dantzig et Selena Winsness font partie des éditeurs les plus prolifiques qui observent cette méthodologie. On doit cependant reconnaître que la grande majorité des éditions publiées récemment obéissent, elles, à des normes moins scientifiques, ce qui les rend souvent inutilisables comme sources d'histoire. En France, par exemple, des relations de voyage intéressant la Côte de Guinée sont parues récemment dans la Collection Magellane, aux Editions Chandeigne. Jusqu'ici, ces ouvrages comportent des notes et commentaires dont la plupart témoignent d'une connaissance médiocre du contexte africain de ces voyages. Voir par exemple mon compte-rendu des « Voyages en Afrique Noire d’Alvise Ca’ da Mosto » (Chouin, 1996).
17 Voir Hair, Jones et Law (1992). Pour d'autres exemples de collaborations, voir (Van Dantzig et Jones, 1987) et (Van Danzig et Perrot, 1994). De manière significative, l'expérience montre que l'information circule relativement bien entre chercheurs, même lorsqu'il n'y a pas de projet commun, particulièrement depuis la généralisation de l'accès à la messagerie électronique.
18 On peut mentioner les travaux exemplaires publiés par Albert Van Dantzig sur la comparaison de la version originale de l’ouvrage de Bosman, publié en néerlandais en 1704, avec sa traduction anglaise, plus accessible aux chercheurs contemporains mais peu fidèle à l’original. Van Dantzig (1975, 1976, 1977, 1978, 1979). Pour un index analytique des sources de l’histoire de la Côte de l’Or dans les manuscrits de la bibliothèque nationale et aux archives nationales de France, voir Chouin (1996).
19 Voir Heintze et Jones (1987 : 7).
20 Bakhtin developa sa théorie entre les années 1920 et 1970. Sur les travaux de Bakhtin, Medvedev/Bakhtin et Volochinov/Bakhtin, voir Todorov (1981 : 7-26). Tzvetan Todorov a offert au public francophone un remarquable ouvrage sur la portée théorique de l'œuvre foisonnante et jusque-là presque inaccessible de Bakhtin, incluant un grand nombre d'extraits choisis traduits avec soin. C'est de cet ouvrage que sont extraites les citations reproduites dans ce chapitre. Voir Todorov (1981 : 7-176).
21 Bakhtin fait la distinction entre dialogues intérieurs et extérieurs (Todorov, 1981 : 50).
22 Ces éléments sont issus de la définition du contexte d'énonciation proposée par Bakhtin (Todorov, 1981 : 68-69).
23 Pour une application de cette méthodologie, voir ci-dessous.
24 Voir Villault de Bellefond (1669 : 261). Villault de Bellefond fit un voyage en Guinée en 1667.
25 Voir notamment Todorov (1981 : 89). Les concepts d'hétérophonie et d'hétérologie ont été principalement appliqués par Bakhtin à l'analyse du discours dans le roman (Bakhtin, 1981 : passim).
26 Ces différents processus induisent des variations dans la structure discursive des unités informatives. De telles variations peuvent être conceptualisées en terme de ce que Bakhtin appelle hétérologie, la diversité des types discursifs. Voir Todorov (1981 : 89).
27 Des historiens ou archéologues tel que P. Galloway voient les relations de voyage comme de simples reflets narcissiques des sociétés européennes de l'âge classique, des fables qui n'auraient rien à nous apprendre des sociétés extra-européennes. Cette position ne me semble pas généralisable. Voir Galloway 1992: passim.
28 Dans ce chapitre, j'ai volontairement omis de retracer en détail l'historiographie de l'étude par les historiens du matériel linguistique contenu dans de nombreuses relations de voyage. De fait, une telle discussion serait presque limitée aux travaux pionniers de Paul E. H. Hair en la matière. Voir, par exemple, Hair 1966.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouin, « Vu, Dit ou Déduit ? », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 97.

Référence électronique

Gérard Chouin, « Vu, Dit ou Déduit ? », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/124

Haut de page

Auteur

Gérard Chouin

Department of Anthropology, Syracuse University, USA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org