Navigation – Plan du site
Archéologie et sources

Introduction à l’archéologie de l’aire ‘Akan’

Filiations, Dialogues et Perspectives
Gérard Chouin
p. 13-24

Résumés

La présentation des contributions réunies dans le dossier consacré à l’archéologie de l’aire Akan sert de base à une réflexion sur l’apport de cette discipline à notre connaissance du passé de cette région du Golfe de Guinée. L’archéologie n’est pas condamnée à errer dans le sillage de l’histoire. Outre l’exploration des champs qui lui sont propres, cette discipline a pour vocation, en explorant le passé dans un cadre chronologique élargi, en adoptant une attitude intellectuelle alternative et en s’appuyant sur des matériaux différents, de tester, appuyer, critiquer, voire remettre en question les modèles proposés par les historiens. L’article intègre des données inédites provenant des fouilles du site à enceinte d’Akrokrowa, situé en Abrem, à une dizaine de kilomètres du littoral.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Carte 1 : Sites archéologiques mentionnés.

1Sont réunis dans ce dossier cinq articles qui me semblent assez représentatifs des questions qui prévalent aujourd’hui parmi les archéologues qui travaillent dans la zone forestière du Ghana. Trois générations de chercheurs sont représentées qui font le lien entre plus d’un demi-siècle de pratique archéologique1.

2L’article de Peter Shinnie2 résume les résultats de trois campagnes de fouilles à Asantemanso, Adansemanso ainsi que d’autres sites prééminents dans l’histoire de l’Asante et de l’Adanse. En explorant le cœur du monde ‘akan’, l’Asante Archaeological Project (1986-1995) visait essentiellement à tester la tradition orale et à examiner la chronologie de l’essor des sites urbains dans la zone forestière, dans la plus pure tradition des ‘Iron Age Studies’ (Stahl, 1999 : 43-46). Malgré quelques publications éparses telles que celle, fondamentale, parue sous le titre « Early Asante : Is Wilks right ? » (Shinnie, 1995, 1996), l’article présenté dans ce volume est le premier qui fasse le point de manière quelque peu détaillée sur les trois campagnes de fouilles qui se sont succédées dans le cadre de ce projet3. Les données recueillies lors de ces fouilles, les dernières supervisées par Peter Shinnie, lui permettent de rompre définitivement avec le mythe d’une zone forestière largement inhabitée avant l’ouverture du commerce atlantique et de remettre en question les théories dominantes concernant la chronologie du peuplement de l’aire akan et du développement des Etats. De plus, avec la découverte à Adansemanso d’unités domestiques rectangulaires de grandes dimensions, Peter Shinnie pose quelques jalons d’une histoire architecturale unique, peu connue, qui s’acheva tragiquement en Asante au XIXe siècle et qui connaît aujourd’hui un regain d’intérêt (GMMB, n.d.).

3Aux côtés de Peter Shinnie, pour que ce dossier soit véritablement complet, j’aurais souhaité pouvoir présenter un article de Merrick Posnansky en forme de réflexion sur l’apport des fouilles de Begho, centre marchand et point de contact entre, d’une part, les réseaux commerciaux forestiers et, d’autre part, ceux de la zone sahélienne, avec ses extensions transsahariennes. Pour des raisons bien au-delà de sa volonté, Posnansky n’a pas pu écrire cet article. Cette absence est irremplaçable. En effet, Begho est sans doute l’un des sites archéologiques les plus étudiés au Ghana puisqu’il a fait l’objet d’une campagne de fouilles de quelque dix années. Ces fouilles ont trouvé un écho très large dans les écrits des historiens, lesquels y ont surtout cherché la confirmation d’un certain nombre de thèses dérivées des traditions orales concernant la chronologie du site (voir par exemple Wilks, 1993: 18, Terray, 1995: 55). Encore aujourd’hui, ce site occupe une place centrale dans l’historiographie des Akans et de l’expansion Mandé, comme prototype de ces centres urbains fondés en bordure de forêt dans la première moitié du XVe siècle, véritables ports intérieurs, marquant le lieu de rupture de charge entre le monde de la savane et le monde forestier, lieux de brassage des hommes, des femmes, des techniques et des idées.

4Il y a cependant une dichotomie apparente entre, d’une part, la place centrale occupée par Begho, l’investissement archéologique considérable qui y fut consenti et, d’autre part, le faible impact de l’archéologie sur la manière dont les historiens intègrent ce site dans leurs écrits. Il est vrai que le site de Begho a été très peu publié, rarement en détail, et risque fort de ne l’être jamais. Aussi, des fouilles que Posnansky et son équipe poursuivirent de 1970 à 1979 dans le cadre du West African Trade Project, l’historien ne retient souvent que quelques dates obtenues au moyen des techniques de datation au Carbone 14. On met là le doigt sur le problème de l’absence de publications détaillées et systématiques pour une grande partie des sites fouillés en Afrique. Ce déficit n’explique cependant pas tout : on touche également là aux limites de l’intercompréhension entre histoire et archéologie. La majorité des historiens ne possède pas le bagage conceptuel et méthodologique nécessaire pour interpréter le discours particulier produit par les archéologues. Réciproquement, j’ai connu bien des historiens irrités par la déconcertante naïveté et précipitation avec lesquelles les archéologues utilisaient des sources écrites ou orales dont la complexité appelait de fait une analyse fine et détaillée. La réflexion à ce sujet se poursuit depuis l’article provocateur de Vansina (1995) (voir notamment Robertshaw, 1999 ; Chouin et DeCorse, 2003). Peut-être nous faut-il également penser à rompre avec cette fuite en avant, si caractéristique des programmes de recherche de notre époque. Un retour sur Begho ne peut-il être envisagé pour étudier et publier ce qui peut encore l’être ? Car les dix années de travail sur ce site et ses environs sont susceptibles de livrer bien plus que quelques dates, quelques fragments de culture matérielle – icônes incontournables des manuels – et quelques monographies parfois difficiles à replacer dans un ensemble cohérent. Sans ce travail de fond, Begho demeurera à mon sens une île flottante, un mythe historiographique qui se perpétuera en marge d’une écriture holistique et critique de l’histoire.

5On lira avec le plus grand intérêt l’article de Christopher DeCorse, de Syracuse University à New York. Elève de Posnansky, DeCorse est un spécialiste de l’archéologie des périodes historiques en Afrique de l’Ouest et l’un des plus fins connaisseurs de la culture matérielle des sociétés côtières et des marchandises importées par les Européens entre le XVIe et le XIXe siècle. Connu pour ses fouilles de l’ancien site de la ville emblématique d’Elmina, sur laquelle il a récemment publié un volume déjà incontournable où s’entrelacent avec bonheur les sources historiques et les données archéologiques (2001), DeCorse poursuit actuellement des recherches sur les sites d’habitat qui jalonnent le littoral ghanéen. Le thème récurrent de ses recherches est l’étude des changements et des permanences au sein des sociétés côtières, sur le long terme, du premier millénaire de notre ère. Ici, l’étude porte plus particulièrement sur des sites d’habitat prédatant l’ouverture du commerce atlantique, représentatifs d’une société dont le mode de subsistance reposait sur l’exploitation des ressources lagunaires. L’intérêt principal de l’article de DeCorse, parallèlement à celui de Peter Shinnie, est d’apporter des éléments inédits sur l’existence, dès la deuxième moitié du premier millénaire de notre ère, pour le moins, de populations déjà bien installées dans la zone forestière et côtière, exploitant différentes niches écologiques mais partageant, semble-t-il, des éléments de culture matérielle, un savoir-faire technologique et des aspects de leur organisation socio-économique et sociopolitique. On est donc bien loin du modèle extrêmement tenace, parce que fort brillant, présenté par Ivor Wilks en 1974 et repris en 1993 et 2003, liant l’essor démographique, la déforestation et la formation de structures étatiques à l’arrivée des Européens sur les côtes ouest-africaines et à l’expansion Mandé sur les marges septentrionales du monde de la forêt4. A ce ‘modèle de l’impact’ où tout était recentré sur le XVe siècle, s’en substitue désormais un autre où la relative unité culturelle et linguistique ‘akan’ et les changements qui interviennent après l’ouverture de la nouvelle frontière économique littorale s’intègrent dans des processus historiques dont les racines plongent sans doute encore bien plus profondément dans le temps qu’on ne l’imagine aujourd’hui.

6De fait, les zones forestières de l’Afrique de l’Ouest comptent de nombreux sites datant pour le moins des deux derniers millénaires et sans doute bien au-delà, comme nous le rappelle la découverte récente d’une industrie de type acheuléenne en Côte d’Ivoire (Frédérique Joulian, communication personnelle, avril 2003). C’est cet ancrage dans un passé vertigineusement lointain et une continuité certaine de peuplement sur la longue durée que des historiens ont quelque peu contribué à escamoter, captifs de la portée temporelle limitée de leurs sources. N’est-il pas curieux de constater qu’à les lire tant d’événements tels que la constitution des lignages, la déforestation ou l’urbanisation trouveraient leur ‘origine’ aux XVe et XVIe siècles, c’est-à-dire juste en deçà ou au début de la période pour laquelle les premières sources écrites sont disponibles ? Heureuse coïncidence ? Il me semble plutôt que ces événements ‘fondateurs’ sont de fait empilés pêle-mêle en marge du ‘temps historique’ mais pas trop loin, de manière à servir d’événements éponymes, premières pierres du discours de l’historien. Il y a là un effet en trompe-l’œil que l’archéologie peut contribuer à atténuer. Il demeure des histoires à écrire qui puissent amplifier et prolonger celles que l’on peut recomposer à partir des seules sources écrites et orales, c’est-à-dire à partir des seules approches théoriques et méthodologiques de la discipline historique, et c’est là le défi d’une nouvelle génération d’archéologues (voir notamment Stahl 2001). Une telle ambition se heurte cependant à bien des écueils, tout particulièrement si l’on quitte le champ réservé de la culture matérielle et que l’on s’intéresse à l’histoire économique et sociale des sociétés de la zone forestière dans la longue durée. En effet, dès que l’on s’aventure dans des contextes plus anciens, une fois passé le cap critique du XVIIe siècle, l’état actuel de notre connaissance de la typo-chronologie des matériels archéologiques ne nous permet plus de nous situer précisément dans le temps, les dépôts archéologiques présentent des éléments stratigraphiques souvent difficiles à interpréter et le mauvais état de conservation du matériel sur la plupart des sites ne facilite pas le traitement de telles questions.

7Certains sites ont cependant été largement ignorés qui pourraient nous aider à faire sortir de l’ombre des pans entiers de l’histoire de ces sociétés forestières ‘pré-atlantiques.’ C’est par exemple le cas des fameux earthworks ou entrenchments, souvent désignés dans la littérature francophone sous le nom de ‘sites à enceintes’. Identifiés et parfois testés dès les années 1930 par les géologues britanniques, dans la vallée de la Birim, en pays Akyim, quelques-uns de ces sites ont été fouillés par Oliver Davies dans les années 1950 (Davies 1961), avant d’être plus systématiquement étudiés par Kiyaga-Mulindwa (1978) dans le cadre d’une thèse de doctorat. Jusqu’à aujourd’hui, la plupart des archéologues anglophones – et par ricochet, les historiens anglophones qui tentent d’intégrer dans leurs travaux des données archéologiques – font peu de cas des sites similaires qui existent en Côte d’Ivoire, où ils ont fait l’objet de recherches, et dans d’autres pays de la sous-région, notamment en Sierra Leone, au Togo et au Bénin. Il en est résulté une série de théories tentant d’expliquer la ‘spécificité’ de la Birim Valley : les enceintes auraient servi à retenir une main-d’œuvre servile utilisée pour exploiter l’or des ‘riches dépôts d’or alluvial de la rivière Birim et de ses affluents’ (Ozanne in Shinnie 1971) ; elles dateraient du XVe ou XVIe siècle et témoigneraient de l’implantation dans la région des premières communautés agricoles (Wilks 1993: 95) ; elles auraient pu être des cités-états (Kea 2000: 522), etc.

8Lors de prospections archéologiques que j’ai moi-même conduites à l’ouest et au nord-ouest d’Elmina (Komenda-Edina-Eguafo-Abrem district), j’ai identifié deux nouveaux sites à enceintes, non loin du village d’Abrem Berase5. Ces découvertes encore inédites, les premières actuellement connues au Ghana hors de la vallée de la Birim, confirment que ce genre de site est probablement largement répandu dans toute la zone forestière du Ghana: le caractère exceptionnel de la vallée de la Birim ne fait que refléter le peu de connaissances que nous avons du patrimoine archéologique de ce pays. Ces sites sont particulièrement intéressants, car leur topographie, leur structure interne, leur organisation en réseaux locaux et peut-être régionaux et la culture matérielle qui leur est associée sont étonnamment semblables à travers la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest. Ils témoignent de l’existence d’un type d’organisation sociopolitique qui s’est propagé largement dans cette région à une époque qui reste à préciser mais que l’on peut temporairement situer au tournant du premier millénaire de notre ère6. Un modèle de société propre au milieu forestier donc, adopté sur une grande échelle pendant une période à déterminer, et qui a laissé des traces archéologiques considérables, pour ne pas dire monumentales, avec des fossés qui atteignaient jusqu’à six mètres de profondeur et qui demeurent visibles dans le paysage un millénaire plus tard. Une reprise de l’étude de tels sites, à des échelles variables, contribuerait sans doute à reconstituer des fragments d’une histoire encore ignorée et à mieux comprendre les changements survenus dans la zone forestière dans la longue durée.

9Dans un domaine différent, l’article écrit par Jean Polet et Nolwenn L’Haridon, de l’Université de Paris-I, représente bien la tradition française qui allie archéologie et histoire de l’art. L’article revient sur le lien possible entre l’utilisation de représentations humaines en terre cuite dans les cultes funéraires ‘akan’ et les premières tentatives avortées de christianisation par les Augustiniens au XVIe siècle. Cette thèse, déjà brillamment défendue par Garrard dans un article demeuré quelque peu confidentiel (1984), méritait d’autant plus qu’on y revienne qu’un article récent en remet en cause les fondements scientifiques (Quarcoopome 2003 : 129-132). De fait, il y a là un objet d’étude unique dans l’histoire des religions africaines avec la possible création d’objets issus de l’interprétation de pratiques cultuelles européennes, intégrés dans des pratiques funéraires préexistantes et utilisés pendant quatre siècles dans des contextes constitués localement (voir notamment DeCorse 2001: 189-190). L’originalité de la démarche de Polet et L’Haridon consiste, outre le recours à un grand nombre de sources historiques, à étayer leurs arguments à l’aide de cartes recensant les sites où des terres cuites ont été retrouvées lors de fouilles ou de repérages publiés. Une telle démarche est osée dans un environnement où la provenance de la plus grande partie des terres cuites n’est pas documentée. Malgré cette limite, l’article de Polet et L’Haridon me semble apporter une confirmation argumentée à la thèse de Garrard et relance à point nommé une réflexion sur la circulation des rituels et sur les mutations des pratiques funéraires des populations de l’aire ‘akan’ sur la longue durée. Cette réflexion, et le travail de terrain qui lui est inhérent, demeure à un état embryonnaire. La fouille d’un cimetière du XVIIe siècle dans la région côtière, que j’ai co-dirigée en juin 2003 avec une équipe de spécialistes français de l’archéologie funéraire, n’a pas de précédent au Ghana7 et montre que l’archéologie, alliée à ce que nous appelons, en France, ‘l’anthropologie de terrain,’ est en mesure de contribuer à l’écriture d’une telle histoire.

10L’article de Brian Vivian8 est à replacer dans une longue tradition d’étude typologique des pipes en terre probablement produites au Ghana à partir du XVIIe siècle, période à laquelle l’usage du tabac se répand rapidement en Afrique de l’Ouest. L’archéologie, ne l’oublions pas, demeure une discipline centrée sur l’étude des artefacts, particulièrement ceux qui réunissent la triple particularité d’être constitués d’un matériel non périssable, d’être d’un usage commun et d’être suffisamment fragiles pour être consommés, brisés et remplacés régulièrement. Ces particularités sont réunies dans le cas des pipes en terre et leurs fragments sont un matériel relativement courant sur les sites des périodes historiques. L’enjeu principal de l’étude typologique est de faire de ces objets des outils chronologiques toujours plus fins et performants, pour servir sur les sites des trois ou quatre derniers siècles, là même où les autres méthodes de datation ne peuvent s’appliquer de manière satisfaisante. Depuis les travaux fondateurs d’Ozanne (1962), bien des archéologues ont écrit pour tester et préciser plus avant la typologie de ce matériel. L’essentiel de ces travaux est rapidement passé en revue par Vivian, qui se propose de les prolonger en montrant qu’une typologie des pipes en terre de la Côte de l’Or doit prendre en compte l’existence de variations régionales. Cet article deviendra, à n’en pas douter, une lecture incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux pipes en terre de facture locale en Afrique de l’Ouest et, plus largement, à la culture matérielle de l’Asante.

11Bien entendu, la description détaillée d’objets ne doit plus être considérée comme une fin en soi des études archéologiques, mais comme une fondation indispensable à l’étude des pratiques sociales qui en est indissociable et qui a jusque-là été quelque peu négligée (Stahl 2001:140). Ce glissement de l’analyse stylistique de l’objet à des tentatives de reconstitution des pratiques sociales nécessite cependant que l’on construise tout d’abord des outils descriptifs communs et que l’on précise l’histoire des variations quantitatives et morphologiques de l’objet dans le temps et l’espace. Plus important encore, il faut se donner les moyens de mieux partager les données sur le matériel et leur contexte recueillies sur les différents sites, car les échantillons isolés, le plus souvent de très petite taille9, ne permettent certainement pas d’atteindre des objectifs aussi ambitieux. En Afrique de l’Ouest forestière, dans le domaine archéologique, on est encore aujourd’hui loin d’avoir réuni les préalables à des études plus poussées des liens entre objets et société.

12Enfin, il me faut maintenant parler des travaux de ceux qui sont peu ou pas représentés dans les pages qui suivent. Tout d’abord, si je n’ai pu obtenir de contributions des collègues ghanéens – à l’exception notable de l’article de Brempong Osei-Tutu présenté ci-dessous – c’est que la plupart des chercheurs du département d’archéologie de l’Université du Ghana ne travaillent actuellement pas sur l’aire géographique et culturelle définie pour le présent dossier. Cette absence, je dois dire, ne doit pas cacher le travail prodigieux de cette poignée d’irréductibles qui font des miracles avec peu de moyens. Je ne peux passer sous silence le travail novateur de Bredwa-Mensah sur les plantations danoises du XIXe siècle dans la région d’Accra (Bredwa-Mensah 1996, 1999), les contributions de Boachie-Ansah sur l’archéologie de Bonoso et Ahwene Koko (1985, 1986a, 1986b, 2000), et finalement les travaux en cours de John Okoro sur le lien étroit entre commerce des esclaves et gestion des ressources en eau à Salaga (2003c). On saluera donc les travaux de nos collègues ghanéens et l’on applaudira leurs efforts de vulgarisation auprès d’un public encore relativement peu concerné par cette discipline qui semble parfois si loin des préoccupations quotidiennes. La réorganisation du musée archéologique du département, ouvert au public en avril 2003, et la multiplication des articles écrits par nos collègues dans la presse quotidienne ghanéenne participent à cet effort d’aller au-delà d’une audience de spécialistes (voir la chronique culturelle ‘Our Cultural Heritage’ par James Anquandah dans The Mirror (2003), et la série d’articles sur Salaga par John Okoro dans The Ghanain Times (2003a, 2003b).

13Parmi les travaux en cours qui devraient considérablement enrichir notre compréhension de l’histoire de la région qui nous intéresse ici, on notera encore les fouilles conduites dans le cadre de sa thèse de doctorat par Samuel Spiers sur le site de la capitale de l’Eguafo, l’un des états côtiers les plus importants dans les sources écrites du XVIIe siècle, mais qui plonge ses racines dans un passé bien plus lointain (voir notamment Chouin 1998). On doit également compter sur le travail doctoral de Greg Cook qui vient d’achever, en octobre 2003, la première campagne de prospection archéologique sous-marine jamais réalisée sur les côtes du Ghana. Cette campagne, qui avait pour objectif une partie de la baie située entre Elmina et Cape Coast, a déjà permis de localiser une cinquantaine d’épaves potentielles. Des plongées de reconnaissance devraient avoir lieu en 2004 (Greg Cook, comm. pers., 2003). Il y a beaucoup à apprendre des cargaisons des navires de commerce qui ont sombré sur la Côte de l’Or depuis plus de quatre siècles10.

14On regrettera bien entendu d’avoir dû se limiter à l’aire dite Akan, ne serait-ce que parce que cela nous prive du plaisir de présenter les travaux d’autres chercheurs de grand talent telles Ann Stahl, de l’Université de Binghamton, auteur d’un ouvrage novateur (2001) sur la région de Banda, au nord-est de Begho, ou Joanna Casey, de l’Université de South Carolina, spécialiste du complexe culturel Kintampo, du nom de la ville près de laquelle il fut tout d’abord mis en évidence (2000). On le regrettera d’autant plus qu’une telle zone n’a pas de raison archéologique d’être si l’on se place dans la longue durée, à l’échelle des deux derniers millénaires. De fait, c’est la zone forestière dans son ensemble qui forme alors une unité spatiale idéale. De même qu’une grande partie des territoires qui servent de base à la description ethnographique systématique du continent africain, l’aire ‘akan’ telle qu’on la conçoit aujourd’hui est le résultat d’une trajectoire historique particulière : une histoire politique et culturelle marquée par l’expansion des confédérations Asante et fanti, le développement de routes le long desquelles se nouent des alliances matrimoniales et commerciales, des déplacements humains de grande et de moins grande ampleur, mais aussi, et peut-être surtout, de la création d’une nouvelle frontière économique, la Côte de l’Or, où se formèrent de nouveaux modèles sociaux, où s’inventèrent de nouvelles formes d’organisation sociale, où se forgea une identité. C’est pour affirmer mon scepticisme envers une archéologie qui chercherait à s’impliquer dans des débats portant sur l’ethnicité que j’ai retenu l’article de Brempong Osei-Tutu, enseignant-chercheur du département d’archéologie de l’Université du Ghana. L’article d’Osei-Tutu montre parfaitement comment l’archéologie demeure finalement une discipline peu appropriée à une approche ethniciste ou identitaire de l’histoire des peuples. Qui furent les artisans du fer et du cuivre à Dawu, en Akwapim, au XVIIe siècle : Akan ou Guan ? Qui parmi eux furent les premiers à s’installer ? Est-il même approprié de distinguer entre Akan et Guan dans l’Akwapim du XVIIe siècle quand les clivages identitaires y étaient peut-être de toute autre nature ? Il est bien difficile de traduire en termes ethniques le matériel archéologique, car le concept d’ethnicité appartient avant tout au domaine des mentalités. Or l’histoire des mentalités ne peut être qu’exceptionnellement ou hypothétiquement abordée par l’archéologue, souvent au moyen d’analogies dont la nature est problématique (Stahl 1993). Cela peut être brillant, intuitif mais jamais décisif, car les identités mutent et se trouvent souvent brassées plus vite et de manière plus subtile que ne se forment les dépôts archéologiques. En ce sens, cette série d’articles illustre quelques aspects des recherches archéologiques récentes et en cours dans la partie sud-ouest, forestière du Ghana actuel, celle-là même qui vit se développer, à la période historique, une identité akan dont la pérennité et la diffusion furent assurées par la réussite politique remarquable des Etats dans lesquels elle s’enracinait.

Haut de page

Bibliographie

BOACHIE-ANSAH, J., 1986a, An Archaeological Contribution to the History of Wenchi, Calgary, University of Calgary Press, African Occasional Papers 3.

—, 1986b, “Smoking Pipes and the Dating of Post 16th Century Sites in Ghana: the evidence from Ahwene Koko”, West African Journal of Archaeology 16, pp. 53-70.

—, 2000, Report on excavations at Bonoso, Ghana, Legon, University of Ghana Monographs and Papers in Archaeology 3.

BREDDWA-MENSAH, Y., 1996, “Slavery and Plantation Life at the Danish Plantation site of Bibease, Gold Coast (Ghana)”, Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift 38, pp. 445-458.

—, 1999, “Archaeology of Slavery in West Africa”, Transactions of the Historical Society of Ghana, New Series 3, pp. 27-45.

CASEY, J., 2000, The Kintampo Complex, Oxford, Cambridge Monographs in African Archaeology 51, British Archaeological Papers S906.

CHOUIN, G., 1998, Eguafo, un royaume africain au 'coeur françois', 1637-1687. Mutations socio-économiques et politique européenne d'un état de la Côte de l'Or (Ghana) au XVIIe siècle, Paris, Afera éditions, Essais et documents.

CHOUIN, G. et C. DECORSE, 2003, “Trouble with Siblings. Archaeological and historical Interpretations of the West African Past”, in T. Falola et C. Jennings (éds.), Sources and Methods in African History: Spoken, Written, Unearthed, Rochester, University of Rochester Press, pp. 7-15.

DAVIES, O., 1961, “Excavations at Kokobin and the Entrenchments in the Oda Area”, in O. Davies (ed.), Archaeology in Ghana, University College of Ghana, Thomas Nelson and Sons, pp. 14-26.

DECORSE, C., 2001, An Archaeology of Elmina. Africans and Europeans on the Gold Coast, 1400-1900, Washington et Londres, Smithsonian Institution Press.

GARRARD, T., 1984, “Figurine Cults of the Southern Akan”, Iowa Studies in African Art 1: pp. 167-187.

Ghana Museums and Monuments Board (G.M.M.B.), n.d. (1999), Asante Traditional buildings / Bâtiments Traditionnels Asante, Editions CRATerre.

KEA, R., 2000, “City-State Culture on the Gold Coast: The Fante City-State Federation in the Seventeenth and Eighteenth Centuries”, in M. H. Hansen (ed.), A Comparative Study of Thirty City-State Culture. An Investigation Conducted by the Copenhagen Polis Centre, Copenhagen, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, Historisk-filosofiske Skrifter 21, pp. 519-530.

KIYAGA-MULINDWA, D., 1978, The Earthworks of the Birim Valley, Southern Ghana, John Hopkins University, Thèse de Doctorat.

OKORO, J., 2003a, “An Archaeological Research at Salaga”, Accra, The Ghanaian Times (9 avril).

—, 2003b, “Archaeology, Water and Tourism in Kasana,” Accra, The Ghanaian Times (13 mai).

—, 2003c, “Research on water and Slaves in Salaga”, Nyame Akuma 60).

OZANNE, P., 1962, “Notes on the early historic archaeology of Accra”, Transactions of the Historical Society of Ghana VI, pp. 51-70.

OZANNE, P. 1971. “Ghana”, in P. Shinnie (ed.), The African Iron Age, Londres, pp. 36-65.

POLET, J., 1989, Archéologie des îles Eotile. Université de Paris-I, Thèse de Doctorat d'Etat.

QUARCOOPOME, N.O., 2003, “Les portraits funéraires akan”, in C. Falgayrettes-Leveau et C. Owusu-Sarpong (éds.), Ghana, hier et aujourd’hui, Musée Dapper, Paris, pp. 93-133.

ROBERTSHAW, P., 1999, “Sibling Rivalry ? The Intersection of Archaeology and History”, History in Africa 27, pp. 261-286.

SHINNIE, P. et SHINNIE, A., 1995, Early Asante, Calgary, Department of Archaeology, University of Calgary.

SHINNIE, P., 1996, “Early Asante: Is Wilks right ?”, in J. Hunwick et N. Lawler (éds), The Cloth of Many Colored Silks. Papers on History and Society Ghanaian and Islamic in Honor of Ivor Wilks, Evanston, pp. 195-203.

STAHL, A., 1993, “Concepts of time and Approaches to Analogical Reasoning in Historical Perspective”, American Antiquity 58: pp.235-260.

—, 1999, “The Archaeology of Global Encounters Viewed from Banda, Ghana”, African Archaeological Review 16, pp. 5-81.

—, 2001, Making History in Banda. Anthropological Visions of Africa's Past, Cambridge, Cambridge University Press.

STERNER, J. et DAVID, N., (éds.), 1992, An African Commitment. Papers in Honour of Peter Lewis Shinnie, Calgary, University of Calgary Press.

TERRAY, E., 1995, Une histoire du royaume abron du Gyaman. Des origines à la conquête coloniale. Hommes et Sociétés, Paris, Karthala.

VANSINA, J., 1995, “Historians, Are Archaeologists Your Siblings?”, History in Africa 22, pp. 369-408.

WILKS, I., 1977, “Land, Labour, Capital, and the Forest Kingdom of Asante: A Model of Early Change”, in J. Friedman et M. J. Rowlands (éds), The Evolution of Social Systems, London, Duckworth, pp. 487-534.

WILKS, I., 1993, Forests of Gold. Essays on the Akan and the kingdom of Asante, Athens, Ohio University Press.

—, 2003, “Glimpses into Ghana's Past / Regards sur le passé du Ghana.”, in C. Falgayrettes-Leveau et C. Owusu-Sarpong (éds), Ghana Yesterday and Today / Hier et aujourd'hui, pp. 185-213.

Haut de page

Notes

1 Trois générations sur cinq convient-il de préciser, la première étant constituée essentiellement de géologues de la Gold Coast Geological Survey (années 1930-1940) et la seconde étant représentée tout particulièrement par Oliver Davies, le fondateur du département d’archéologie de ce qui était alors le collège universitaire de la Gold Coast, Thurstan Shaw et R. D. Nunoo (années 1940-1960). La troisième génération est celle de Merrick Posnansky, Peter Shinnie et James Anquandah (années 1960-1980). La quatrième génération est celle des enseignants-chercheurs actuellement au faîte de leur carrière universitaire (DeCorse, Stahl, Agorsah, Boachie-Ansah, Bredwa-Mensah). La cinquième et dernière est celle des jeunes (et moins jeunes) chercheurs, dont je fais partie, qui terminent ou viennent de terminer leurs études doctorales (Cook, Osei-Tutu, Spiers, Vivian, Carr).
2 Sur Peter Shinnie, voir Sterner et David (1992)
3 Les fouilles feront prochainement l’objet d’une publication complète (Peter Shinnie et Brian Vivian, comm. pers., 2003). Cette publication est très attendue car elle devrait inclure les détails de la méthodologie de terrain adoptée par Shinnie et permettre donc une approche véritablement critique des résultats.
4 Voir également l’article de Wilks publié dans la première partie de ce dossier (Journal des Africanistes, 75, 1).
5 Ce travail de terrain, effectué dans le cadre d’un doctorat en cours, a été rendu possible par l’obtention de financements de la National Science Foundation (BCS: 0203271) et du Social Science Research Council. J’ai également reçu un soutien du MALD.
6 La datation au Carbone 14 de trois échantillons de charbons provenant de ce site suggère, après calibration à 2σ, une fondation entre 670 et 990 et un abandon entre 1290 et 1430 de notre ère (Beta-184396, CRABE-AKWM04-1-2003 ; Beta-184397, CRABE-AKWL06-1-2003 ; Beta-184398, CRABE-AKWL10-1-2003). Ces datations seront discutées en détail dans ma thèse de doctorat intitulée: Forests of Power and Memory: An Archaeology of Sacred Groves in the Eguafo Kingdom, 500-1900.
7 Le rapport est en cours de rédaction. Pour un exemple unique d’archéologie funéraire dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire, voir la thèse de doctorat d’état de Jean Polet (1989) sur les îles Eotilé. Cette thèse est actuellement en cours de publication.
8 Brian Vivian prépare actuellement une thèse à partir du matériel trouvé au cours de l’Asante Archaeological Project, dont il fut l’un des piliers aux côtés de Peter Shinnie.
9 Pour un exemple d’échantillons, voir Stahl 2001:140.
10 Samuel Spiers, Greg Cook, et moi-même sommes tous trois engagés dans un projet doctoral à Syracuse University, sous la direction du professeur Christopher DeCorse. Brempong Osei-Tutu est aussi un étudiant en thèse à Syracuse University, sous la direction du professeur Deborah Pellow.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Sites archéologiques mentionnés.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/111/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouin, « Introduction à l’archéologie de l’aire ‘Akan’ », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 13-24.

Référence électronique

Gérard Chouin, « Introduction à l’archéologie de l’aire ‘Akan’ », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 04 mai 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/111

Haut de page

Auteur

Gérard Chouin

Department of Anthropology, Syracuse University, USA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org